Katerina Anghelaki-Rooke

 

 

(Grèce)

 

 

 

L’anorexie de l’ existence

 

Je n’ ai pas faim, je n’ai pas mal, je ne pue pas

peut être profondément je souffre et je ne le sais pas

je prétends que je ris

je ne désire ni l’impossible

ni le possible, les défendus

pour moi les corps ne rassasient pas mes  yeux,

Le ciel je l’envie parfois

Le moment où le soleil éteint sa brillance

et l’amant bleu se donne

au charme de la nuit.

Ma seule contribution

au tournant du monde

est mon haleine stable.

Mais je sens aussi une autre

étrange contribution;

je suis d’ un coup saisie

d’ angoisse pour la douleur humaine.

Elle s’ étend sur la terre

comme une nappe liturgique

mouillée de sang

et elle couvre mythes et dieux

éternellement renaît

et avec la vie s’identifie.

Oui maintenant je veux pleurer

mais même la source de mes larmes

a tari.

 

 

 

Une vie momentanée

 

J’avais fermé toutes les fenêtres

qui étaient ouverts sur le jardin de la flèche.

Leurs volets seulement touchaient

les branches de l’amour qui étaient

courbées, sèches

et touchaient le sol.

Je gardais mes distances

de la vue des étoiles mortelles

et je faisais attention et ne pas désirer.

Et maintenant? Rien n’a changé

Il y a eu seulement un seul moment

où un regard éloquent

décrivait quelque chose

d’ une séduction incomparable

avec ma propre réalité.

 

 

 

Post-scriptum poétique

 

Les poèmes ne peuvent plus

être beaux

puisque la vérité est devenue laide.

L ‘ expérience est maintenant

le seul corps des poèmes

et plus l’expérience s’enrichit

plus le poème est bien nourri et il se pend pour qu’il se fortifie.

 

J’ ai mal aux genoux

et je ne peux pas m’agenouiller pour adorer la Poésie ;

c’ est seulement mes plaies expérimentées

que je peux lui offrir.

Les adjectifs sont fanés ;

c’ est seulement avec mes fantaisies

que je peux effleurer la Poésie.

Mais je serai toujours à son service

naturellement pour autant qu’elle me voudra

car c’est seulement elle qui me fait un peu oublier

L’ horizon fermé de mon futur.

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

BIO

 

Née en 1939 à Athènes, Katerina Anghelaki-Rooke a étudié en Suisse et en France. En cinquante ans d’activité poétique, elle a publié vingt recueils et traduit beaucoup de poètes russes et anglophones.

 

 

Articles similaires

Tags

Partager