Séverine Le Burel

 

 

 

Bienvenue en République d’Amérique Islamique.

2040. Après une attaque nucléaire et au terme d’une sanglante guerre civile, les Etats-Unis sont devenus les Etats-Islamiques d’Amérique. Depuis Seattle, la nouvelle capitale, le gouvernement et la police religieuse tentent de vaincre les derniers Etats restés aux mains des fondamentalistes chrétiens…

C’est dans ce monde où règne la paranoïa que disparaît Sarah Dougan, historienne et nièce du chef de la sécurité. Un ancien guerrier, un feddayin, Rakkim Epps, est chargé de la retrouver. Il se lance dans l’inconnu, avant de comprendre qu’elle est en possession de documents susceptibles de saper les fondations du nouvel ordre.

 

Né en Floride en 1947, Robert Ferrigno est un ancien joueur professionnel de poker. Feddayin! est le premier tome d’une trilogie donc Rakkim est le héros.

 

(les deux autres tomes ne sont pas encore traduits en français…)

 

 

http://www.jailu.com/docs/Albums/38161/9782290023877.jpg

 

Feddayin! de Robert Ferrigno
(2009 aux éditions Le cherche midi ; réédité en 2010 aux éditions J’ai lu)

 

 

[Tout d’abord, qu’est-ce qu’un « feddayin » ? 

Wikipédia nous en dit plus : « Les feddayinsont de petits groupes de commandos palestiniens ne reconnaissant pas Israël et qui s’y opposent par les armes. Souvent mentionnés dans les années 1970, ils sont à la base des mouvements comme Hamas, ou le Jihad islamique. »

Dans le roman de Robert Ferrigno, les Feddayin sont des guerriers surentraînés (tueurs, espions) qui se battent pour une cause qu’ils croient juste.]

 

Tout tourne autour de Sarah Dougan, jeune femme cultivée, nièce de Redbeard, le chef de la Sécurité Nationale, et de son secret. Ils évoluent en 2040 dans la « République d’Amérique Islamique ». Les Etats-Unis ont été attaqués par des bombes nucléaires et des troupes musulmanes ont pris le pouvoir (comme en Europe d’ailleurs… où presque tout le monde s’est converti). Cependant, le bonheur n’est pas au rendez-vous car les guerres civiles, les fondamentalistes et autres anarchistes essaient tant bien que mal de prendre le pouvoir. Entre autres, il y a Le Vieux, un homme d’un âge [très] avancé qui souhaite régner sur le monde et Ibn Aziz, l’ascète extrémiste.

On se trouve au coeur d’un pays dont le peuple est converti mais terrorisé. Tout le monde se cache derrière ses chapelets et personne ne dit rien, en proie à la peur d’être battu, emprisonné ou de se faire trancher une main.

De l’autre côté du globe, c’est la Chine [première puissance mondiale de 2040] qui se réjouit de la descente aux enfers des « ex-Etats-Unis d’Amérique » qui, eux, sombrent dans l’ignorance technologique et souffrent des pires maux.

C’est donc dans ce bourbier politique que vit Sarah, une professeur d’histoire à l’université. Mais elle va se révéler contre le système en vigueur et écrira un livre qui fera scandale. Ce qui va la mettre en danger, c’est l’écriture de son second livre qui pourrait bien remettre en cause tous les fondements du nouveau régime.

Rakkim, son amant feddayin, est là pour la protéger.

 

Une idée folle, très originale et hallucinante ! Les Etats-Unis réduits à n’être qu’un petit pays en pleine guerre parmi tant d’autres. Il s’agit d’un monde bien ficelé et plein de détails. Robert Ferrigno a su créer un univers très précis, sans « coquille ». Un monde parfait de l’extérieur qui va vite se révéler être un chaos sans nom, pourri de l’intérieur.

 

Grâce à des chapitres relativement courts et rythmés par les cinq prières journalières qu’exige le Coran, la lecture est facile et fascinante. On découvre les dessous du monde islamique, ses rites et ses croyances. C’est formidable d’en apprendre plus sur ce monde assez secret.

L’évolution de l’histoire se fait en parallèle pour divers personnages : en effet, tantôt on suit les faits et gestes de Sarah (qui a fuit pour sa sécurité), tantôt de Rakkim (le héros qui recherche Sarah), ou encore de Darwin (le tueur feddayin fou à lier qu’on adore détester), etc…

 

Tous ces personnages sont formidables et très différents. Sarah est une jeune femme forte qui a perdu ses deux parents et qui a donc été élevée par son oncle Redbeard. Quand elle découvre le mensonge qui est à l’origine de la « Transition » (c’est-à-dire le changement de régime) elle va tout faire pour que le monde entier sache enfin la vérité.

Rakkim, âgé d’une trentaine d’années, est un feddayin à la retraite, chose très rare car les feddayin ne partent jamais à la retraite, ils sont plutôt tués en mission… ou par leurs propres chefs! Recueilli par Redbeard à la mort de ses parents, il va devenir une sorte de « super-feddayin », capable de tuer quelqu’un avec un seul doigt… Il va partir à la recherche de Sarah, sa petite-amie, après que Redbeard lui en ai donné l’ordre. Commence alors une course contre la montre où il va devoir affronter bien des dangers.

Parmi ces dangers se trouve Darwin. Ah, Darwin… Un personnage énigmatique… et très dangereux ! Un assassin feddayin, rien que ça, qui a été entraîné à tuer, et il le fait à merveille. Cependant la folie lui a brouillé les idées et il ne tue plus seulement quand on lui en donne l’ordre, il tue aussi qui il veut, quand il veut… Froid et sanguinaire, il a complètement perdu le sens des réalités et, quand Le Vieux lui demande de retrouver Rakkim, cela va vite se transformer en jeu pour lui. Mais un jeu très sanglant…

 

Suspense, complots politiques, meurtres, sang… Robert Ferrigno a su capter mon attention ; mon intérêt pour l’histoire n’a cessé de croître au fil de la lecture, jusqu’au dernier mot de la dernière phrase, de la 637ème et dernière page…

Et la fin ! Magnifique ! J’ai cru que ce moment n’arriverait jamais. Un moment clé qui se fait attendre… On se languit de le voir arriver… Et il est parfait !

Un irrésistible sourire s’est dessiné sur mes lèvres à la lecture des 50 dernières pages (même si finalement, ce n’est pas vraiment drôle, mais plutôt tragique…). Un sourire de contentement.

 

James Ellroy a dit à propos de ce roman « un tour de force brutal et réjouissant ». Et bien OUI ! C’est puissant et ambitieux. Superbe !

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Agée de 16 ans seulement, elle a déjà participé en 2007, à la 5e édition du Festival International de Poésie « Teranova », de Metz, au Festival national « Lire en Fête », région Lorraine, ainsi qu’à la première édition du Festival International de Jeune Poésie  « Dante Alighieri », à Nancy.
Entre 2007 et 2009, elle a fréquenté un atelier d’écriture/lecture à la médiathèque Jean Morette d’Amnéville. C’est ici qu’elle a développé sa plume au près d’adultes de tout âge. 
Elle a collaboré en 2008 à la revue poétique Saltimbanques et au magazine RAL,M des éditions Le Chasseur abstrait.
 

A part l’écriture littéraire et l’informatique, l’autre grande passion de sa vie est l’aïkido, un sport à part, un art-martial. L’aïkido c’est le sport du self-contrôle et de la maîtrise de soi qui l’aide à rester en forme tout en assouplissant son esprit et son corps. Art qu’elle a pratiqué durant six années.

 

s.ecriture.over-blog.com

Articles similaires

Tags

Partager