Guillaume Le Meur

 

 

(France)

 

 

La fin des temps

 

Monde en bascule

Corps en balance

On recule

Puis on avance

Des nuits sans sommeil

Des matins sans envie

Des vies sans merveilles

Des jours où il fait nuit

Des gamins qui crient

Des femmes qui pleurent

Une ville sans bruit

Serait un bonheur

Aussi un malheur

On se sentirait seul

On entendrait ses pleurs

On ne verrait que sa gueule

Les jours de chaleur

On serait en nage

On serait sans rien

On ne serait pas sage

On ne serait plus rien

Pessimisme à souhait

Certainement je le suis

Fataliste sans jouets

Evidemment, je te suis

Folie sans pouvoir

Arbre sans racine

Courir sans savoir

Loin de ses racines

Je fuis le temps

Je ne regarde plus l’heure

Pour moi il est temps

De battre mon cœur

Je veux qu’il renaisse

Ce bourgeon printanier

Ne plus qu’il se blesse

Qu’il soit casanier

Il a besoin d’être entretenu

Il a besoin d’une main dessus

Il a besoin de se faire soigner

Tout simplement d’être aimé.

 

 

(extrait du manuscrit « AMOUR NOIR » – en travail…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Autobiographie :

Je m’appelle Guillaume Le Meur, j’ai vingt-deux ans. Je suis né le 13/02/1991.

J’écris depuis l’âge de 16 ans. Je suis actuellement étudiant en licence 3 de lettres modernes à l’Université de Bourgogne.

Articles similaires

Tags

Partager