Michel Bénard

 

 

 

(France)

 

 

Doris Stricher,

Graphiste-Photographe

 

 

 

 

… ce qui retient  l’attention  c’est l’objet de  sa démarche, de son mode d’expression, son cri de vie, car l’œuvre de Doris Stricher est un véritable cri sociétal, une prise de conscience profonde et universelle.

 

Forte de son bagage artistique, de son sens de l’observation, Doris Stricher prend conscience qu’elle détient un regard artistique naturel qui fût nourri et développé par ses cours de l’histoire de l’art qui affinèrent sa vision objective.

 

Doris Stricher est une femme d’esprit, l’œuvre pour elle doit délivrer un message, doit permettre de nous élever, de pouvoir nous faire prendre conscience de nous extraire absolument de la pensée unique, codé et formatée.

 

D’office si elle aime Doisneau, Brassaï, Ronis, etc.…..elle refuse la référence et surtout l’influence trop envahissante.

 

Doris Stricher en appelle à la réflexion et à la mise en situation.

Pour tout dire elle élabore une photographie, un graphique comme on écrit un poème de la résistance, comme on rédige un tract pour l’humanisme, comme on milite ou tire une sonnette d’alarme.

 

La photographie, l’infographie, les techniques de l’imagerie moderne, offrent bien des avantages d’expressions, mais indiscutablement il leur faut un supplément d’âme et pour cela Doris Stricher, y ajoute une note personnelle, le graphisme spontané.

 

Une nécessité d’apporter un plus naturel, un plus à échelle de la main, donc à hauteur d’homme !

 

Ainsi par superpositions d’images, des graphismes, d’écriture, car à l’origine Doris Stricher était beaucoup plus portée sur l’expression écrite que par l’image. Ex universitaire, ne l’oublions pas !

 

Elle va mettre en résonnance sa vision ou son angoisse de la vie, ou plus précisément de ce que devient la vie.

 

Assez inquiétante en fait face aux moyens destructeurs dont peuvent user ou abuser aujourd’hui les forces au pouvoir.

 

D’où le thème sous-jacent de cette exposition : « Gaz à tous les étages »  

Oui, pollution, érosion, mais aussi et cela remonte aux premiers combats de Champagne en 1914 triste anniversaire de la mémoire, où la folie humaine sans limite, commence à utiliser les fameux gaz moutarde, la suite depuis nous la connaissons et encore tout récemment en Syrie.

 

D’une manière diaphane et en filigrane Doris Stricher nous plonge presque poétiquement au cœur de l’aliénation du monde, de l’ivresse du pouvoir, de l’érosion planétaire prématurée.

 

En un mot de l’anéantissement de l’homme !

Disons plutôt du genre humain.

 

Doris Stricher travaille par images dédoublées, superposées, mêlées, par retour de vision qui gravitent autour de nos rêves.

 

Rêves d’un univers idéal, de paix, d’amour, un monde presque parfait.

Néanmoins, tout semble si fragile, si éphémère, tout n’est que bris de glace, intemporalité, le flou est permanent, indéterminé.

 

Comme ce visage du peintre autrichien Egon Schiele, dont le portrait nous apparaît au travers une fusion réelle et irréelle. Où est la vérité ?

 

Oui, l’univers de Doris Stricher est une robe de papier, un voile sur deux visages en filigrane, un inquiétant constat d’incommunication.

 

Notre artiste nous propose autour de ses compositions photographiques, infographiques, graphiques ou collagistes, une vision de notre environnement, une déchirure, mais aussi beaucoup de lucidité et de poésie.

 

A sa façon elle recompose la réalité, souffle une volonté d’unité dans un monde en totale dualité aux couleurs maniqueistes.

 

Doris Stricher tente de marcher vers plus de lumière, de nous restituer une épiphanie, de s’engager sur la ligne de partage des eaux et de croire encore en une lueur d’espoir.

Ici je laisserai le mot de la fin à un ami de Doris Stricher, Philippe Marin il me semble si ma mémoire est bonne et qui passa comme un feu follet en concluant : «  Doris a une œuvre pudique emprunte de violence! » 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Michel Bénard, poète, essayiste, critique d’art

Lauréat de l’Académie française

 

____________________________________________

 

Doris Stricher – graphiste-photographe

 

 

Exposition Espace Mompezat

(S.P.F) du 02 au 15 Novembre 2013.

« Gaz à tous les étages »

http://doris-stricher.eion.me/

Articles similaires

Tags

Partager