Jean-Christophe Belleveaux

 

C:\Users\rodica\AppData\Local\Temp\P1130334.JPG

 

 

je cache bien mon je

 

1

 

jalons mal posés,

cadastre illisible :

boniment !

 

car

tôt et tard confondus

ma vie mal vécue

 

des masques en veux-tu

en voilà

visage vide derrière

et mon tourment

jeté par la portière

 

mon plaisir et mon tourment,

les reliefs d’un pique-nique

sur la berge

 

 

2

 

mes mots n’émeuvent

ni la page ni ma peau

ce sont

 

jachère

-contrée que les ronces

barricadent

 

où dorment

les spirales venimeuses

des serpents

 

n’ayez point

de gestes brusques

contre le vent :

je veille à l’intérieur

 

 

3

 

jacasse, oiseau blanc et noir,

clabaude sans

barguigner tes insanes criailleries

je suis le roi

qui ne t’entend pas

la flèche qui te dédaigne

 

 

4

 

j’écris cela :

désert n’est pas désert

j’offre mes jours en pitance à Cerbère

 

les couleurs ne peuvent rien

ni ne peuvent les glycines,

les mésanges, les chimères

 

j’élabore un

chagrin

bancal

 

 

5

 

jeudi vendredi samedi

cadence de

bagnard

 

foin des prescriptions !

ni lieu, ni être,

ni temps

aux allures de chewing-gum !

 

 

6

 

bateau cabané

ne peut plus naviguer

 

j’aimerais être un chien

qui ne sait rien,

une herbe immédiate

 

je récuse tout discours

congru et lui préfère

baragouin de crétin

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Jean-Christophe Belleveaux est le produit de racines nivernaises et polonaises. Né en 1958 à Nevers, il fait des études de Lettres à Dijon et apprend la langue Thaï à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales à Paris. Grand voyageur, notamment en Asie où il répète des dizaines de séjours de deux semaines à 6 mois, il s’est éloigné de l’enseignement et s’essaie à une plus grande disponibilité pour une existence en poésie.

Articles similaires

Tags

Partager