Mathias Lair

 

Mathias Lair

 

(France)

 

 

 

Écrire avec Thelonious

 (extraits)

 

 

Mathias Lair 2

 

comme d’un arbre / s’égoutte

du clavier / un destin

d’être ici / nulle part

ailleurs chante / son écho

fait des trous entre / les notes

sous les doigts / de Thelonious

en cuillers / pas en bec

pour frapper / blanches

et noires / il touche

de la pulpe / les sentir

dans la chair / quelle vibration

du blues / monte

––––––––––––––

 

pas l’amble / non

ça coince ça / bloque

et ça reprend / parfois

ça balance du / oui au

non au oui / ça ne va

pas en sortir /

puis reparti

guilleret / blue monk

oublie / le fil

à la patte sautille / sur les notes

tant pis / pour les grandes

envolées

–––––––

 

donc j’ai pensé

écrire comme / Thelonious

là y avait / art

poétique / sans nul doute

j’avais oublié

pourtant

après / des années

y a d’ça

––––––

 

en quoi Monk / poète il ne reste

pas dans les croches / fait remonter

ce qu’il y a entre / les touches un poème

pareil respire / entre les mots

–––––––––––––––––––––––

 

intériorité impro / silence

voilà / la formule

ça vient / du dedans

écrire c’est / creuser

le silence / pour écouter

ce qui vient / sinon que des

récitations / le poème

ouvre le lecteur / à l’improvisation

pour sauter loin / des partitions

–––––––––––––––––––––––––

 

enfermé / dans une forme

c’est le sort / du formage

ça ne se répand / plus ça reste

entre les planchettes / de bois moulé

 

ne supporte pas / a l’impression

d’être enclos / en cercueil

il faudrait protester / tout foutre

en l’air toute / civilité mais

au nom de / quoi

alors on reste / en négro costumé

cravaté pour la forme / on garde

la main / gauche fait le stride

oubliant / une marche

de temps en / temps mais

on garde / la pulsation

elle court / en soi retenue

et ressurgit / en temps voulu

–––––––––––––––––––––––

 

harmoniques / fêlées

d’un métal / déchiré

ne sonne / plus mais s’éraille

 

hérissée / en bataille

diffractée / la brisure

pas très nette / a laissé des

épissures / cela fait un

bruit de bastringue / de vieux

piano mécanique / dézingué

il faut supporter

pour sortir de / la rondeur

satisfaite qui guettait / on allait

tourner rond / en rond

chaque chose à / sa place

il n’y aurait / plus

de respiration

–––––––––––

 

la première dissonance / est révolte

très be bop / plus t’es vite

plus t’es fort/ grand mac

en sax ou / piano

ou drums / la quantité

entraîne une autre / qualité

oiseau tu deviens / the bird

loin de sa branche / meurt

à trente cinq ans / Thelonious

continue / dans le trou

d’harmonique ouvre / une voix

monte / de la dissonance

ne s’agit plus d’aller

vite / mais profond

–––––––––––––––

 

à chaque fois / c’est raté

mais on sait / ce qu’il cherche

ce que ça / serait il veut pas

du vieux radada

(rime

et non rime en prose po / bien

cadencée ça serait / tip top)

mais quoi / d’autre

en errance / pas d’ici

pas encore / là-bas

– mais y s’rait-il que / chu

serait / à nouveau

normosé

donc / condamné

à l’entre deux / la tentative

rien  / que le chemin

––––––––––––––––

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Mathias Lair écrit des poèmes, des nouvelles, des essais. Il a animé la revue Mot pour Mot, il y a déjà longtemps. Publiera un premier roman en 2016, chez Serge Safran éditeur. Vit à Paris.
Il défend les droits des auteurs : il est administrateur du CPE (Conseil permanent des écrivains) et de la SGDL, où il préside la commission poésie. Il est également secrétaire général de l’Union des Poètes & Cie.

 

DERNIERS TITRES PARUS
Ainsi soit je, La rumeur libre, 2015
Aïeux de misère, Henry, 2014
La chambre morte, Lanskine, 2014
Oublis d’ébloui, L’échappée belle, 2013
Enfin, Ed. Gros textes, 2012
Pas de mot pour, Ed. Éclats d’encre, 2011
Inzeste, Ed. Gros textes, 2010
Quimiac suivi de Ici, Encres vives, 2010
La femme de Kovalam & autres fictions érotiques, Ed. Gros textes, 2009
Accords perdus, Ed. Gros textes, 2006
Jean Isnard, les mains dans l’ombre, éd. Area, 2004

 

Publie régulièrement en revues, notamment chez Comme en poésie , Verso, Passages d’encres, Poésie/première, Brèves, Sarrazine, N 47, Triages… et, en numérique, chez Inks, Levure littéraire, Recours au poème, Secousse, Incertain regard.
Une chronique : Il y a poésie, revue Décharge depuis le no 122 à aujourd’hui

 

 

Site : www.sgdl-auteurs.org/mathias-lair

Articles similaires

Tags

Partager