Ghislaine Lejard

 

 

(France)

 

 

 

Toute création est traduction du monde.

 

Ecrire des poèmes ou réaliser des collages, c’est donc traduire des émotions, donner à partager une vision.

 

J’aime particulièrement cette définition de la poésie par Marina Tsvetaieva : «  Pour le poète aucune langue n’est maternelle. Ecrire des poèmes, c’est traduire. » En écho à cette phrase de la poète, on peut aussi dire que pour le peintre, le plasticien, le collagiste : créer, c’est traduire.

 

Il m’arrive en regardant des œuvres, d’avoir envie d’écrire un texte.

Voici en partage quelques poèmes nés de ces regards.

 

Il m’arrive plus rarement de poser des mots sur mes collages, une traduction de traduction en quelque sorte… Je vous en donne cependant  à voir et à lire un exemple, extrait d’un recueil inédit Gwenn ha du, un titre emprunté au breton,  qui signifie blanc et noir, nom qui est aussi celui donné au drapeau de la Bretagne.

 

 

Ghislaine Lejard

 

 

       Salamanque, avec l’autorisation de l’artiste Antonio Navarro (Espagne)

 

 

 

 

       Pieter Van de Pol (Pays Bas), avec l’autorisation de l’artiste

 

 

à Pieter Van de Pol                                                                      

 

Le silence des oiseaux

empli l’espace

comme des notes posées sur la toile

ils invitent à la méditation

Le noir et l’or pour partition céleste

Le chœur des anges imperceptible

nous élève.

 

 

       Leporello, Dessin, avec l’autorisation de l’artiste Irène Gomes (Portugal)

 

 

La femme renaît

de cette attente

toujours pareille

toujours nouvelle.

L’oiseau célèbre

la rencontre annonciatrice

d’une maternité

lavée de toute impureté.

De la création elle puise

des parfums nouveaux

nés des épousailles

de la terre et du ciel.

Le chant nocturne de l’oiseau

passeur de rêve et de poésie

s’élève pour elle seule.

La femme se repose

attend

l’oiseau se tait

ils communient au silence

dans la lumière du jour naissant.

 

 

Leporello –  en collaboration avec Irène Gomez

 
 

       Dessin, avec l’autorisation de l’artiste Irène Gomes (Portugal)

 

 

 

 

Dans l’exil de nos nuits

une source abondante

libère la moisson du jour.

 

 

Texte et collages : Ghislaine Lejard

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

BIO

 

Née à Châteaubriant (Loire Atlantique).

Etudes de Lettres Modernes, Licence et Maîtrise à l’Université de Nantes. Professeure  de Lettres Modernes en collège et lycée à Clisson, Ancenis et  Nantes. Chargée d’enseignement  à l’Université de Nantes de 2000 à 2006.

Ghislaine Lejard a publié plusieurs recueils de poésie, dernières parutions  en 2015 : Orphée et Eurydice (Ed La Porte) et Si brève l’éclaircie (Ed Henry), en 2016 Un mille à pas lents (Ed La Porte). Ses poèmes sont présents dans des anthologies, dans de nombreuses revues et sur des sites. Elle collabore régulièrement pour des notes de lecture ou des articles à des revues papier et des revues numériques. Des plasticiens ont illustré de ses poèmes, des comédiens les ont lus. Elle organise des rencontres poétiques, participe à des lectures et anime des ateliers d’écriture.

Elle a été élue membre de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, en 2011.

Elle est membre de l’association des écrivains bretons ( AEB).

Elle est aussi plasticienne, elle réalise des collages. Elle a participé à des expositions collectives en France et à l’étranger et a réalisé des expositions personnelles. Ses collages illustrent des recueils de poésie, ils sont présents en  revues papier et numériques et dans des ouvrages consacrés à l’art du collage.

Ses collages sont dans des collections privées, des musées, et des fonds de médiathèques. Elle collabore avec des poètes à la réalisation de livres d’artiste, de livres pauvres et à la création d’une anthologie publiée sur son blog

http://ghislainelejard.blogspot.com

Un prochain site est en cours d’élaboration : http://ghislainelejard.com/

Elle anime des ateliers de collage.

Elle pratique l’art postal, a réalisé à Nantes et en région nantaise des expositions  d’art postal ; elle a initié dans cet esprit le concept de «  riches enveloppes », associant collage et poésie, de nombreux poètes y ont déjà participé.

 

Articles similaires

Tags

Partager