Mokhtar EL Amraoui

 

 

 

(Tunisie)

 

 

LA BECQUEE

 

 

      Arlette B.  Sandre

 

 

Ils viennent les vautours

Aux lunettes académiques

Nous tendre leurs becs philanthropiques,

Leurs becs parfumés de sang frais,

Pour nous donner

La becquée civilisatrice,

La becquée technologique,

A nous,

Becs-bicots,

Becs secs bourricots.

 

Ils viennent nous donner

La becquée-art

La becquée-dollar

La becquée-science

La becquée-culture

La becquée-paix

La becquée-liberté

La becquée- hasch

La becquée -bombe H

La becquée-sous-traitance

La becquée- inflation

La becquée-chômage

La becquée-bidonvilles

La becquée-crachats

La becquée-pillages

La becquée-mensonges

La becquée-taules

La becquée -bourreaux

La becquée-barreaux

La becquée-bureaux d’anthropométrie pour zouaves-négros

 

Je songe à leurs becs qui partent

Et qui come back

A leurs becs-bombes

A leurs becs-mitrailles

A leurs becs-canons

A leurs becs-napalm

A leurs becs qui repartent bourrés

De blé, d’huile, de gaz,

De pétrole, d’or, de cuivre, de phosphate

Et de jeunes pour toutes sortes de corvées

Grises, noires et blanches camouflées.

 

Je songe à leurs putrides becs

Proférant injures et menaces.

Je songe aussi

A nos becs secs

Nos becs bicots

Qui ont faim,

Qui ont froid,

Nos becs de proies

Pour grands becs trusts !

Mais, de nos becs bicots,

Commencent à sortir

Les gazouillis des grandes colères !

 

 

NECTAR DE SOIR

 

 

      Caroline Westerhout

 

 

Le choeur des étoiles

Bat, dans tes yeux,

De mille feux sonores.

 

Laisse donc tes lèvres fleurir,

Au miel de la rosée.

 

Je viendrai butiner

Ton nectar, le soir.

 

Laisse-moi ceindre tes seins de roses !

 

Viens donc te baigner dans les herbes

Que charme la cithare allumée !

 

 

BALLET EPISTOLAIRE

 

 

       Alex  Alemany

 

 

Le papillon, là-bas, au loin, brille d’un dernier rire parfumé.

 

Ruissellement diamantin de souffles multicolores.

Bal et épi solaire.

 

L’or à grains se lève,

Dans les aguets d’airain du semeur.

 

Et le champ meuglant

Ponctue, de son parfum,

Le crépuscule poussant le soleil

Vers l’étable des cieux

Qui moulent le grain des mers.

 

Ah! cette farine moussant l’escalator des vagues,

Quand les poissons,

Tels des coquelicots,

Aux vents de mai, offrent leurs tiges d’écailles

Aux caprices d’une sirène ennuyée!

 

 

BETON

 

 

       Peter Gric

 

 

Du béton,

Rien que du béton !

Les mains serrent le béton,

Dans le noir du goudron,

Dans le gris froid,

Le béton a des rides sur le front.

 

Des pieds géants de béton,

Pas lourds de statues !

Du béton,

Rien que du béton.

 

Béton carnivore,

Béton qui vomit les passants

Aux coeurs de béton.

 

Froids de béton,

Chauds de béton,

Soleils de béton,

Lunes de béton,

Etoiles de béton,

Saluts de béton,

Rires de béton,

Ciel de béton

 

Mots béton,

Sexes béton,

Rêves de béton,

Rien que du béton !

Du béton plein les villes,

Du béton plein les campagnes,

Du béton plein les coeurs.

 

Silences de béton,

Ennuis de béton,

Solitudes de béton,

Tombeaux de béton

 

Pas proliférant de béton,

Peaux de béton !

Du béton plein les coeurs,

Du béton plein les villes !

 

Le temps coule,

Comme du mortier,

Vers une mort de béton.

 

Tu gueules,

Tu cries,

Tu rages,

Tu brandis ton poing,

Rien que du béton !

 

Ce qu’il faut vraiment,

C’est des bulldozers

Pour casser tout ce béton,

Pour secouer les gueules de béton !

 

Fouille, creuse,

Au plus profond de toi,

Pour déterrer tes bulldozers !

Ne flanche pas

Car tu en es capable !

Aurais-tu la mélancolie de béton ?

Tu dois l’accoucher, ton bulldozer !

Débride-le !

Ne le dompte pas !

N’en fais pas une poupée de galeries !

Mets-le, donc, sur le tapis,

Comme la dernière carte

Que tu tiens

De tes cinq doigts

Qui tremblent !

 

Si tu as peur de perdre,

Alors, ravale ta rage

Et n’en parlons plus !

Crève de béton !

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

© Mokhtar El Amraoui in « Arpèges sur les ailes de mes ans »

 

AUTOBIOGRAPHIE :

Je m’appelle Mokhtar EL Amraoui. Je suis poète tunisien d’expression française; Je suis né le 19 Mai 1955 à Mateur en Tunisie. Pour l’heure, j’enseigne le français et vit à Bizerte. En 2010, j’ai publié un recueil intitulé « Arpèges sur les ailes de mes ans », ISBN:978-9973-05-892-8.
J’ai un blog qui s’intitule Poèmes de Mokhtar El Amraoui et autres voyages.
La muse amusée s’amuse des âmes usées mises au musée!

 

http://mokhtarives.blogspot.fr/

Articles similaires

Tags

Partager