Gabriel Arnou-Laujeac

 

Gabriel Arnou-Laujeac

 

(France)

 

 

 

Extrait du livre PLUS LOIN QU’AILLEURS, éditions Du Cygne 2013

 

 

 

GABRIEL ARNOU-LAUJEAC5

 

 

 

Devant moi la mer. Je contemple l’Horizon derrière l’horizon, où s’épousent l’onde et l’éther. Je suis un grain de sable en points de suspension, un fragment du soleil mêlé aux poussières d’étoiles qui nimbent la grève encore nue.

 

C’est l’aurore absolue.

 

L’azur au large buste s’étend sur le lit de saphirs que font les vastes mers. L’insaisissable étreint l’insondable dans un long silence mimant l’ineffable. Tout s’illumine sous les lourdes paupières du Jour qui s’éveille et répand son rayon. Unis, dans la plénitude d’une union sans oubli, de l’est à l’ouest, du nord au sud, l’horizontale et la verticale se confondent et défient le souffle des vents.

 

Tout ici est un Ailleurs.

 

J’invoque l’aube nouvelle qui s’offre aux bras de l’aurore, l’aurore qui s’abandonne aux élans du jour, proclamant en silence l’avènement de l’astre roi. J’invoque la gloire du monarque étincelant, escorté par l’invisible, qui avance sur un char invincible dont la lumière est l’archer, et l’infini, la cible.

 

J’invoque l’œil de feu qui s’ouvre entre Ciel et Terre, trônant en leur centre comme le cœur trône au centre de l’être. J’invoque sa flamme visionnaire, sans laquelle tout ne serait qu’ombres orphelines, hantées par l’orbe éteint de cieux fantômes.

J’invoque la splendeur de ses spectacles qui nous avalent dans une solitude où rien ne manque, où rien n’est exclu, et qui sont l’écho, le souvenir en nous ressuscité d’une plénitude à faire renaître. J’invoque l’astre venu d’ailleurs avec la formule de l’éveil et du feu, et toute la lumière du monde en son sein.

 

J’invoque la musique des sphères gravée sur le disque d’or aux sillons infinis : j’invoque l’âme du soleil et son grand cri d’amour encore inentendu.

 

J’invoque les amants des origines, le Ciel et la Terre, leurs corps qui se touchent jusqu’à l’indivision, tout au bout de l’horizon. J’invoque l’inépuisable géniteur, la verge d’outre-tombe dont l’étreinte ressuscite, les eaux démiurges qui baignent le corps nu de l’ici-bas.

J’invoque la Terre qui avale la semence céleste, les ondes inlassables qui ruissellent sur ses hanches, la Vie chutant de l’Infini comme une pluie d’étoiles filantes. J’invoque les millions d’ailes qui soulèvent la Terre, l’envol offert aux platitudes d’ici-bas, la ferveur contagieuse des grands vents qui nous aspirent dans leur Poumon et nous propulsent dans l’immense.

 

J’invoque le sceau du ciel qui est un Souffle, un Souffle indomptable, un Souffle qui traverse, purifie, ressuscite tout ce qu’il enlace au gré de sa danse insaisissable ; et le buisson ardent qui brûle nos finitudes, nos servitudes et nos poussières, pour nous faire renaître en son sein, affranchis de l’espace et du temps et de leurs lois impuissantes.

 

Lorsqu’il n’y a plus rien, il reste la Vérité de la nuit noire au temps des absorptions célestes, quand les grands luminaires se contemplent les yeux clos. Il reste l’invisible Voyant, l’être unique qui transcende toute image et qui n’a pas de nom.

 

Il reste la mémoire et le chemin : une étincelle qui parcourt le fil d’un oblique rayon de retour au Soleil ; un pèlerin qui remonte les empreintes du ciel vers leur source invisible ; un funambule qui avance sur le fil du rasoir reliant le miroir et le voile de son être profond ; une âme en exil qui détale à rebours du vide et qui accourt dans les bras de l’Amour.

 

Il reste l’écho du silence qui s’élève à contre-nuit, pour que sonne et résonne la promesse du retour, au creux des âmes apatrides qui savent n’être point d’ici, ni d’ailleurs, et encore moins de maintenant.

 

 

 

***CE LIVRE A ETE TRADUIT EN ANGLAIS PAR L’ECRIVAINE ET L’ACTRICE  HÉLÈNE CARDONA ET PUBLIÉ CHEZ WHITE PINE PRESS (USA) :

Beyond Elsewhere, White Pine Press:

http://www.whitepine.org/catalog.php?show=2015

 

Beyond Elsewhere on Amazon:

http://www.amazon.com/Beyond-Elsewhere-Gabriel-Arnou-Laujeac/dp/1935210831/ref=asap_bc?ie=UTF8

 

 

 
Gabriel Arnou-Laujeac2
 
Gabriel Arnou-Laujeac3
 

 

Beyond Elsewhere, White Pine Press:

http://www.whitepine.org/catalog.php?show=2015

 

Beyond Elsewhere on Amazon:

http://www.amazon.com/Beyond-Elsewhere-Gabriel-Arnou-Laujeac/dp/1935210831/ref=asap_bc?ie=UTF8

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Gabriel Arnou-Laujeac, Plus loin qu’ailleurs, éditions du Cygne, juillet 2013,

préface de Maram Al-Masri


(Prix international de poésie Antonio Viccaro 2013, Prix de la Société́ des Gens de Lettres 2007). 

 

http://gabriel-arnoulaujeac.blogspot.fr

 

 

Plus loin qu’ailleurs est un récit unitaire qui dit l’exil, le parcours d’une âme en quête d’absolu, l’épiphanie de l’instant amoureux qui est un instant d’éternité, planche provisoire de détresse et de salut tout à la fois, balise à éclats posée sur le chemin de celui qui marche vers son but. Au fil des pages, le récit creuse le fond sans fond de l’être dans une quête haletante du Tout Autre.

 

Dans la préface, Maram Al-Masri confie être « entrée dans l’univers de Gabriel Arnou-Laujeac comme on entre dans une église, un temple, une mosquée, une pagode…un lieu, non de stricte religion, mais d’intense spiritualité. D’où l’ampleur de ce qui est en jeu tout au long du récit, car si la langue de Gabriel Arnou-Laujeac dit puissamment son existence et la singularité de sa quête, son verbe est « une flèche ardente qui pointe l’ineffable » et l’autre rive de chaque être, projetée dans un même élan vers l’inaccessible et l’universel. D’une rare exigence dans le paysage actuel, son écriture est habitée par la grâce et « l’écho du silence » qui résonne au dedans. »

 

« Voici donc un recueil de Gabriel Arnou-Laujeac, qui, au delà de sa perfection formelle, m’a plongé dans un abîme de questions. » Michel Cazenave

 

Critiques et échos, notamment dans Le Nouveau Recueil de Jean-Michel Maulpoix, sont disponibles sur le blog de l’auteur : http://gabriel-arnoulaujeac.blogspot.fr/

 

Extrait lu de Plus loin qu’ailleurs par Véronique Dimicoli, comédienne : http://gabriel-arnoulaujeac.blogspot.fr/p/extraits-lus.html

 

 
http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-ce-que-nous-portons.html

Articles similaires

Tags

Partager