Suzana Fântânariu

 

SUZANA FÂNTÂNARIU

 

(Roumanie)

 

 

 

L’OMBRE MUSICALE DU LIVRE. LA SONOTHEQUE UTOPIQUE…, paraphrase au titre de l’exposition l’Ombre du livre. La bibliothèque utopique.

 

 

 

INSTANTS & INSTALLATIONS

Peinture – Collage

 

 

 

SUZANA-FÂNTÂNARIU

 

 

 

Suzana-Fântânariu2

 

 

 

image008

 

 

 

image010

 

 

 

image012

 

 

 

image014

 

 

 

image016

 

 

 

image018

 

 

 

image020

 

 

 

image022       L’écrivaine Jeanine Baude et l’artiste Suzana Fântânariu dans les flammes des mots et des couleurs

 

 

 

image024

 

 

 

image026

 

 

 

image028       LE LIVRE ELECTRONIQUE

 

 

 

image030       HUMANITAS

 

 

 

LE LIVRE DE L’UNIVERS ? L’Univers du Livre !

 

 

 

image032

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

« […] Dans son incessante recherche de solutions adéquates mais non canoniques, Suzana Fântânariu se manifeste avec l’esprit d’un postmodernisme qui réalise une symbiose suggestive entre décantations d’un archaïsme porteur d’essences, d’une part, et configurations alertes, tranchantes, en consonance avec la facture de la sensibilité quotidienne, d’autre part, sensibilité outragée par trop de bruit et d’incertitudes. […] »

Negoita Laptoiu, Suzana Fântânariu – l’ascèse en tant que feu et purification spirituelle, Adevarul de Cluj, 6 décembre 2001

 

« […] ‘Le monde duquel la justice s’est retirée devient l’immonde’, écrivait Jean-François Mattei, un philosophe français contemporain, dans La barbarie intérieure, essai sur l’immonde moderne. La sève de l’immonde, l’obscurité rapace, la mesquinerie longuement mûrie dans les recoins cachés de l’humanité, avec leurs éruptions intempestives, souvent défigurantes, ainsi que leurs victoires ou les ‘défigurations’ qui en résultent, voilà justement les ‘modèles’ coagulés de façon fulgurante dans les ‘portraits’ de Suzana Fântânariu. […] »

Aurora Dumitrescu, Portraits en lingots de silence, Orizont, 15 décembre 2004

 

« […] Un exercice de vie lucide, logique et rationnel, un exercice de culture responsable, esthétique et conceptuel propre à nous sortir du moule d’une plasticité fondamentaliste qui accepte difficilement les évasions de son système jalonné, et qui oppose encore (du moins en province) une résistance absurde au discours plastique frontal et spectaculaire. […] »

Tiberiu Cosovan, ‘L’âme de l’enfance’ de Suzana Fântânariu, Chronique plastique, Monitorul, 21 juillet 2005

 

« […] Avec une imagination fabuleuse et une tendresse maternelle, Suzana Fântânariu (re)crée, à partir de détails, un monde alternatif, lourd de mélancolie et d’ambiguïté, mais éclairé par le désir de communiquer de façon non conventionnelle. […] »

Robert Serban, Suzana Fântânariu – un tour de force artistique, Focus, 15-21 décembre 2002

 

« […] Dans le cycle ‘L’oreille de Neptune’ ou dans celui des ‘Colonnes’, l’invention se joint à la rémanence, les signes mystérieux veulent renforcer l’idée que toute communication est fondée sur un code, sur un déroulement d’images, à déchiffrer par des règles nouvelles superposées aux anciennes, s’obstinant à exister dans leur beauté sans nom. […] »

Cornel Radu Constantinescu, Punir les valeurs par l’isolement, Adevarul literar si artistic, 5 octobre 1999

 

« […] La re-narration de Suzana Fântânariu est aussi diaphane que sanglante, aussi atavique que savante. Son monde flotte au-dessus de l’existence, tels les Vimanas du Ramayana et du Mahâbhârata, objets plus lourds que l’air, qui flottent cependant au-dessus de la terre et se dirigent où bon leur semble, indépendants et souverains comme la force de leurs maîtres. […] »

Lucian P. Petrescu, Re-narrations – objets du refus de résignation, Orizont, 20 janvier 2003

 

« […] Suzana Fântânariu continue ses explorations qui atteignent aux poétiques du pop-art et des accumulations, mais les objets tirés de l’environnement sont recontextualisés, acquérant une autre identité chromatique et formelle, étant arrachés au quotidien, ‘re-marqués’ (titre de son exposition de 2001). […] »

Alexandra Titu, L’expérimentation dans l’art roumain d’après 1960, pp. 101-102

 

« […] Suzana offre, le plus souvent, le ,,mot clé”qui ouvre le mystčre des sarcofages – amballages et aussi celui des colonnes qui font la liaison entre le temporel et l’existentiel, entre l’instant et l’absolu, le vrai médiateur de cette transcendance.[…]

Cătălin Davidescu, Reflexele timpului Ramuri, mai-iunie 1998

 

„[…] De ses premičres cycles de gravures ŕ l’eau forte et aquatinte, jusqu’aux grands xylogravures et le cycle des derničres dessins. On révčle avec force une matrice stylistique d’une cohérence parfaite, facile ŕ surprendre męme par sa propre empreinte.[…] »

Magda Cârneci- Suzana Fântânariu Arta nr.2, 1984

 

« […] Ses thčmes ne sont pas accidentels, elles sont des explorations culturelles archaďques, basées sur des activités spirituelles (mythologie chinoise, dans le cycle ,, Dragon” ; L’Egypte archaďque , dans les séries des momies des ,, Emballages pour âme”, le monde du maniérisme européen – le cycle,,L’oreille”.[…] »

Constantin Prut –Suzana Fântânariu Dicţionar de artă modernă şi contemporană, ed.Univers enciclopedic Pag.160-161

 

„[…] Suzana Fântânariu c’est l’artiste qui cherche de synthétiser‚ d’ un geste large, presque tout ce qui s’est passé dans un grand intervalle temporel.[…] »

Pavel Suşară, Convorbiri în expoziţia retrospectivă Suzana Fântânariu Renaşterea bănăţeană 17martie, 1998

 

„[…] Chaque oeuvre expose en diverses perspectives des choses qui ne sont pas encore dites, parce qu’il ne s’agit pas du procédée de citer, mais d’une vraie communication, dans l’immensité de l’ univers du soi-męme, et aussi avec la conscience implicite d’exprimer une culture encyclopédique, dans laquelle coexiste des sources orientales et européennes, l’antiquité et les modernismes, une science de la parole et pas une archéologie de la connaissance.[…] »

Călin Chincea, Cronică plastică- Suzana Fântânariu, Confluenţe, februarie-martie, 2002

 

„[…] Soit-il le corps humain seulement une momie, une prison, une humble réclusion de son âme, ou au contraire, un concept exprimé comme référence, un partenaire authentique dans la construction de sa propre mythologie et un protecteur de l’âme , avec une sacre finalité […] ».

Pia Brînzeu – Suzana Orizont nr.4 , 2005

 

« […] Impressionnant par l’ emplacement et par le raffinement de sa plasticité adaptée aux matériaux trouvés ,, in situ” de la salle, elle męme ruine et monument funéraire, l’ambiant de l’artiste intitulé ,, Emballage pour âme” , suggčre la morte lente d’une civilisation, déposée dans les sédiments de la mémoire.[…] »

Ileana Pintilie Catalog Pământul, mai, 1992

 

„[…] Suzana Fântânariu a beaucoup mieux besoin du passé que du présent, elle a beaucoup mieux le besoin de faire d’un passé imaginaire un réel pathétique qu’elle le structure avec avidité. En le nourrissant avec des symboles. .[…]”

Iolanda Malamen“ Suzana Fântânariu : “Operele de artă nu sunt simboluri, ci obiecte necesare vieţii sociale”, Les oeuvres d’art ne sont pas de symboles, mais des objets nécessaires a la vie sociale. Cultura, nr.5, 19 ianuarie, 2006

 

“[…] Auréole, sarcophage, cocon, le grand contour biomorphe des portes d’église en papier collé de Suzana Fântânariu, conduisent, selon une clé bachelardienne, vers l’imaginaire de la terre et les rêveries de résurrection éternelle.[…]”

Aurelia Mocanu, Plénitude Ziarul Financiar, 15 avril, 2005

 

L’unique et son multiple

Il y a un nom et une marque de style qui signifient pour la collectivité des artistes roumains des trois dernières décennies un véritable « système énergétique national ». Graveur d’envergure, évoluant vers des ensembles pictographiques objectaux, Suzana Fântânariu a tracé sur la carte artistique du pays un vibrant parallélogramme de forces. Le trajet de l’exemplaire évolution de l’artiste part de sa Bucovine natale, passe par l’Académie d’Art de Cluj, où elle s’est formée, puis par Craiova, où elle a modelé des destins de jeunes artistes, pour arriver à Timisoara, où elle dirigé des études de master en gravure à la Faculté d’Art de l’Université de l’Ouest.

Suzana Fântânariu fait des assemblages, met en œuvre avec fébrilité, reconstruit des fragments de laboratoire graphique, souvent jusqu’à une dimension monumentale. De débris de textures plastiques, activés par des vectoriels du dessin gravé, elle a fait naître un principe d’écriture et de captation d’« hyper-signes » provenant de l’inventaire germinatif-totémique, que l’artiste appelle « emballages pour l’âme ».

L’artiste consacre une telle œuvre à sa mère, et une autre à la disparition du grand peintre roumain Horia Bernea, en résonance avec la façon dont elle a vécu, sur le plan dynamique, imaginatif et émotionnel, les jours de sa structuration.

Car Suzana Fântânariu manie l’architecture de l’image et son écorce matérielle avec une indiscutable énergie épique, que j’avais déjà reamrquée dans ses xylogravures de taille humaine des années 1980. Les cadences, les rimes, les strophes, les chants plastiques extrêmement riches de l’artiste ne peuvent évoluer que sur des alignements spatiaux de grandes dimensions. Les séries thématiques lui demandent un développement sur des variations à partir desquelles se révèle à un certain moment une mutation qui explose dans une diversité de sens ou d’expressivité plastique. C’est alors que s’allume le feu d’une nouvelle charge.

Si les références figuratives oscillent d’une manière symbolique entre le plutonique et la fertilité, du point de vue morphologique, l’art de Suzana Fântânariu évolue entre le palimpseste et l’alluvion, à travers le relais très dynamique du collage. Finalement, l’artiste assure avec excellence l’unité et la force expressive de l’image, car elle intègre par des touches fermes la figure, le fond et les registres à emblèmes.

Auréole, sarcophage, cocon, le grand contour biomorphe des portes d’église en papier collé de Suzana Fântânariu, présentées actuellement à la galerie ArTei, conduisent, selon une clé bachelardienne, vers l’imaginaire de la terre et les rêveries de résurrection éternelle.

Aurelia Mocanu,
Catalogue des Galeries ArTei, 13 avril 2005, Bucarest, rue Hanul cu tei, Exposition Suzana Fântânariu-Corps marqué

« Plénitude »
« Ziarul Financiar », 15 avril 2005

 

 

 

image033

 

BIO – FRANÇAIS

 

 

Suzana Fântânariu est née le 15 septembre 1947 à Baia – Falticeni, département de Suceava / Roumanie. Diplômée de l’Institut d’arts plastiques “Ioan Andreescu”de Cluj – Napoca. Professeur des universités à La Faculté d’arts plastiques de l’Université de l’Ouest de Timisoara. Docteur en arts visuels. Membre de la Société Internationale de Gravure SMTG de Cracovie / Pologne.

 

48 expositions personnelles en Roumanie et à l’étranger à : Rome / Italie: Mödling et Klagenfurt / Autriche; Wassenar et Utrecht / Hollande; Sharjah / Emirats Arabes Unis; Paris / France; Sopron / Hongrie; Bucarest, Timisoara, Craiova, Lugoj, Iasi, Falticeni, etc. / Roumanie.

 

Biennales et triennales internationales de gravure à (sélection): Banska – Bistrica, / Tchécoslovaquie; Fribourg et Berlin / Allemagne; Winterthur / Suisse; Bharat – Bhavan / Inde;  Paris, Chamalières, Saint – Quentin et Saint – Maur/ France; Cracovie, Wroclaw, Katowice, Torun et Jelenia Gora / Pologne; Varna et Gabrovo / Bulgarie; Turin / Italie; Maastricht / Hollande; Belgrade / Yougoslavie; Ljubljana / Slovénie; Tokyo, Kochi et Yokohama / Japon; Ibiza et Caixa – Ourense / Espagne; Séoul / Corée; Sharjah et Dubaï / Emirats Arabes Unis; Budapest, Györ et Miskolcz / Hongrie; Kuala – Lumpur / Malaysia; Trois – Rivières / Canada; Le Caire / Egypte; Beijing, Qingdao et Guanan / Chine; Graz / Autriche; Gornji – Milanovac / Serbie et Monténégro; Čačak / Serbie; Bitola / Macédoine.

 

Prix nationaux roumains (sélection): 1976: 1er Prix, Bucarest; 1980: Le Grand Prix “Voronetiana”, Suceava; 1998 et 2000: Prix “Catul Bogdan”, Arad; 1999: Prix de l’Union des Artistes Plastiques, Bucarest; 2000: L’Ordre National “Pour le mérite”, en grade de Chevalier, Bucarest; 1997: Diplôme d’honneur, Académie des arts Visuels, Cluj – Napoca; 2004: Prix de la revue “Ramuri”, Craiova; 2006: Diplôme d’excellence de la Mairie de Timisoara; 2007: Nomination au Prix National du Ministère de la Culture, Bucarest; 2009: Diplôme d’excellence “Nobilis Ancilla Collorum et Visionum”, Université de l’Ouest; 2009: Timisoara; Le Prix “Pro Cultura Timisiensis”, Conseil départemental de Timis; 2009: Le grand Prix “Primus inter pares”, Salon annuel de l’art, Timisoara.

 

Prix internationaux (sélection): 1982: Prix “Ex-æquo”, Banska – Bistrica / Tchécoslovaquie; 1992: 1er Prix, Paris / France; 1985: Bourse d’études à l’Academia di Romania, Rome / Italie; 1993: 2ème Prix, Maastricht / Hollande; 1997: 1er Prix, Sharjah / Emirats Arabes Unis; 1998: Médaille d’argent, Beijing / Chine; 1999: Prix de l’acquisition, Trois – Rivières / Canada; 2000; Prix de l’Association des Artistes de la Bohémie du sud, Ceske Budejovice / République Tchèque; 2003: Prix d’excellence, Beijing / Chine;2003; 1er Prix, Gornji – Milanovac / Serbie et Monténégro; 2006: Bourse “Constantin Brancusi”, Cité Internationale des Arts, Paris / France.

 

 

 

____________________________________________

 

image034

 

BIO – ENGLISH

 

 

Born September 15, 1947 in Baia – Fălticeni, Suceava County / România.

Graduate of the Institute of Visual Arts « Ioan Andreescu », Cluj – Napoca. Professor at the Faculty of Fine Arts at the West University of Timișoara. Doctor of Visual Arts.

Doctor Honoris Causa ,Art University „George Enescu”, Iași. Member of the International Society for Engraving SMTG, Krakov, Poland.

53 personal exhibitions in România and abroad: Rome / Italy; Mödling and Klagenfurt / Austria; Utrecht and Wassenaar / Holland; Sharajah / United Arab Emirates; Paris / France; Sopron, Budapest / Hungary; Saitama- Japonia, Bucharest, Timișoara, Craiova, Iași, Fălticeni, etc.România.

International engraving biennial and triennial (selection): Banska – Bistrica / former Czechoslovakia; Freibourg and Berlin / Germany; Winterthur / Grechen, Switzerland; Bharat – Bhavan / India; Paris, Chamalières, Saint – Quentin, Saint – Maur / France; Krakow Wroclaw, Katowice, Torun and Jelenia Gora / Poland; Varna and Gabrovo / Bulgaria; Turin / Italy; Maastricht / The Netherlands; Belgrade / Serbia; Ljublijana / Slovenia; Tokyo, Kochi and Yokohama / Japan; Ibiza and Caixa – Ourense / Spain; Seoul / South Korea; Sharajah and Dubai / UAE; Budapest, Gyor and Miskolc / Hungary; Kuala – Lumpur / Malaysia; Trois – Rivieres / Canada; Cairo / Egypt; Beijing, Qingdao and Guanan / China; Graz / Austria; Gornji – Milanovac and Čačak / Serbia; Bitola / Macedonia; Falu / Sweden.Turcia/Istanbul

Romanian National Awards (selection): 1976: 1st Prize, Bucharest; 1980: The Grand Prix « Voronetiana « , Suceava; 1998 and 2000: Prize « Catul Bogdan », Arad; 1999: Prize of the Union of Plastic Artists, Bucharest; 2000: The National Order « For Merit » in rank of Knight, Bucharest, 1997: Honorary Diploma, Academy of Visual Arts, Cluj – Napoca; 2004: Price of the magazine « Ramuri », Craiova; 2006: Excellence Award of the Municipality of Timisoara; 2007: Nomination for the National Prize of the Ministry of Culture, Bucharest; 2009: Excellence Award « Nobilis Ancilla Collorum et Visionum », West University, of Timișoara; 2009: The Prize « Pro Cultura Timisiensis » Timis County Council ; 2009: The Grand Prix” Primus inter Pares”, Annual Exhibition of Art, Timișoara ; 2010: „Excellence Award”, West University, Timișoara ; 2011:  „Diploma meritum”, West University of Timișoara ;2011: Special Jury Prize „Gabriel Popescu”, Târgoviște ;  2012: Award experiment textile, Bucharest ; 2012: Experimental graphics award, Iași ;  2012 : „Honorary citizen” of the town of Baia/Suceava. 2013: The Grand Prix ”Eminesciana”, Iași ;   2013: 1st Prize „Gabriel Popescu”,  Târgoviște. ;   2014: Price „Arcadia”of the magazine„International Contact”, Iași.”

 

 

image036

International awards (selection): 1982 Price Ex-Equo « Banska – Bistrica / former Czechoslovakia; 1992: 1st prize, Paris / France; 1985: Scholarship at the « Academia di Romania », Rome / Italy; 1993: 2nd Price, Maastricht / The Netherlands; 1997: 1st Prize, Sharajah / UAE; 1998: Silver Medal, Beijing / China; 1999: The Acquisition Price, Trois – Rivieres / Canada; 2000; Award of the Association of Artists of South Bohemia, Ceske Budejovice / Czech Republic; 2003: Excellence Award, Beijing / China; 2003: 1st Prize, Gornji – Milanovac / Serbia; 2006: Scholarship « Constantin Brâncuși », Cité Internationale des Arts, Paris / France; 2011: Honorary Mention , Istanbul/ Turky; 2014 :The Grand Prix „Saloanele Moldovei”-Minister of Culture, Chișinău/ Republica Moldova.

 

 

image038

 

www.geocentral.net/suzana

Articles similaires

Tags

Partager