Simone Molina

 

 

(France)

 

 

 

Hommage à Jean-Marc Pelletier et son «  Chatô Branlant », et au réalisateur Bertrand Fara.

 

 «  La vie est un vol imparfait » ou le « Chatô branlant » de Jean-Marc Pelletier. 

 

J’ai fait ce rêve : Jean Marc et Bertrand vivaient dans une étrange maison.  L’un pleurait la mort de l’autre. Tous deux semblaient  en bonne santé, comme ils l’étaient avant que la maladie n’emporte Jean-Marc et que cette  perte n’atteigne  Bertrand au cœur, l’été de l’année suivante.

Toucher le ciel… hier est l’intitulé du dernier courriel reçu de Bertrand  cet été-là. Un fichier vidéo  accompagnait le message qu’il avait adressé à ses amis pour les remercier de lui avoir offert pour ses quarante ans une semaine de parachutisme. Bertrand portait une caméra sur son casque et  avait été filmé par l’instructeur.

 

 

 

 

Bertrand Fara était un  vidéaste de talent, aussi l’écriture du court métrage est-elle de même facture que chacune de ses réalisations. C’est un film beau à pleurer. Le montage suggère plus qu’il ne montre. En visionnant ce film j’avais pensé que Jean-Marc aurait adoré…et qu’il aurait été transi de peur au sol en imaginant son amour dégringoler du ciel en chute libre. Mais, lorsque j’ai reçu ce message,  Jean -Marc n’était plus de ce monde depuis un an et demi.

Trois semaines après  l’envoi du film de Bertrand, j’ai ouvert un courriel de Laurent portant le même intitulé Toucher le ciel… hier et, dans le blanc du mail, ces paroles imprononçables : vous ne recevrez plus de message de Bertrand. Il s’est envolé ce matin en Espagne, crise cardiaque. Je n’ai pas plus de précision pour l’instant.

Dans mon rêve de cette nuit, nous étions dans un grand séjour. Je caressais doucement, tendrement, le visage de Bertrand assis près de moi sur un canapé bleu pâle. Pas loin de nous, se tenait Jean Marc, serein. Il était debout, confiant, mais je remarquais des larmes couler sur son visage sans qu’un son ne sorte de sa bouche. La maison était ouverte sur le ciel. Nous nous tenions au centre d’une pièce très encombrée où se trouvait un petit secrétaire que Jean-Marc a ouvert afin de nous montrer un cœur qui battait doucement entre deux épaisseurs de dentelles très fines comme sont ces napperons que crochetait  ma grand-mère avec du fil d’une finesse insensée. Lorsque je levais la tête vers le ciel qui recouvrait la maison, sorte de toile d’araignée effilochée, je vis passer un voilier. Son sillage était d’un blanc laiteux.

 

*

 

Lorsque nous avons quitté le cimetière du père Lachaise où repose maintenant l’esprit de Jean-Marc et celui de Bertrand, nous étions quelques-uns auprès de Bertrand, calme et si malheureux. Nous étions tristes, et soulagés tout à la fois car les souffrances de Jean-Marc avaient enfin cessé. Dans les mois précédents sa mort, Il avait tenu à rassembler des pièces éparses pour une exposition qui retracerait son parcours artistique atypique et précieux. Il l’avait intitulée «  Chatô Branlant ».

Au Père Lachaise, nous étions accablés dans le jour froid et pluvieux mais nous songions chacun et ensemble  à trouver un lieu dans Paris afin de montrer l’univers fascinant qui était le sien, entre poésie et drôlerie. Alors que le soir tombait, nous avions consenti à rejoindre l’appartement vide de sa présence.  Je laissais mes amis entrer avant moi, comme si  le fait de me tenir encore à l’extérieur de cet appartement qui avait  été le témoin de tant de rires et de nombreux échanges sur la façon dont va le monde, retardait l’absence irréversible de Jean –Marc.

Aussi finir de rassembler les œuvres, mettre en espace les installations dont Jean Marc avait laissé les indications, visionner les films et choisir le rythme de leurs passages, tout cela occupa Bertrand et ses amis non comme un devoir à accomplir mais comme une infinie nécessité.

 

 *

 

Mais comment un cœur peut-il supporter la disparition d’un ange ?

Après le décès de Jean-Marc, Bertrand est devenu  taiseux. Il gardait sa peine avec constance comme il avait veillé à maintenir en vie son amour. Il assuma sans doute beaucoup plus qu’il ne pouvait supporter. Aidé de ses amis, il présenta le travail plastique de Jean-Marc en plusieurs lieux à Paris. Puis Valentigney rendit, l’hiver suivant, un hommage à  Peltoch et à Jean Luc Lagarce. Dans une  gazette de Franche-Comté on pouvait lire : « Les œuvres de Jean-Marc Pelletier, plus connu sous le nom de Peltoch, et de Jean-Luc Lagarce, deux artistes boroillots aujourd’hui disparus, sont exposées au centre Pierre-Belon. Jean-Marc Pelletier, né à Valentigney en 1966, vivait à Paris depuis 1988. Disparu trop tôt en avril 2009, en plein travail sur le montage de l’exposition de ses œuvres… ».

Cette exposition en Franche Comté, pays natal de Peltoch, fut le dernier hommage de Bertrand à son amour avant qu’il ne reprenne ses incessants voyages à travers la planète vers des contrées toujours plus dangereuses, ou dans des sphères cruelles où les hommes d’affaire font régner une loi qui n’était pas la sienne et qu’il ne supportait jadis que parce que Jean-Marc l’attendait dans l’appartement ensoleillé de l’impasse S.

Puis on fêta ses quarante ans dans un manoir étrange, à demi délabré, non loin de Paris et nous lui offrîmes de sauter dans le vide où il  espérait toucher le ciel.

 

Voilà encore ce que me dit le rêve : plutôt qu’endurcir son cœur sous les coups de boutoir de la vie, il est mieux qu’il explose en vol, un jour, s’il le faut.

La vie est un vol imparfait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Simone Molina est née à Alger où elle a passé une partie de son enfance.

Poète et écrivain, elle est psychanalyste dans le Vaucluse. Depuis plus de vingt ans, elle a organisé de nombreux colloques interdisciplinaires et rencontres littéraires, cinématographiques ou théâtrales en partenariat avec des lieux culturels (Théâtre du Chêne Noir à Avignon, Chartreuse de Villeneuve les Avignon, Scène Nationale de Cavaillon, Théâtre de l’Autre Scène, Chapiteau du théâtre Fou au Festival d’Avignon, Cinéma Utopia, La Fabrique à Isle sur Sorgue etc.).

Elle aime collaborer avec des poètes, des musiciens et des plasticiens pour des lectures, dans le cadre de ces manifestations atypiques ou encore lors d’ateliers d’écriture. Elle a par exemple collaboré à un travail d’atelier en lien avec l’Atelier des Grames et la médiathèque Ceccano. Elle a accueilli les poètes Caroline Sagot-Duvauroux, Jean Louis Giovannoni, Roselyne Sibille, Sylvie Durbec, Jean Palomba, Stephan Nowack, Dominique Sorrente, le slameur Tolten … ; elle a travaillé avec les plasticiens Jean-François Coadou, René Guiffrey, Dominique Limon, Hippolyte Ludo, Christine Le Moigne…, et avec des cantatrices et des instrumentistes, Danièle Ors-Hagen, Elodie Fonnard, Stefano Foger, Jeanne Robert, Jean Yves Abecassis….

Ainsi, « Voile blanche sur fond d’écran », spectacle donné en 2014 à la Fabrique Isle sur Sorgue et au Théâtre Isle80 à Avignon, est-il la réunion de l’écriture, des sons et des images, dans une mise en scène qui permet au spectateur d’être immergé dans un univers poétique né d’une rencontre entre des artistes d’horizons différents.

Elle anime à la demande des « chantiers d’écriture » en France et à l’étranger, particulièrement au Maghreb. Elle a été chargée de cours au D.U d’animation d’atelier d’écriture de Marseille durant dix ans et s’intéresse aux passerelles entre psychanalyse et littérature, qu’elle tente de théoriser. Elle a collaboré durant plus de vingt ans avec l’Atelier Papier de Soi et d’autres structures en psychiatrie en France et en Algérie. Elle a publié de nombreux articles dans des revues spécialisées. Elle collabore à des recherches sur les ateliers d’écriture à l’Université. (Université de Marseille et de Cergy). Est paru en avril 2014 aux éditions Chroniques sociales, un ouvrage collectif Devenir animateur d’atelier d’écriture, auquel elle a contribué pour un chapitre intitulé Psychanalyse et écriture.

Elle a publié des nouvelles, des poèmes et également des livres d’artistes en collaboration avec des plasticiens et d’autres auteurs. (Editions P-D Limon, Editions B.G Lafabrie, Editions l’Indicepensable, Horizons Maghrébins etc).

Elle donne des lectures de ses poèmes dans divers lieux culturels (Vaucluse, Paris, Reims, Alger, Montpellier, Nice, Marrakech, …) et a été accueillie régulièrement depuis 2006 par Trace de Poète à l’Isle sur la Sorgue et depuis 2009 par Horizons Maghrébins à Marrakech. Son travail avec le metteur en scène Pierre Helly et plus récemment avec la metteur en scène et comédienne Isabelle Provendier, lui permet d’ouvrir les lectures à d’autres champs artistiques, et donc à un autre public.

Son ouvrage, paru en 2011 « Archives incandescentes : écrire, entre la psychanalyse, l’Histoire et le politique », préfacé par Benjamin Stora, témoigne d’un parcours transdisciplinaire et de son attention au traumatisme ainsi qu’aux processus de création chez l’artiste.

De son expérience de l’exil et de l’hospitalité à la figure de l’étranger elle tire une partie de sa matière. Elle a collaboré au livre « Histoires minuscules des révolutions arabes » sous la direction de Wassyla Tamzali paru en 2012 aux Editions Chèvre-Feuille étoilée.

Elle collabore à des Sites de poésie et Magazines culturels en ligne : Outre le site de Levure-Littéraire, on peut trouver des contributions de Simone Molina sur le Site Terre à Ciel : http://terreaciel.free.fr/paysages/entremots.htm

Elle est Membre de la Maison des Ecrivains et Sociétaire de la Société des Poètes Français.

 

 

simone.molina.ecrpf@gmail.com

et

www.inter-s-tisse.org

 

 

PUBLICATIONS

  • Publications dans des revues psychanalytiques


  • 1991 : « La loi, les mots, le silence. In « Le Point de Capiton » (Vaucluse)
  • 1991 : « Traumatisme-Evénement-Transmission » in ’Le Temps du non’ (Paris) :
  • 1992 : « … ça suit son cours… » in « L’Actuel » , Revue de l’Ariss (Marseille) :
  • 1994 : ‘Restauration-Art et Psy’ Colloque de Montfavet. In ‘Psychologie Médicale’ N° 26 ( Paris)
  • 1996 « Pluralité des langages et Singularité de la parole. » in Actes « Le Point de Capiton »
  • 1997 « Psychanalyse et Ecriture : de la correspondance à l’œuvre » in « Le Point de Capiton »
  • 1997 « Traumatisme et transmission : les deux reflets de la trace » et « Qu’est-ce qu’un étranger » : in « Le Point de Capiton »
  • 1997 : ‘Le Travail’. Revue Trames (Nice)
  • 1998 : ‘L’Altérité en question’. In Revue du GRP (Marseille)
  • 1998 «Psychanalyse et écriture : de la trace à la lettre » Actes « Le Point de Capiton »
  • 1999 « L’Absence » Actes « Le Point de Capiton »
  • 2000 : «Loi symbolique : le dit et les silences des textes fondateurs » Actes « Le Point de Capiton » (partenariat avec la Chartreuse de Villeneuve les Avignon)
  • 2000 : « Le traumatisme ». Actes du colloque international Association Franco-Maghrébine de Psychiatrie, à Alger (Algérie)
  • 2000 : « Secréation » ; Publication Internet, Etats Généraux de la Psychanalyse (Paris)
  • 2000 : « L’Hystérie aujourd’hui ». Actes Fondation Européenne pour la psychanalyse(Paris)
  • 2001 : ‘Le sexe incertain’. l’Impair N° 2-3 (revue du GRP – Marseille)
  • 2003 : « Poésie et Réel – La Poésie : une margelle du Réel ? » in « Le Point de Capiton » en partenariat avec la Scène nationale de Cavaillon,
  • 2004 : « Objet livre, Livre-objet, et Atelier d’écriture » in ‘La place des objets médiateurs en psychothérapie de l’expression et en Art-Thérapie’, Paris. Congrés Psy-SNC.
  • 2007 : «Transformations de la Parenté, ou nouvelles formes ? in « Le Point de Capiton »
  • 2007 : « Ce que je dis à un psychanalyste reste-t-il confidentiel ? » Article publié sur www.Squiggle.be, Site Internet de psychanalyse.
  • 2009 : « L’oubli en abîme » ; l’Invention des Enfants N°31, Revue Che Vuoi, Editions l’Harmattan ( Paris)
  • 2009 : « Le sujet de l’inconscient et le Politique » N° 23 Revue Sud/Nord Editions Eres ( Paris)
  • 2009 : « Quel avenir pour les fous? Expérience de clinique institutionnelle », in « Le Point de Capiton »
  • 2010 : « « Il y a Folie et folies ». in « Expériences de la folie », sous la direction de Patrick Chemla, La Criée, Edition Eres.
  • 2011 : « Le Pèlerin d’Amour ou l’Autre Scène » ; in « Les Voix du Transfert », en partenariat avec la Scène Nationale de Cavaillon ; Le Point de Capiton », Editions Champs social.
  • 2011 : « Secréation », « La pratique de régulation d’équipe en psychiatrie », « lire et écrire ou la métalepse en question », « il y a Folie et folies » dans « Psychose et création, Le séminaire Tome 1 et 2 », Edition Thétis.
  • 2012 : « Toute une vie au-delà des forêts… », in « La Fabrique du soin –Création et démocratie », sous la direction de Patrick Chemla, La Criée, Edition Eres.
  • 2012 : « Un parcours… » in Psychologues et psychologies, Bulletin du SNP
  • 2012 : « La Santé Mentale, cheval de Troie du néo-libéralisme », in « Symptôme et Dys-Fonctionnement », Journées Inter-hôpitaux janvier 2011. CH Yzeure.
  • 2013 : « Parcours de l’Indien, et autres textes », in « Entre rêve et création, le fil rouge de l’infantile ? » Actes du Colloque du Point de Capiton, novembre 2011 à la Scène Nationale de Cavaillon. Editions Champs social / le Point de Capiton.
  • 2014 : « les mots sont la seule terre où s’établir… » dans Politique de l’hospitalité, La Criée, Reims 2012, paru en Avril 2014 aux Editions Eres.

  • Publications diverses, audios, videos, film

  • Mai 1995 : Enregistrement pour France-Culture, avec Francine Beddock, Psychanalyste et Productrice : « L’Exil ».
  • Mai 2000 : Ouvrage collectif « La tentation de l’extrême-droite » (Lyon).
  • Février 2009 : Enregistrement vidéo (sur Internet) « Le sujet et le politique ».
  • 2014 : sortie du film de Denis Cartet, « Mon père Officier d’Algérie », avec des interventions de Simone Molina, moyen métrage à partir du court métrage de Denis Cartet « Obstruction brusque d’un vaisseau par un corps étranger ». http://vimeo.com/33819753
  • Publications liées à la question du processus de création artistique :

 

  • 1993 : « Répétition-création, ‘Le temps et l’art : l’atelier de Daniel Robert à Caseneuve’ » Editions- Galerie ‘l’Art et la Manière’ (Saint Martin de Castillon)
  • 2013 : « Éthique de l’animateur d’atelier d’écriture et désir d’écrire », dans « Pratiques d’écriture littéraire à l’université », sous la direction de Violaine Houdart-Merot, Edition Champion.
  • 2014 : « Psychanalyse et écriture » dans « Devenir animateur d’atelier d’écriture » en collaboration avec les enseignants du Diplôme universitaire d’animation d’atelier d’écriture, de Marseille Saint Charles. Editions Chroniques Sociales.

 

  • Publications dans des revues et ouvrages littéraires :

 

  • 1998 : Poèmes dans Les Cahiers du Détour. Editions ACERMA (Paris)
  • 1999 – 2001 : Nouvelles dans Les Cahiers du Détour, Editions ACERMA (Paris)
    • L’ennui
    • Stella
    • L’encre mystérieuse
  • 2006 : « Aomar Lekloum, un chemin dans la peinture », Revue Algérie-Littérature Action
  • 2007 : « L’homme et le Rien », Nouvelle, dans Revue des Archers, N°12 (Marseille)
  • 2011 : « Tresser l’Amitié – poème en hommage à Edmond Amran El Maleh » dans « Expressions artistiques et littéraires métissées au Maghreb et en milieu postmigratoire », Revue Horizons Maghrébinsle droit à la mémoire, N° 64, PUF du Mirail, Toulouse
  • 2012 : « Le rythme du monde se confond avec le souffle de l’homme – poème en hommage à Michel Raji » dans « Parcours d’artistes et dynamique des créations culturelles dans l’espace euro- méditerranéen », Revue Horizons Maghrébinsle droit à la mémoire, N° 66, PUF du Mirail, Toulouse
  • 2012 : « Je veux que ce pays soit le mien » dans « Histoires Minuscules des révolutions arabes », sous la direction de Wassyla Tamzali, Edition Chèvre Feuille étoilée, Montpellier.
  • 2012 : « Je m’appelle Semmia », et « Il s’est arrêté au milieu de l’avenue » dans Salade de Soi, Editions Thétis, 2012.

 

  • Publication en nom propre
  •  

  • Novembre 2011 : « Archives Incandescentes – écrire, entre la psychanalyse, l’Histoire et le politique » avec une préface signée par Benjamin Stora, Collection Che Vuoi ? Edition L’Harmattan.

 

  • Livres d’artistes :

 

  • 2003 : « Elles sont sept ; au trait par trait… » sous la direction de Claude Maillard, psychanalyste et écrivaine, avec des lithographies de B.G Lafabrie. Editions B.G Lafabrie.
  • 2006 : « Trois Mots ». sous la direction de Anne Vannier-Drüssel, (plasticienne et graveur), Collection Ribosome, Livres Hors Norme Muraux ; Editions L’Indice-pensable
  • 2008 : « Entre les Mots » Livre d’artiste numéroté, avec Dominique Limon, graveur.
  • 2009 : « Résille » et « Errances », 2 Livres d’artistes, numérotés, typographiés par S. Molina, avec des gravures de Dominique Limon, pour un coffret intitulé « Dit / moi »
  • 2009 : « Nymphéa », livre d’artistes, poème de S. Molina, avec des gravures de Dominique Limon, numérotés de 1 à 20.
  • 2010 : « Ephémères » Livre d’artiste avec Hippolyte Ludo, 4 exemplaires numérotés.
  • 2011 : Co-création (pour le texte) d’un livre expérimental avec Atelier d’écriture, Typographie et mise à livre par Anik Vinay : « L’autre moitié de l’ombre » avec l’Atelier des Grames et la Médiathèque Ceccano, Avignon.

 

  • Publications sur des Sites de Poésie et Magazines Culturels en ligne:


 

  • En projet :


  • Recueil de nouvelles. « Les Visages de Cendre »
  • Recueil de Poésie. « les Temps Epars » et « Voile blanche sur fond d’écran »

 

 

LECTURES PUBLIQUES :

 

  • Hérault :
  • 2006 : « Trois mots » Vernissage des Livres Muraux Hors Norme, à Saint Hyppolite du Fort.
  •  

  • Paris :
  • 2006 : « Le temps de l’envers » à La Terrasse de Gutemberg, avec Claude Maillard et d’autres auteures invitées.
  • 2008 : « Florilège », Lecture publique de poèmes, accompagnée par Jeanne Robert, violoniste. A l’Ecole des Mines.
  •  

  • Divers lieux en France et à l’étranger :
  • Juin 2010 : « Miroir » avec Sylvie Durbec, auteur, et Jean François Coadou, auteur et sculpteur, à Montfavet
  • Juin 2010 : « Le mystère est plus vaste que l’effroi », en compagnie de Leslie Kaplan, écrivain, à Reims.
  • Juin 2010 : « Poèmes à Ikrame », avec Michel Raji, à Marrakech (Maroc)
  • Octobre 2010 « Au suspens de l’Etoile » récital poétique, avec Jeanne Robert, Violoniste, et Renaud Grimoult, guitariste. (une maquette audio de ce spectacle est disponible), à Velleron.
  • Mars 2011 : Extraits de « Les Temps Epars » et « Magie d’Olinda », avec Roselyne Sibille, à Velleron.
  • Avril 2011 : « Le faible choix des mots » et « Tresser l’Amitié » en compagnie de Serge Pey et d’autres poètes et artistes invités à Marrakech (Maroc)
  • Juillet 2011 (8,9 et 10 juillet) : « L’indien au-delà des miroirs », accompagnée à la contrebasse par Jean-Yves Abecassis. Mise en espace Pierre Helly. Au Chapiteau du Théâtre Fou, pendant le Festival, avec Dominique Sorrente ( le 8), Caroline Sagot-Duvauroux ( le 9), Jean Palomba et le slameur Tolten ( le 10), à Avignon.
  • Juillet 2011 : Fabienne Lottin, comédienne, lit « Tombeau de la Chrétienne » à Isle sur Sorgue.
  • Novembre 2013 : Lecture publique à l’université de Nice après la présentation de « Archives incandescentes ».
  •  

  • Scène Nationale de Cavaillon :
  • 2009 : « Le vent sur la nuit, fragile », accompagnée par Jeanne Robert, et Elodie Fonnard.
  • 2011 : « L’indien au-delà des miroirs », accompagnée à la contrebasse par Jean-Yves Abecassis

 

  • Isle sur Sorgues (84) dans le cadre de « Trace de Poète » :
  • Juin 2007 : « On ne jette pas la matière humaine », accompagnée par Stefano Foger, Contrebasse. Trace de poète « Lieux de mémoire »
  • Juin 2008 : « Je cherche sous la blessure du socle » lecture publique avec Caroline Sagot-Duvauroux et Jean Louis Giovannoni, accompagnés par Stefano Foger.
  • Juin 2008 : lecture collective « Chantier des Libre-court »
  • Juin 2009 : « Au-delà d’un seuil de sable », lecture publique dans la Chapelle du Vieil Hôpital, avec Jeanne Robert, Violoniste ( Paris) et Elodie Fonard, Soprano ( Paris)
  • Mai 2012 : Présentation de « Archives Incandescentes » par Jean Louis Giovannoni, avec une lecture croisée : extraits de Pas Japonais de JL Giovannoni , de poèmes d’un recueil inédit « Les temps épars », et de poèmes contenu dans l’ouvrage présenté au Château de Saumane, dans le cadre de Trace de Poète.
  • Mai 2013 : « Récits des Temps Epars », Lecture à deux voix avec Danièle Ors-Hagen, cantatrice, performeur, metteur en scène/ théâtre vocal, qui a travaillé pendant 20 ans avec TAM en Allemagne.
  • Mai 2014 : « Voile blanche sur fond d’écran » Lecture à deux voix avec la Compagnie Ip&co. Mise en scène de Isabelle Provendier, images de Christine Le Moigne. A la Fabrique à Isle sur Sorgues

 

  • Avignon (84) et au Théâtre Isle80.
  • Mai 2014 : « Voile blanche sur fond d’écran » Lecture à deux voix avec la Compagnie Ip&co. Mise en scène d’Isabelle Provendier, images de Christine Le Moigne. A la Fabrique à Isle sur Sorgues

 

  • En projet : « Voile blanche sur fond d’écran » à Lambesc (13).

 

PRESENTATIONS PUBLIQUES, depuis 2011, de « Archives Incandescentes » avec lectures :

 

  • En 2011 et 2012 :

Cavaillon, Reims, Paris (deux fois), Montfavet, Montpellier, Pignan, Marseille, Fontaine de Vaucluse, Grenoble.

  • en 2013 : Toulouse, Montpellier, Forcalquier, Paris ( séminaire Parole/ génocide), Nice.

 

  • projet en novembre 2014 : Théâtre des Halles à Avignon, avec Alain Timar et Antoine Spire.
  • projet, en collaboration avec le cinéaste Denis Cartet : Manosque, en octobre 2014.

 

Principales CRITIQUES du livre « Archives Incandescentes » sur des SITES Internet :

 

http://www.oedipe.org/fr/mode=search/livres/detail?id=1322&title=&author=

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/taky-varsoe/030812/archives-incandescentes-ecrire-entre-la-psychanalyse-lhistoire-et-le-po

 

http://www.psychasoc.com/Kiosque/Archives-incandescentes

 

http://www.oedipelesalon.com/passeur/s_molina_0213.html

 

 

Articles similaires

Tags

Partager