Nancy R. Lange

 

 

(Canada)

 

 

 

La femme pont

 

 

Les pétales de cerisier absorberaient le bruit de mes pas et je me serais égarée dans un rêve rose.  Un pont désert au-dessus d’un étang attendrait des rencontres à venir. Il serait passé l’heure. Il n’y aurait plus personne. Je marcherais jusqu’à ce pont que nous avons traversé ensemble jadis et j’essaierais de dessiner sur l’air le mouvement de ta chevelure au moment exact où tu as décidé de prendre la parole en la dénouant.  Toi, ma mère adoptive, ma sœur et mon enfant.  Yoko. Malgré sa brièveté, le nom laisse en moi une large trace, comme le son prolongé d’un gong. Ton nom me traverse tandis que j’envisage l’échec inévitable des mots à vouloir te dire entière malgré cette brèche que tu as ouverte pour moi dans ton silence et dans ta si japonaise retenue.

Comment saisir un parfum, révéler la douceur des mousses centenaires couvrant les pierres des chemins de tes montagnes sans les abîmer en les touchant? Toute traduction s’amorce ainsi dans le délicat partage de ce qu’on conservera d’intact et ce qu’on transformera par le contact.

Photographies, dessins, petite sculpture, installation. Je les ai scrutés longuement comme des énigmes, ces fragments de toi que tu m’avais offerts.  Tu as voulu que je me fasse artiste en arts visuels dans ta galerie alors j’ai fait un collage de nous et j’ai enroulé dans un verre vide une photo de toi pour offrir un peu de ton mystère aux passants, sur le bord d’une fenêtre donnant sur ta rue. Toi, ce trépied soutenant les branches croulant sous les fleurs.  Moi, cette nomade qui tourne le dos au miroir pour envisager la route menant au bout du monde, arrivant à toi et qui se déplace, la bouche pleine de mots.

Les traducteurs sont des voyageurs qui partent à la rencontre de mondes qui leurs sont étranges et qui les apprivoisent.  J’ai essayé de rendre le rythme, la sonorité et le prisme du sens de poèmes écrits en anglais par d’autres que moi.   Je me suis voulue loyale et fidèle au chant initial.   J’ai marché le sentier étroit de vouloir rester au plus proche.  J’ai aussi traduit des photographes et des sculpteurs en poèmes ou en prose. Dans l’euphorie du partage et du dire ensemble, certains jours. Mais plus souvent qu’autrement, dans la conscience triste de ne pouvoir épouser qu’imparfaitement.

Parfois je mets la nappe à la table de parole et je convie les autres à un festin.  D’autres jours, je m’arrête pour sonder le silence profond comme l’eau d’un étang, noire sous une nuit criblée d’étoiles qu’on peut voir reproduites, en surface, lorsqu’on s’y arrête. Je me mets à nu, me glisse dans l’étang et m’allonge sur le dos pour devenir miroir avec un grand drap noir comme lit, constellé de quelques point lumineux isolés, rares comme les rencontres exceptionnelles où l’écoute se fait incandescente.

Te souviens-tu encore de moi, Yoko? Nous marchons aux antipodes d’une même sphère.  Je rêve d’une croute terrestre doucement parlante. Je rêve d’un impossible nous.  Je crois que tout poème est une traduction du monde. Voici le mien.  Je sors de l’eau et revêt un kimono pour te rejoindre.  Debout sur le pont au cœur du jardin désert, je t’attends.

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

 

Nancy R. Lange vit à Laval, au Québec.  Elle est poète, auteure, médiatrice culturelle, animatrice d’ateliers, artiste multidisciplinaire, traductrice littéraire, conceptrice d’événements culturels, journaliste littéraire et présidente-fondatrice du regroupement d’auteurs RAPPEL: Parole-Création. Elle a publié huit recueils de poésie aux Écrits des Forges, chez Marcel Broquet éditeur et aux éditions Le Temps volé ainsi qu’un recueil au Mexique, chez Mantis, un journal d’artiste au Japon et deux livres d’art.

 

Ses spectacles multidisciplinaires ont été présentés à travers le Canada, aux États-Unis, ainsi qu’en tournée au Mexique, au Chili et au Japon.

 

La filiation et la transmission sont des thèmes majeurs dans son œuvre et dans les événements qu’elle organise. Artiste engagée pour la protection de l’eau, elle est la créatrice du projet Ambassadeurs de rivières qui célèbre les rivières du Québec par des événements littéraires auxquels ont participé plus d’un millier de personnes depuis 2015.

 

 

Droits Photos : https://nocturnades.wordpress.com/2013/04/22/lart-de-lange-nancy/

Articles similaires

Tags

Partager