Magda Igyarto

 

 

(France)

 

 

 

Un soir banal

 

Un soir    banal      dans une rue         banale      Une lumière jaunâtre       un trottoir       maculé           de crottes de chien de détritus      Un recoin      de pénombre                    à l’abri du vent          Un sac galeux                sur un mur       lépreux Des bouteilles     de plastic       des cannettes              de bière  du papier gras     froissé      dégoulinant               d’une sauce brunâtre         Une odeur            écoeurante                de pisse de saleté                                                                        Malaise

Un anorak déchiré        bleu délavé           aux poignets râpés Une couverture       élimée          cache                     une forme indéfinissable                  un tas de chiffons        recroquevillé dans       une immobilité         catatonique             sur le froid de la misère                                                        Malaise 

Des pieds      calleux      de femme           émergent          d’un jean    usé    trop court           bleuissent       sordides      dans   des escarpins   éculés    aux talons     cassés            Malaise

La ville      bruisse        à deux pas                           de lumière Spectacle       ordinaire        dans une rue                 ordinaire avec des badauds        ordinaires         aveuglés                 par leurs soucis              ordinaires                                   Malaise

Regarde     papa         tu vois    là                  Allons         viens                 on va rater         le début du film                          une droguée                   une alcoolique            t’en fais pas        Le jugement      libère       la bonne conscience        de l’indifférence                 Malaise

 

Mais toi                       pauvre clocharde                 n’es-tu pas le miroir           de ce que            je pourrais                       être

 

 

 

Elle attend

 

Elle attend            le front brûlant                          à la fenêtre le froid    glacé         apaise la fièvre                 Hurler comme          la bête    qui sent           venir        la mort      Pleurer  comme            l’enfant    apeuré         que     seul  l’amour         peut apaiser Insondable fragilité        lorsque les heures              comptent double              chaque jour            jeté                         sur elle l’ensevelit     le ciel       noyé                 dans             ses larmes Dans       la prison         de la souffrance                 elle choisit la lutte              celle de David                           contre Goliath celle                  du pot de terre                   contre le pot de fer Son arme           son écriture       brûlante        qui dénoncera qui accusera           qui réveillera                      les consciences Les mots       accumulés      en lignes droites                serrées les unes       contre les autres                   seront               leurs barbelés                  les barreaux                        de leur prison

 

Au bord         de son temps            compté                au-dessus du vide           de sa jeunesse            sa mort             la privera du sourire                          d’avoir gagné               son combat 

 

 

 
Vertige

 

Une lune       morne         réfléchit sa rondeur               sur les vitres brisées            du canal            Les entrelacs         de ses songes               de gypse            glissent             sur une forme torchonnée           de souffrance                             Une femme au visage    émacié          bute le nez                   contre le mur invisible            du néant         sordide                   Elle mendie son ventre       brûlant            crie famine                Ses mains sont       vides      La pluie fine       pénètre         ses os fragiles

 

Vestige           d’un cœur           en berne        Ellipse      d’une agonie      lente     L’eau     glauque        sera          son linceul

 

 

 

Migrante

 

Elle marche     elle marche         le regard           rivé     au sol petit poisson         pris au piège       d’une nacelle          solide qui racle      le fond    de la misère    de la guerre     du profit pris    au piège    des filets      de la fatigue          du désespoir profond     comme les nuits    froides     des déserts traversés des montagnes      à gravir         avec       les loups aux aguets pris au piège    d’une angoisse    lame de fond      du jour qui se lève     à la nuit     qui s’achève      Elle vit                encore elle survit      Elle a survécu     des mois              des semaines des jours      et des jours      elle a    perdu             tout repère

Elle      ne compte plus       les kilomètres          de souffrance d’endurance     d’intolérance                             les kilomètres de vexations          d’humiliations                       de corruption  les kilomètres    d’injures    de tortures                  de bavures les kilomètres    de soif    de faim       de maladie       d’espoir

Le corps     sac d’os      épuisé    pénétré       dévasté           vit encore      le cœur          bat encore       les pieds        avancent encore       la tête       la tête surtout                       rêve encore Un corps           debout       arc tendu                  par habitude vibrant       au chant       des sirènes     d’une vie            autre

Difficile      d’imaginer              le silence                        le rire des enfants            les trilles      des oiseaux                     après le vacarme        incessant       des bombes     les cris            les pleurs     les drames      Elle sera    comment         cette vie-là

 

 

Magda Igyarto

Textes extraits du recueil «  Des graines germeront sur leurs pas » à paraître aux éd.  Le petit Véhicule en février 2017.

 

 

 

       MI et Eva-Maria Berg – FM, émission, Agora, Côte d’Azur, 8. 04. 2016
 

 

 

 

 

 
 
 

____________________________________________

 
Magda IGYARTO, artiste peintre auteure

Je suis née en Belgique d’un père hongrois et d’une mère polonaise qui m’ont inculqué la joie d’aller jusqu’au bout de ses rêves. Après des humanités gréco-latines réussies, je me suis inscrite à l’Académie de Bruxelles en section peinture, mais à la demande de mes parents, j’ai interrompu ces études pour l’université. Une fois mon diplôme d’agrégée en philosophie et lettres obtenu, j’ai enseigné durant trente ans en mariant ces deux orientations essentielles dans mon parcours de vie: l’écriture et la peinture.

J’ai essentiellement exposé ma peinture, à partir de 1974, en Belgique, en France et ailleurs, en galeries, mais aussi lors de la participation à des symposiums internationaux d’artistes.

L’écriture est restée longtemps mon jardin secret. Ce n’est que tardivement que m’est venue l’idée de publier mes écrits. « Métamorphose. L’eau, l’alpha et l’omega » est publié en 2010 et depuis lors, je continue en conjuguant poésie et peinture lors de vernissages, de concert-lectures, d’interventions en milieu scolaire et en médiathèque.

Pour que la poésie soit davantage entendue, depuis octobre 2014,  j’ai accepté de réaliser et d’animer une émission de poésie « Les Mots d’Azur » sur Agora Côte d’Azur. FM le deuxième vendredi du mois de 18h10 à 19h, ce qui m’a permis d’inviter et de rencontrer, entre autres, Christophe Forgeot, Colette Gibelin, Brigitte Broc, Marcel Migozzi, Katy Remy, Raphaël Monticelli , Alain Freixe, Claudie Lenzi, Albertine Benedetto, Eva-Maria Berg, Béatrice Machet, etc.

Certains recueils sont nettement  engagés: Métamorphose, Eau Mère, sur le thème de l’eau, Cris de femmes, Des graines germeront sur leurs pas, sur les discriminations et les violences que les femmes subissent encore à l’heure actuelle  partout dans le monde. Les autres écrits sont ceux d’une femme qui pose un regard sur sa vie, sur la vie, et tout ce qu’elle peut apporter de merveilleux, de terrible et d’inattendu.

 

 

Ouvrages

Métamorphose. L’Eau, l’alpha et l’Omega, poèmes, éd. Baudelaire, 2010

Abrasement et Transparence, poèmes, éd. Baudelaire, 2011

Regards croisés sur la Violence de la Dépendance, récit autobiographique coécrit avec Elise Boucher, éd. Edilivre, 2012

Emergence, poèmes, éd. Edilivre, 2012

Eclats d’Ame, poèmes, éd. Encres Vives, 2012

Pétales de Vent, poèmes, éd. Encres vives, 2013

Contes de l’Eau vive, autoédités par l’Ecole du Bicentenaire de Le Val, 2013

Histoires pour réchauffer le cœur, contes, éd. Edilivre, 2013

Sens à Vif, poèmes, éd. La Bartavelle, 2013

Eau Mère, poème en prose illustré (peintures de l’auteure), éd. Laumiel, 2014

Cris de Femmes, poèmes, pastels et fusains de l’auteure, éd. Laumiel, 2014

Loin des Vieilles Lunes, poèmes, éd. Encres Vives, 2015

Secrètes Dissonances, poèmes,  aquarelles de l’auteure, éd. Laumiel, 2015

Clichés en noir et blanc, poèmes , photographies, éd. Le petit Véhicule, 2016

Des graines germeront sur leurs pas, poèmes, photographies de Sonia Ciafardini « Esse », éd. Le petit Véhicule, à paraître en février 2017

 

 

Site web : www.magda-igyarto.com

 

 

Articles similaires

Tags

Partager