Marie-Pierre Ulloa

 

 

(USA)

 

 

 

Defendere

 

Protéger

Résister

 

Garantir

Soutenir

 

Empêcher

Repousser

 

Intégrer

 

Façonner

Son corps

Pour tenir

 

Muscles

Comme une œuvre d’art

 

Elégants

Eloquents

 

Sans tintamarre

 

Regard

Apaisant

Contraignant

 

Espiègle

Aussi

 

Souriant

Souvent

 

Grands yeux noirs

Perçants

 

 

Sa peau

Son texte

 

Sa peau

Deux Lettres

 

Capitales

Initiales

Partiales

 

Ce corps

Est à moi

 

Vous n’y avez pas

Droit

 

Rien ne dit:

Prenez-le

Au saut du lit

 

En libre-service

Disposez-en

Selon votre bon plaisir

Laissez-le à l’office

 

Ce casque, ces gants

Ce protège-dents

Eloigner

Mon intégrant

De l’assaillant

 

Résister

A bon entendeur

Comme bon me semble

 

Il aime l’absurde

Il est gâté

 

Son corps Fait barrage

 

Son corps

Fait naufrage

 

Choisir sa calligraphie

Celle qui fait écran

 

Avant de défendre les autres

Courir et se couvrir

 

Assurer sa survie

Au bout de la nuit

 

Briller sous la lumière

Des projecteurs

Des ordinateurs

 

Choisir ce sport

Précisément

Pour dire

 

Je suis une partie

Intégrante

Un bon parti

 

J’appartiens

A ce pays

 

Il est mien

Autant que tien

 

Je suis d’ici

Et de là-bas

Aussi

 

Là-bas

Il ne connait pas

 

Il imagine la vie

De son père

 

Comme ci

Comme ça

 

Avait-il les muscles

Affinés, serrés

Intégrés comme lui?

 

Sa peau

Suppôt de Satan

Si longtemps

 

Les rastas

Le tatouage

Sur le bras

En signe tranquille

De ralliement

 

Revendiquer

Sa place

 

Défendre

Sa mère

Sa soeur

Des assaillants

 

Comme Obama

Il vient de là-bas

 

De l’Ouest

Dans son cas

 

Comme Obama

Il grandit sans papa

 

Sa mère vient

Des Iles

Des deux Nobel

 

Il écoute sa musique

Quotidienne

 

Grandir dans un Etat

D’un autre temps

 

Déménager

dans l’Etat tourné

Vers l’avant

 

Il a la foi

Il ne l’exhibe pas

 

Quatre ans d’intégration

Sans soumission

Au marketing de soi

 

Il donne à voir

Une partie de son histoire

Sur les réseaux

Sans trop en divulguer

 

Juste ce qu’il faut

 

Pour dire une inquiétude

Un fou-rire

Un délire musical

Une injonction de vote

 

Résignation

Détermination

 

Chasser tous les chacals

Les récalcitrants

 

Il aime l’absurde

Il a été servi

 

Comme des millions

D’autres

Abasourdis

 

Son geste

Sur le poster

Restera

Comme un éclat

 

Geste

Enveloppant

 

Ses avant-bras

Repliés sur soi

 

Comme une invitation

D’inclusion

 

Embrasser le monde

 

Brusque coup de nuque

Quand ses cheveux rebelles

Désintégrés

L’interpellent

 

Geste de bascule

Sensuel

 

Par moments

Des flashs de Gordimer

Du Pick-up

Charriés par la mer

 

L’Attaquant

Blanc

Geste menaçant

Grandiloquent

 

Sa peau

Immaculée

Blanc sur blanc

 

Sur le poster

Cultiver le mystère

 

Un monde sépare

Le défenseur

De l’attaquant

 

L’attaquant

Grandit dans une famille unie

Loin de la périphérie

 

Un père, une mère

Des frères

 

Père familier

Des stades Des honneurs

 

Fratrie masculine

Avec qui rivaliser

S’exercer, s’amuser

 

A l’assaut

Dès le berceau

L’attaquant

 

Avoir les clés en main

Dès l’aube

Ne garantit pas

Le ticket gagnant

 

L’attaquant a remporté

Seul les échelons

De premier de cordée

Selon ses seuls dons

 

Ceux du défenseur

Viennent de très loin

 

Différents

Magnétiques

Rassurants

 

Protéger les siens

Dès le petit matin

 

S’imposer

Dans un sport

Vertigineusement

Américain

 

Stopper

Arrêter

Neutraliser

 

Le défenseur

Le protecteur

 

Un monde le sépare

De l’attaquant

Et pourtant

 

Esprit d’équipe

Cycle intégrant

Différences tues, minimisées

Se concentrer sur la solidarité

 

Même dynamite

Eclectique

Même dynamique

Celle de l’Amérique

Passer le portique

 

 

 

Cicatrix

 

Elle est belle

Elle m’appelle

Elle me colle à la peau

Ma cicatrice

Ma matrice

 

Mon fils aime

La regarder

La toucher

 

Dire qu’un jour

Elle aurait une tendre utilité

 

Nouveau terrain de jeu

Out le cabinet de curiosités

Après toutes ces années

 

Cerclée de traces de vie

Fermée par un grain de beauté

Sur le côté

Un autre

En différé

 

Mon violon d’Ingres

Balafre endiablée

 

Partie intégrante

De mon intimité

 

Signe d’appartenance

A une communauté

Les opérés à ciel ouvert

 

Cela ne se fait plus

Dit le chirurgien orthopédiste

Catholique egyptien

De Phoenix

 

Les procédures sont moins invasives

En 2016

 

Gardez votre cicatrice

C’est un collector

 

Une rareté

Une antiquité

 

Une archive

Un sceau d’authenticité

 

« A ciel ouvert »

Vocabulaire de champ

D’excavation

 

A l’air libre

Sans voûte

Sans protection

 

Mon dos

Mon corps

Sans toit

 

Mon dos

Mon corps

Pantois

 

Mon corps

Mon dos

Sa loi

 

 

 

De la Californie

 

La Californie

C’est ici

 

La Californie

C’est là-bas

 

La Californie

C’est en face

 

La Californie

C’est en toi

 

La Californie

C’est de face

 

In your face

 

La Californie

C’est pluriel

 

La Californie

C’est une partie intégrante

De l’Amérique

 

 

La Californie

C’est rebelle

 

 

La Californie

C’est précis

 

La Californie

C’est FAST

 

La Californie

C’est idéel

 

La Californie

C’est surréel et c’est pour bientôt

 

Big One

 

La Californie

C’est un langage

A part

 

La Californie

C’est un continent

 

San Francisco, c’est Tanger

Stanford, c’est Casa

Atherton, c’est la Marsa

 

La Californie

C’est gorgée de

Myriade de Californies

 

Celle de Sonoma

Fait la courte échelle

A celle de Napa

 

Celle de San Diego

Tourne le dos

A celle de San Francisco

 

Celle d’Irvine

Ne plaît pas à

Celle de Mendocino

 

Celle des Execs

De la Silicon Valley

Attablés

Au Peets coffee

 

En partance japonaise

Danser la javanaise

En duty-free

Loin des carcans polis

 

Munis de cartes de crédit

De retour

Démunis  assagis?

 

Celle de Los Angeles

Toise celle de Sacramento

 

Celle de La Joya

Cultive son moi

 

Celle de Santa Clara

Se cherche une aura

 

Celle de Menlo

Se fait secrète

Face à celle

De Palo Alto

 

Celle de Berkeley

Vit de son passé

De Panisse

A l’Université

 

 

Celle de Big Sur

Reste fidèle

A Romain Gary

 

Celle de Carmel

Cultive son miel

D’ex-hippies

 

Celle de Stanford

Oublie d’aller à la gym

A minuit

Quel est ton alibi?

Mais reprend des veggies

A midi

 

Celle du lac Tahoe

Offre son olympique logo

Au regard des locaux

 

Hiver comme été

A longueur…. d’années

 

La Californie dernier cri

Se décline en Tesla

Plutôt qu’en Ferrari

 

La Californie

Se gentrifie

 

La Californie

Se dessèche

 

La Californie

S’embellit

 

La Californie

S’enrichit

 

La Californie

Se glorifie

 

La Californie se grippe

Tremble l’Amérique

 

La Californie saigne

Le monde se mortifie

 

La Californie s’oublie

L’Amérique dépérit

 

La Californie

S’enthousiasme

D’Hillary

 

La Californie s’ébranle

Le monde ralentit

 

La Californie s’emballe

Le monde perd appui

 

La Californie s’enivre

De ses succès

 

La Californie écarte

Les circonspects

 

La Cali-fort-nid

De l’envol

Du nid

 

A quand l’épiphanie?

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

Marie-Pierre Ulloa est maître de conférences en études françaises et francophones à l’université de Stanford où elle enseigne l’histoire intellectuelle et culturelle du monde francophone. Elle a soutenu sa thèse à l’Ehess sur les diasporas maghrébines en Californie, intitulée : Du Maghreb à la Californie : trajectoires migratoires, récits d’intégration.

 

Elle est l’auteure de Francis Jeanson, un intellectuel en dissidence, de la Résistance à la guerre d’Algérie (Berg International, Paris, 2001, Stanford University Press, 2008, Casbah Editions, Alger, 2009). Membre du Taube Center for Jewish Studies, et chercheuse associée du Mediterranean Studies Forum et du Abbasi Program in Islamic Studies, ses travaux portent sur le Maghreb contemporain.

Articles similaires

Tags

Partager