Irène Legros

 

 

(France)

 

 

Le chant d’une vie

 

Dans les ombres pâles du matin, alors que l’aube doucement envahissait le ciel de ses nuages voilés et roses, un murmure remuait les feuillages du monde. Les collines de l’horizon offraient aux yeux leurs pâturages verdoyants. Les ruisseaux, dont l’onde violette s’étirait en silence, regorgeaient d’immortalité et de vie. On pouvait distinguer ça et là de petites maisonnettes au toit de chaume, aux volets gris ciel, et dont le lierre avait envahit une majeur partie des murs. A l’intérieur, les habitants commençaient à se réveiller en entendant ce doux soupir qui parcourait la vallée. Il jaillissait de l’horizon, comme venu d’un autre temps, celui qui n’existe que dans les songes et les vieux contes, un temps que tout le monde connait, mais qui n’existe pas.

C’était une voix de cristal, aussi fragile qu’un flocon de neige, mais aussi puissante qu’une rafale de vent sur les hautes montagnes. Elle existait bien avant nous, et restera même après notre fin. Elle s’insufflait dans leur peau, jusqu’aux paupières, et remplissait leurs yeux d’une tendre mélodie, embellissant le monde et l’univers entier.

Un jour que j’entrais dans cette vallée, aventurier solitaire et téméraire, je m’étais assoupi sous un saule dont les douces feuilles m’encerclaient, berceau fugace et réconfortant. L’on racontait que dans ce pays, chaque chose étaient respectées, employées à bonne escient, sans mal ni haine. J’avais décidé de vérifier ces dires de mes propres yeux, marchant des nuits entières, parcourant les hivers, les plaines, l’extrême chaleur, et enfin, au crépuscule, j’avais aperçu cette minuscule vallée. Des lumières tardives éclairaient l’intérieur des foyers, des personnes en train de lire ou de parler pour la dernière fois de la journée. J’avais élu pour domicile ce tout petit saule, près d’une rivière où l’on pouvait entendre, si on le voulait bien, quelques grenouilles et poissons donnant un concert silencieux aux roseaux et aux nénuphars.  L’air était d’une pureté divine, ici, il ne faisait ni chaud, ni froid. Tout était suave, feutré. Les couleurs de ce petit microcosme étaient harmonieuses, sans aucune faute de palette. Je n’osais prononcer le mot parfait, car je n’avais pas découvert les terres immenses de ma vie, mais je sentais que la perfection pouvait être apparentée à ce hameau. Les maisons étaient ancrées dans le paysage, comme si elles avaient poussées du sol, comme si le monde les attendait depuis l’éternité. C’est dans cette vision idyllique que je me suis endormi.

Je l’ai entendu et elle s’est infiltrée en moi. Une voix de tourbillon qui fait chavirer la colère, qui fait s’envoler les feuilles et enserre les cœurs. Si simple, si limpide, si… Belle.

J’ai réellement vu le monde. J’ai vu des hommes bons et fiers du miracle de leur peau, de leur existence. Au regard profond et attendrie. J’ai vu que la douleur n’existe que si nous ne l’ignorons pas, qu’elle n’est là que parce qu’on l’accepte vainement. J’ai compris le bonheur, j’ai appris à aimer, à respecter, à trouver le bon dans chaque brin d’herbe, dans chaque rayon de soleil, dans chaque animal insouciant et innocent.

Les gens d’ailleurs étaient-ils si indifférents ? N’entendaient-ils pas ce chant vital et bigarré ?

Nous sommes devenus sourds, froids, détachés, dédaigneux. L’argent, le pouvoir, la consommation nous ont dépossédés de nous-mêmes. Ce peuple avait compris. J’aurais tellement aimé m’établir ici, ne plus partir, rester à jamais dans ce lieu de bonté et d’altruisme.

Mais j’ai dû me résoudre à partir, ouvrir les yeux une seconde fois. Puisque ce village, et je ne l’ai compris que bien des années après… N’existait que dans mes rêves.

 

 

 

 

____________________________________________

 

FORMATION

  • 2010-2012 : Université d’Avignon.

      – Lettres Modernes, L1 et L2.

  • 2007-2010 : Lycée Aubanel.

      – BAC Littéraire mention AB et Européenne (Allemand).

  • 2003-2007 : Collège Jean-Brunet, option Allemand Européen.

     – Dernier trimestre de troisième effectué en Allemagne, avec un projet d’échange.

 

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

  • 2010-2012 :  Cours de Français, Anglais, Allemand et de Grammaire pour des élèves de 6ème et de Première.

              – Baby-sitting.

  • Eté 2008-2009 : Distribution de tracts pour le Festival d’Avignon.
  • 2006 : Stage de 4ème effectué dans une école primaire.

 

CENTRES D’INTERET :

  • La Littérature
  • L’apprentissage de langues
  • Voyager
  • Ecrire

Articles similaires

Tags

Partager