Rolande Scharf

 

 

 

(France)

 

 

MAMAN ET PETIT PAUL

 

(psyparodie)

 

 

– MM –

Combien de fois faut-il te répéter de ranger ta chambre. Prends garde c’est bientôt Noël et le Père Noël risque bien de se souvenir que tu es un  garçon désordonné et désobéissant …

 

– PP –

Tu me prends pour une brêle ? Je sais bien que le Père Noël n’existe pas !

 

– MM –

Mais PP tu l’as bien vu l’an dernier chez Tante Mila !

 

– PP –

Oh, vraiment là tu exagères : j’ai surtout vu que c’est grand-père qui s’est collé une fausse barbe et un bonnet ridicule : ses chaussons dépassaient de la robe rouge qu’il avait enfilée à l’envers; et il parlait avec une grosse voix comme s’il était enrhumé …

 

– MM –

Si tu as vu ça, c’est dommage, mais je t’en prie ne dis rien à ta petite sœur qui a écrit une si jolie lettre avec un beau dessin au Père Noël pour lui demander une poupée Barbie avec Ken.

 

– PP –

Ma pauvre t’es vraiment naïve ! Zoé elle a fait une lettre et un dessin parce que tu lui as promis de la dispenser de gym si elle le faisait. Elle déteste la gym et toi tu la forces à y aller; elle aimerait faire du roller, et pour Noël, ce qu’elle voudrait c’est un I phone et toi tu dis que c’est trop dangereux, qu’elle risquerait d’aller sur internet.

En même temps je trouve que tu l’élèves trop à l’ancienne : qu’est-ce qu’elle en a à faire d’une poupée à la tête siliconée et d’un Ken à l’air stupide ? C’est ça que tu veux qu’elle copie plus tard ?

 

– MM –

Mais chéri, toutes les petites filles ont envie d’être belles comme Barbie et de rencontrer un Prince Charmant. Ken, c’est vraiment le garçon idéal, non ?

 

– PP –

Peut-être pour les femmes ringardes de ta génération qui ne connaissaient pas la pilule et n’avaient qu’une idée en tête : se dégotter un bon mari.

Allo MM, atterris ! On est en 2013. Pour être belle il y a d’autres moyens que ceux de ton temps ! Et avant d’être beau il faut déjà être riche. Alors Ken en vrai, avec son hélicoptère perso et son chalet à Gstaad.

Ken qui a une usine et des centaines d’employés qui travaillent pour lui.

 

– MM –

Et toi PP qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?

 

– PP –

Je ne sais pas : quelque chose qui fasse gagner des sous.

 

– MM –

Tu sais, l’argent n’est pas tout dans la vie.

Fais des études et apprends pour avoir plus tard un métier intéressant, qui te permette d’être utile aux autres, ou qui te fasse voyager, découvrir le monde  et rencontrer des gens, un métier qui te laisse le loisir de te cultiver, de pratiquer un sport ou d’être un artiste; bref choisis une activité que tu aimeras exercer longtemps …

 

– PP –

T’as vu toi, MM : avec ton CAPES de français latin grec, qu’est ce que tu fais ? Tu te coltines les cailleras de ton collège pourri de banlieue. C’était pas la peine de faire tant d’années d’études pour gagner un peu plus que le SMIC et te faire chahuter par tes « élèves ».

 

– MM –

C’est parce que c’est la crise, PP. Plus tard les professeurs seront mieux considérés et les enfants ne traîneront plus dans les rues au lieu de faire leurs devoirs et d’apprendre leurs leçons.

 

– PP –

Tu parles, et Papa, avec son diplôme d’ingénieur tu crois qu’il aura un jour de quoi se payer la moto de ses rêves ?

Non MM, moi je veux gagner plein de sous, je veux avoir des copines et pas une femme qu’il faudrait supporter toute la vie. Je veux être libre, si tu vois ce que je veux dire ?

 

– MM –

OK Petit Paul, tu ne crois plus au Père Noël mais là on est dans le métro et tu vois la dame là elle est debout. Alors tu vas lui céder gentiment ta place.

 

– PP –

Et pourquoi je le ferais ?

 

– MM –

Parce que cette dame est âgée, qu’elle est fatiguée et que toi tu es un enfant bien robuste et bien élevé.

 

– PP –

Oui mais pas débile ! Pourquoi je devrais donner ma place à cette dame qui est moche et qui sent mauvais ? Qu’est-ce que ça me rapportera ? J’en ai marre de vos principes de vieux; les jeunes doivent toujours vous obéir, et en plus il faudrait qu’ils vous cèdent leur place ?

Tu n’as qu’à demander à ton Père Noël de créer assez de places assises pour les vioques, de te donner un salaire décent et d’apporter à Papa sa moto avant qu’il n’aie l’âge d’entrer en maison de retraite …

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Rolande Scharf est médecin spécialisé en psychiatrie. Après des études secondaires à Metz et des cursus universitaires à Nancy et Strasbourg, elle travaille actuellement, à l’Hôpital de Jury, en Lorraine.

Comme beaucoup de ses confrères, elle est attirée par les arts et, de temps en temps, elle pratique la peinture, l’art dramatique, le piano, et l’écriture.

 

Intéressée par l’archéologie, la paléontologie et en général tout ce qui concerne la préhistoire, Rolande Scharf est tout à fait passionnée par l’étude et la préservation de la vie animale.

 

Écrire est la seule activité qui puisse se pratiquer avec un minimum de matériel, sans contrainte de lieu ou de temps, affirme Rolande Scharf. Il lui arrive souvent de prendre quelques notes entre deux consultations, lorsque ce qu’elle vient d’entendre puisse (re)devenir l’amorce d’une histoire ou l’esquisse d’un portrait sous forme de vignette. Sa plume et son pinceau s’invitent ainsi à un voyage- réflexion, hors des sentiers battus.

 

Elle aime imaginer des pièces de théâtre et des contes, ainsi que des poésies ou des nouvelles.
Les dernières années, Rolande a participé à divers festivals de poésie et a vu certains de ses textes littéraires publiés dans des revues franco-espagnoles, belges et françaises.

 

 

Articles similaires

Tags

Partager