Martine Cros

 

 

 

(France)

 

 

Ressenti de lecture

 

 

«  Voyages de cris à double sens »

Sur le poème de Rodica Draghincescu

 

 

in

 

 

RA(ts)

 

 

Les Editions du Petit Pois, janvier 2012,

 

 

 

 

*

 

 

Rodicatescence

 

 

Rodica,

Poète,

 

 

Pendant qu’entre mes doigts se

consume un sweet Orient,

tu m’inocules ton poème

 

 

Je sais

oui

que ton silence dit bien des choses

et que ce bien des choses doit se dire en peu de mots

 

en l’effleurement le plus persistant de la fleur du mot

 

et ce peu de mots dire

nous scelle dans une sorte d’éternité

 

 

Poète,

 

 

Tu parles de l’amour et de son absence

Et de la liberté face à eux

Je sais

 

que la liberté sans amour n’est rien

 

Avoir des ailes sans pouvoir ni se poser sur le corps du désir

ni s’envoler hors de la cage des petits feux terrestres !

Je sais

 

qu’oublier ce qu’on perd doit être confié au seul temps

dépourvu de nous

que

pendant ce

temps il est

encore l’heure

de rompre la perdition

avant qu’elle ne nous

dessèche

Je sais

 

Il faut oser te demander

Poète

de rompre dans sa fraîcheur

l’errance du monde

de la partager comme on partage un paysage

cheveux,

regard,

étonnement au vent

 

Ce qui saigne du doute lorsque l’amour s’éloigne

devient alors

la rivière

 

 

‘Ici c’est nulle part, l’ultime destination’

 

 

En soi

avec un fil funambulesque

tu descends par ta gorge et ses catacombes

t’y laisses glisser

mains

épaules

hanches

échine

chevilles

ensuite seulement le visage

puis tu fouilles les entrailles

dragues les souvenirs

trouves le bon débarcadère

intime

 

 

‘Incisez’

 

 

Je sais

 

Tu veux asservir les cicatrices à l’improbable guérison

à couvert d’une hypnose

dans l’invocation magique des mots

et dans la responsabilité assumée de leur rage

 

 

Dans notre voix qui sort de la capitale de la douleur

toutes les voix de nos ancêtres pleurent

ma voix grave

presque cassée

dans

ta voix énigmatique

gracieuse

Je sais

 

Tu veux dompter les larmes dans la voix

dresser la folie des démons

Poète

 

tu apprends à nager à tous ceux qui cherchent

des rives apaisées au-delà de

l’eau en sang

où ricoche l’humiliation

Tu sais,

 

ces cercles sur l’eau s’espaçant jusque l’étale et la lisseur

captent ta lumière

la diffracte par l’écume

l’onde du Don

 

 

Chaque rescapé reçoit alors un rai

blond dans son

coeur

 

 

Pour cette Rodicatescence,

 

Merci…

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Martine CROS est née le 12 juin 1963, à Berlin, d’un père biterrois venu du sud de la France danser avec sa mère berlinoise tout au nord de l’Europe. Elle a vécu de nombreuses années à Nancy où se déroule sa scolarité ; à Metz, elle passe 3 années à l’institut de travail social. Depuis plus de 20 ans, elle s’est installée en Bourgogne, vers Dijon.

Elle a toujours écrit des poèmes depuis sa tendre enfance. C’est son fil conducteur, de funambule, sa colonne vertébrale, sa pensée permanente, les pulsations de son cœur.

Sa passion est d’écrire, son rêve est de peindre à nouveau, et elle souhaite se remettre au piano. Rien que cela…

http://allerauxessentiels.over-blog.com/

http://lejournalsecrivant.blogspot.com/

Articles similaires

Tags

Partager