Marcel Chetrit

 

 

(Israël)

 

 

 

 

 

 
Désespérance

 

Détruire,

où l’autre a construit

tant d’ardeur,

de volonté,

d’espérance,

détruire l’espérance.

Impact du mal.

 

Hommes de guerres,

gouvernants de guerres,

devancer les instincts,

détruire,

se détruire,

sacrifice humain post moderne,

déchirer le firmament

de nos mains atomiques.

écarteler les sept ciels,

pour qu’enfin

l’harmonie universelle s’effrite.

                                                  L’homme détruit.

                                                  la nature se reforme,

                                                  l’herbe ne pousse-t-elle pas

                                                  sur les charniers de Sobibor?

Etre, une herbe,

une fleur, un arbre,

assister,

Bouddha figé, statufié

étourdi.

Sûr, être sûr,

que le temps refera,

que l’espoir renaîtra.

Instant des instants,

Entre deux guerres.

                                                  L’homme sage est pareil

                                                  à l’arbre des champs,

                                                  la fleur de l’illusion

                                                  s’est perdue dans les étoiles.

 

 

 

A Primo Lévy

 

Tu ouvres la porte,

geste ultime sur le néant.

Précipitamment,

tu t’es levé de ta table de travail,

trente années de labeur,

d’écriture,

trente années, tu sculptes, tu graves

le papier d’espoir,

de miettes d’espoirs,

une goutte d’étoiles dans ta nuit,

nuit figée dans le loin de ta jeunesse,

Jeunesse, râpée, volée, arrachée,

dispersée aux océans,

tourmente du condamné,

balancement,

vertiges,

vivre,

s’accrocher encore,

se fondre dans l’abîme,

un instant,

une éternité.

Tu t’accroches,

quelle force te retiendra,

te tirera en arrière.

Ah, entendre une fois, encore,

la voix familière,

un geste, une main fraternelle

sur ton épaule.

Là, ta table, ton stylo,

tes cahiers.

Danses des mots, des phrases,

qui s’échappent, virevoltent,

se répandent sur le monde.

Encore et encore écrire, dire,

raconter,

enchâsser la mémoire

Dans la masse visqueuse du temps.

Repousse, repousse, ces murmures

ces voix de l’étrange, de l’autre monde,

toi le vaillant de l’absurde,

le combattant,

le porte- faix des misères,

toi, qui redonnais l’espoir aux agonisants

d’un quart de pomme flétri, caché dans tes hardes,

toi, qui bravais de ton regard italien,

le bleu glacé germanique.

Toi, qui annulais de ton sourire

le ²vous n’êtes pas digne de vivre²

Que fais-tu frère, écoutes encore un mot,

un frère qui t’aime,

tous tes frères portés par ton courage.

Ta parole si vraie, si profonde.

Le monde n’a pas assez entendu,

la mémoire s’estompe, se trompe.

Regardes, déjà on plante des arbres

Sur les charniers.

On efface l’écriture avec des graisses nouvelles,

on écrit des flots de mots qui emportent tout,

torrent furieux qui cherche le calme de la mer.

Ta voix, ta main,

trace indélébile sur le cœur des hommes vrais,

ton genoux fléchi,

Balancement inexorable,

Non, retiens encore un instant,

Ecoutes, peut être

Une voix…..

 

 

 

          Ils ont

                    des yeux

                              et ne voient pas.

 

                                                  Par milliers,

                                                  les arbres renversés

                                                  tendaient leurs racines vers le ciel.

                                                  Les branches, les feuilles mutilées,

                                                  s’enfonçaient  dans le limon des terres.

                                                  Les restes calcinés,

                                                  tordaient leur corps tronqués,

                                                  ombres de mémoires dispersées

                                                  du vent implacable de l’histoire.

 

… La vie était là dans ce soir d’été,

la voûte  étoilée du firmament,

chaleur tendre de la terre,

parfums grisants de la lavande et du thym

sur la garrigue,

le chant aigre-doux des cigales,

ramenait au bonheur oublié.

Aimer, rêver dans l’espace infini,

vibrer au  rythme des pulsions

interstellaires.

Nos corps s’accordaient sans le dire,

douceur du chant de la vie.

 

                                                  …Par milliers

                                                  les corps retournés

                                                  tendaient leurs membres mutilés.

                                                  Sol de pierres, de béton,

                                                  ruisseaux de sang abreuvant la terre,

                                                  terre saturée, terre écœurée,

                                                  terre gorgée de cris,

                                                  de souffrances muettes,

                                                  corps- entrailles baillant

                                                  dans l’humide glacé

                                                  des chambres mortuaires…

 

Yeux,

regard,

regards qui regardent,

regards qui se détournent,

yeux qui se ferment et se rouvrent,

regard non- regard.

ne pas se retourner.

Il y avait des yeux pour le regard,

il y avait des yeux pour la pitié,

il y avait des yeux pour l’amitié…

 

                                                  …Ils étaient des milliers,

                                                  les branches tournées

                                                  vers un ciel obscurci…

 

                                                  Des pierres calcinées …

 

          …Pour

                    ce nouveau printemps,

                              rien n’a changé…

 

 

 

Ils ont des yeux et ne voient pas

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

 

Marcel Chetrit, Chemin de Vie

http://www.marcelchetrit.com/

http://www.amazon.de/Marcel-Chetrit/e/B007T0D8P8

http://www.marcelchetrit.com/?page_id=62

Articles similaires

Tags

Partager