Leonor Gnos

 

 

(Suisse)

 

 

 

CONTREDANCE

 

Soleil

oeil  incombustible

choyé

sous l’Azur

léché

par les vagues de la mer

l’encre noire émerge

écrit sur le rivage

une mémoire

de noyé

 

 

 

Soleil

 

oeil en flammes

or bronze cuivre

dans l’incandescence de l’air

le déluge

à son terme refoulé

la terre

drapée

dans son deuil

 

 

 

Des lignes d’encre noire

 

s’étirent sur l’horizon

croisent

éclaires et tonnerres

au signal du fracas des sillons

le ciel se serre

comme mon cœur

les gorges s’esclaffent

est-ce le retour de la vague

jusqu’à ce qu’elle se brise

sur le ressac

 

 

 

Depuis le rivage

 

des sons d’orgue

comme pour un jour de fête

le chœur

des flots divaguent

jusqu’à l’estran

pâles palimpsestes

l ‘encre effacée

la nuit tombe

 

 

 

Joue de l’accordéon

 

frappe le tambour

chorégraphie

la tournée de la peur

foulée fulminante

pour danser par dessus le gouffre

sous la peau le sang bat la chamade

est-ce ainsi que se protège l’âme

à la pointe de l’âme

ce supplément d’âme

chasse les fantômes en secret

la mort qui enfante

 

 

Traduction de l’allemand : Nicolas Rouzet

 

 

 

 
 

 

 

____________________________________________

 
Leonor Gnos, 1938 à Amsteg Uri en Suisse. Formation professionnelle commerciale. Adaption de différentes langues en vivant en Angleterre, Italie, Espagne et Grèce. Diplomée par l’AKAD (langage culture) à Zurich.

De 1988 à 2009 chargée de cours d’allemand comme langue étrangère à Paris. Depuis 2010 elle vit à Marseille. Leonor Gnos écrit et publie de la poésie et de la prose.

 

Leonor Gnos https://de.wikipedia.org/wiki

 

 

 

____________________________________________

 

La biographie du traducteur :

 

Nicolas Rouzet

 

 

(France)

 

Né en 1970, originaire de Dunkerque, Nicolas Rouzet vit à Marseille. Il a publié des textes poétiques (souvent d’essence narrative ) dans une vingtaine de revues en France et en Belgique. Il est l’auteur d’un récit situé dans les Cévennes « La visiteuse » publié en 2011 par Meredith Le Dez ( MLD ) et d’un autre récit, inspiré par la mémoire familiale et la seconde guerre mondiale, « Villa mon rêve » à paraître en 2018. C’est ici sa première tentative de traduction publiée, en quatre mains avec Leonor Gnos.

 

Articles similaires

Tags

Partager