Sarah Mostrel

 

Sarah MOSTREL

 

(Israël-France)

 

 

 

LA TRANSPARENCE

 

La transparence, dénuement, dénouement…

 

Des photos nucléaires aux rayons lasers

Mon corps en négatif, mes os, rien que des bribes

Sans peau, ni cœur ni chair…

 

Le cerveau « circonfit », nul signe de pensée

Nulle trace de superflu, la graisse s’en est allée

L’apparence humaine semble être démesurée

Plus de clefs ni mesure pour ni même soupeser

 

Que reste-t-il de moi dans cet univers clos ?

Des souvenirs de froid, de zombies, de ghettos

Les fosses sont grand ouvertes à toutes les folies

Anonymes de sexe, d’âge, fi ! Que de mépris !

 

Pour ces semblants de forme encore si mouvantes

Qui, par faute de peau, ne peuvent plus s’étirer

Qui telles des automates aux fresques ambulantes

Subirent la non recharge et finirent calcinés.

 

 

©Sarah MOSTREL, extrait de « La Rougeur des Pensées », publié aux éditions La Bartavelle

 

 

 

– LE TANGO DES MOTS :

 

 

 

INSPIRATION KABBALISTIQUE

 

Si je savais les paroles

Je pleurerais le monde entier

Je combattrais les souffrances

Les désastres, les mort-nés

 

Je me lancerais dans l’étude

Des caractères mystiques

La Kabbale, les concepts

Philo-psy-métaphysiques

 

Je monterais l’échelle

Du fini vers le divin

Vers la lumière secret

L’aleph de l’alphabet

 

J’illuminerais de mes mains

Le savoir des grands Sages

Et puis je redescendrais

Pour ramasser le feuillage

 

Du présent éparpillé

Des âmes désespérées

Je leur donnerais ma force

L’énergie du ciel soleil

 

J’encastrerais les indices

Et leur poids donnerait des ailes

Parce qu’au plus bas de lui-même

L’Homme habite un royaume

 

Magnifique, vénérable

Et il ne tient qu’à lui

D’aller chercher la couronne

Et de retirer l’écorce du Malheur.

 

 

©Sarah MOSTREL, extrait de « La Rougeur des Pensées » (éditions La Bartavelle)

 

 

 

– IL TUTOYAIT LES ASTRES :

 

 

 

NÉGATIONNISME

 

Il écrivait aux étoiles éteintes

Loin dans le ciel obscur

Une tentative ultime par ses messages brûlants

D’en ranimer les braises

Dans son cœur se consumant

 

Emportées par le vent, soufflées par une bise

Les décomposant en larmes délavées

Il n’en avait retenu que la couleur

Un sale délabrement d’une mémoire

enflée par la nausée…

 

Ebahi par la négation

Accablé par l’ampleur du conteste

Il se pliait tel un saule dont l’étole aurait enveloppé les brimades

Tentant de les élever malgré sa vocation :

Une douleur intemporelle qui ne l’avait jamais quitté

 

Le souvenir sali par le reniement

L’aberration et le mensonge obscènes

S’enroulaient et devenaient inaudibles

Dans la confusion des sens, de sa conscience

et de tout ce qu’il essayait d’oublier…

 

L’inconcevable l’avait amené à sa perte

Son passé de souffrance ne suffisait pas

Il devait de nouveau affronter l’horreur,

le parjure, le blasphème

Le « négationnisme », disait le nom savant

 

La semence du temps,

aux mêmes encours parcourus de non-dit

Avait porté ses fruits

L’inconcevable inénarrable, on l’avait écarté

hors du contexte viable

 

Et « Ils » se plaisaient à narguer les pauvres gens

Qui, comme lui, avait vécu dans les camps

Qui comme lui, avaient vu tous leurs proches gazés

L’un après l’autre, dans l’atroce nudité de l’humiliation

Par la dégénérescence de l’esprit aryen au rien d’humain

 

L’emblème gammée le mortifiait à nouveau

De ses cris, il réveillait une âme absente

Qui pour s’en sortir et fuir la folie

Avait dû enfouir, dans le sable des tourmentes, dans le ciel sans lune

Ces lettres qu’il adressait à ces étoiles éteintes

Et qui restèrent à jamais sans réponse…

 

 

© Sarah MOSTREL (extrait de « La Caresse de l’Âme », éditions La Bartavelle)

 

 

mostrel

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

BIO

 

De formation initiale ingénieur, Sarah Mostrel est écrivain, journaliste, musicienne.

 

MAJEURES PUBLICATIONS

 

ESSAI :

OSEZ DIRE JE T’AIME, éd. Grancher (2009)

 

RECUEIL DE NOUVELLES :

LA DÉRIVE BLEUTÉE, éd. L’Echappée Belle (2014)

RÉVOLTE D’UNE FEMME LIBRE, éd. L’Echappée Belle (2013)

 

RECUEILS DE POÉSIE :

CHEMIN DE SOI(E), éd. Auteurs du monde (2015)

TEL UN SCEAU SUR TON CŒUR, éd. Auteurs du monde (2012)

LE PARFUM DE LA MANDRAGORE, éd. Atlantica-Séguier (2009)

LA CARESSE DE L’ÂME, éd. La Bartavelle (2003)

LA ROUGEUR DES PENSÉES, éd. La Bartavelle (2001)

L’ABSOLU ILLUSOIRE, éd. La Porte des Poètes (2000)

 

LIVRES D’ARTISTE :

À MESURE QUE JE T’AIME, éd. Transignum (2015)

A CŒUR DÉFENDANT, éd. Transignum (2011), bilingue français/anglais

 

CD :

CES HEURES OÙ TOUT S’EFFACE

(texte-voix-chant : Sarah Mostrel, Musique : Jean-Pierre Brouard) (2015)

POSER LE MONDE (texte-voix-chant : Sarah Mostrel, Musique : Pierre Meige) (2011)

DÉSIRS PASTEL (texte-voix-chant : Sarah Mostrel. Musique : Pierre Meige) (2010)

 

DISTINCTIONS

Médaillée de l’académie ARTS-SCIENCES-LETTRES (2015)

Médaille du rayonnement culturel de LA RENAISSANCE FRANÇAISE (2014)

Prix de poésie néoclassique ANDRE OMBREUSE, SAPF (2014)

Grand prix international CHARLES LE QUINTREC (Mention spéciale), SAPF (2012)

Primée lors du 7e concours international de Poésie La Porte des Poètes (1999)

 

Quelques liens :

Articles similaires

Tags

Partager