Tolten

 

 

(France)

 

 

 

sla­meur, com­po­si­teur et musi­cien fran­çais

 

 

 

 

 

 

Le conte contre la déclamation de guerre

(sl-âme)

 

Naguère, les mots c’était simple

Ils étaient formés par la pensée, matérialisée par la parole

Sorte de luciole, éclairant les pétales d’impressions

Avant qu’elles ne s’envolent

Et que les murailles du temps ne les avalent

Ou ne les affolent.

 

Les mots étaient là pour tenter de dire, de décrire ou d’écrire le monde

Ils servaient à raconter les histoires

L’être humain parle depuis qu’il ex-siste.

 

Le conte avant le feu ?

Le conte est un voyageur autonome qui défie l’espace et le temps

Contrairement au conteur qui, même s’il conte des heures, doit s’arrêter

Quand il passe la Dernière Porte

Que les sons de ses mots se taisent en un souffle

Au moment où la nuit vient recouvrir ses yeux

Le conte survit

Car le sens se transmet comme le vent

Comme le cours d’une rivière

Qui rencontre des affluents

Et mélange les matières

 

Le conte n’est pas une formation de l’inconscient individuel, il est trans-générationnel

Comme un rêve vague, le conteur divague, dit vaguement l’histoire au milieu des lapsus, et des calembours. Et l’histoire s’altère, mélange de l’alter de différentes régions de la terre.

Le conte est la source infinie attendant que l’homme s’y désaltère.

 

Puis les guerres ont éclaté, les mots ont changé ou se sont chargés de mensonges

Le conte est vrai par essence

Le conte est essentiel

Le conte est subjectif

 

La poésie raconte.

La guerre n’épargne ni les poètes ni leurs amours

(C’est les banquiers qui épargnent)

Apollinaire le naufragé solaire a pris un éclat d’obus, Aragon se demande « est-ce ainsi que les hommes se vident (de leur sang) ? », René Char fait de la fureur un mystère…

 

L’Histoire n’est que le récit des vainqueurs qui se veut objectif

Son objectif : uniformiser et dé poétiser !

 

Mais surtout la guerre n’épargne pas les mots

En 1984 tout a changé

Le ministère de la vérité permet la vraipensée : « La guerre, c’est la paix » « L’HAS c’est la santé » « La liberté, c’est l’esclavage. » « L’ignorance, c’est la force. »  « le 3eme plan autisme c’est bien »

 

La vraipensée :

Le 3eme plan autisme n’est pas un plan d’attaque qui réécrit l’histoire de la psychiatrie française,

Le 3eme plan autisme ne balaie pas en quelques lignes la psychothérapie institutionnelle,

La psychothérapie institutionnelle n’a jamais existé

Pendant la Grande Guerre, il n’y a jamais eu de tentatives délibérées pour affamer ou exterminer les malades mentaux

Ce n’est pas vrai que les malades mentaux d’hôpitaux psychiatriques pratiquant la psychothérapie institutionnelle (comme à St Alban) ont tous survécu

C’est normal qu’il soit non consensuel de pratiquer la psychothérapie institutionnelle auprès de personnes autistes

Le 3eme plan autisme a été « élaboré en concertation avec toutes les parties prenantes, dans un esprit de respect et d’apaisement ».

 

La vraipensée ne raconte pas, elle assène une vérité, pas de rencontres : on rend des comptes (prépares-toi pour la prochaine certification)

 

Quand allons-nous nous rencontrer ?

Qu’aurons-nous à nous conter ?

 

 

 

Un jus de bête rage

 

La guerre c’est étrange,

C’est quand la lettre ne suffit plus

Et que l’on presse des tranches d’anges

Pour en faire un jus acide qui ronge

Un jus rouge

Un jus de bête rage

 

Théâtre qu’on s’apprête

A abattre

Les yeux sculptés, d’albâtre poli, regardent la scène…

 

Des généraux généreux dans leurs loges

Font l’éloge des charognes,

Des chars, des déchets, des chiens décharnés, des armes déchargées, de la haine déchaînée

Au milieu de l’arène

La reine a rompu

La graine corrompue

Pousse

 

Messages ratés

Lorsque l’on reçoit un SMS du messie il faut prévoir :

  1. Des pluies de missiles
  2. Des messes de sang et des noces de dynamites

 

Dis à maman que tu ne rentreras plus…

Ou alors plus comme avant !

« De mon temps, les enfants se battaient comme des grands »

Solides soldats en solde

-50% sur les moins de 15 ans (pour les mois de conflits uniquement)

Une fois ceux-ci finis les cons fuient, les bon fruits sont confits et les enfants ne servent plus à rien (il faut les jeter avec les déchets incinérables parce qu’ils ne se recyclent pas bien.)

 

Mais qui croit encore à ça ?

La guerre cela n’arrive pas (ou alors loin de chez soi !)

 

Arrête tes salades, la roquette c’est un peu fort

Beaucoup moins explosif que la laitue,

Une sauce moutarde

Est-ce qu’on les tue avec mille cils ?

Jeux vidéo

Jeux vides et aussi sans idéaux

 

A la gare on ne dit plus « un corps a été trouvé sur les rails»

La voix dit « un retard est annoncé en raison d’un obstacle sur la voie »

 

Regarde,

On va vers les limbes sombres,les ombres troubles

 

Regarde :

Les larmes coulent

Et les nimbes tombent

 

Regarde :

Ces tombes pleines

D’âmes primitives

Qu’on achève

 

Regarde :

Les esclaves

Epaves sur la grève

Que des rêves enivrent

 

Regarde

Ils se battent pour toi !

 

La rage procède

La colère possède

Noire et amère, froide et sans saveur

Sa sueur, son odeur

Sont acides

Arides

 

Les croisades décident

Quand l’espoir décède

Et que l’obus décime

 

(Tu seras prévenu pas SMS du moment où ton immeuble recevra la bombe)

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Tolten est un rimailleur invétéré. Dyslexique depuis sa plus tendre enfance, c’est tout naturellement qu’il s’est tourné vers la poésie. Une certaine urgence artistique le pousse à se produire régulièrement sur scène. Il anime des ateliers d’écriture et de slam dans des lieux ou l’art ne va pas de soi (hôpitaux psychiatriques, prisons, milieu scolaire, etc.) en France et en Amérique Latine.

Il a déjà publié des textes dans des revues (Empan) ou des actes de colloque (le Point de Capiton)… Il prépare la sortie d’un recueil de poésie « L’Être Ange Monde » (Ed. Champ Social), pour novembre 2014.

 

http://www.tolten.org/lire/category/slam

Articles similaires

Tags

Partager