Kulturfr 9- 5

 

VIENT DE PARAÎTRE

 

Diplomatiques

 

Guillaume Decourt

 

 

Frapper fort ou bien le plus doucement possible, telle sera la devise choisie très tôt.
D’un déplacement à l’autre, d’un jardin d’ambassade à l’autre, s’installe le paysage dehors-dedans en arrière-plan de ces Diplomatiques comme dans les très anciennes peintures

italiennes.

 

 

Poésie / Musique ou Musique / Poésie : du pareil au même.

 

Musicien, Guillaume Decourt devient poète de façon naturelle mais différente. Le tempo marque dès lors aussi la scansion. Surgissement d’images ou de souvenirs de chairs à vif perçues très tôt. Distanciation ironique. Tendresse aussi là et là.

 

Musique / Poésie ou Poésie / Musique : indissociables donc.

Tel était le thème du n° 34 de Passage d’encres, « Interférences », coordonné par Alexis Pelletier et dont Christophe Bertrand, disparu trop tôt, était le compositeur invité avec une page de Vertigo.

 

Vertige de la mémoire : trace ici.

 

Guillaume Decourt est né en 1985. Pianiste classique, il a passé son enfance en Israël, en Allemagne et en Belgique, son adolescence dans les monts du Forez, puis séjourné longuement à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie. Il partage aujourd’hui son temps entre Paris et Athènes.
Il a publié trois livres de poésie : La Termitière,  Polder 151/Gros Textes, 2011 ; Le Chef-d’œuvre sur la tempe, Le Coudrier, 2013 ; Un ciel soupape,  Sac à Mots, 2013.

Il participe également à de nombreuses revues, dont L’Atelier du roman, Nunc, Diérèse, Phoenix, Place de la Sorbonne, Recours au poème, Verso, 7 à dire, Décharge, La Passe.

 

Passage d’encres, coll. Trait court

12 x 21 cm – 30 p. – isbn 978-2-35855-092-5.

5 € (franco de port).

 

 

 

Commandes : passagedencre@orange.fr

Chèques à l’ordre de Passage d’encres

Moulin de Quilio – F-56310 Guern.

Articles similaires

Tags

Partager