François Xavier

 

 

(France)

 

 

 

Lilou

 

 

Reflet(s)

I
Puisque tu t’es mise à nu
En poésie la violence
De ton rire lacéré d’orties
Libèrera ton ventre lampe verte
Et bleue et rouge
Oubliées ces braises
À jamais réellement mortes

Si le merle a étouffé l’espace
Ces deux décennies
Il y eut enfin les mots pour dire
Haut le chant de l’abeille
Qui rêvait à la cigale dans le souffle
D’herbes hautes pliant
À terre tes genoux lumineux.

II

Or nu ton corps blanchi
A le reflet de lune
Tes bras ouverts se referment
Soudain sur le velours de l’homme
Avant que ne médisent les catins
Dans la pénombre du maquis
Où crépite le feu de la victoire.

L’ombre de vos corps
Danse sur le mur
Et le brasier redessine
Le décor dans l’imposture
De la morale pour y planter
L’arbre du renouveau
: miroir souple à reflet unique.

III

L’arbre oublié parmi les Écritures
Car inversé dans l’ordre des règles
Du monde  le voici à toi
Dans l’attente de sa blessure

Ombre portée sur mille têtes vides
Dans l’oliveraie de tes contemporains
Et toi encore verte mais déjà fille
Tu pries pour l’arbre de l’arbre
En ton olive à peine éclose
Et rêves de cueillette interdite.

IV

Frappé d’une rafale glacée
Le tableau est entré dans mon visage
Epée de feu brisant l’attente.
Comme une pluie de cendres incandescentes
Le désir foudroie mes muscles, avivant
Le langage des amants sur fond d’herbes sèches.
Ma langue s’emballe pour chanter
La joie des plaisirs révélés.

VIII

Dans la brûlure jaillit la fontaine,
S’estompent les larmes de feu qui embrase
La nuit. Ton corps survolé par l’aigle noir
À la respiration de terre marque le passage
Dans la fraîcheur de ces eaux lavées
Aimées de plusieurs cierges. Brûlent
Les hautes herbes et le corbeau va seul
Vers le soleil où brille le sel de l’immature.

 

 

 

A L’EPREUVE DU FEU, père et fille, sur les traces chromatiques de la métaphore

 

 

LILOU, 11 ans,  touche et marque de son pinceau, les symboles de la poésie. Elle rend lumineuse la moelle de chaque pensée lyrique, elle l’habille de son innocence et du tumulte de sa sensibilité …

 

 

 

LILOU, 11 ans, à sa table de travail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__________________________________

François Xavier est un écrivain et réalisateur français, né en 1966 à Saint-Raphaël (Var). Il vit et travaille à Paris.

Auteur de plusieurs livres de poésie et d’essais littéraires, Prix Théophile Gautier de l’Académie Française, 1999, rédacteur-en-chef de l’e-magazine lelitteraire.com. (www.lelitteraire.com).

Directeur de la collection « La bibliothèque d’Alexandrie » aux éditions du Littéraire (www.leseditionsdulitteraire.com).

Ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues. 

www.francoisxavier.net

Articles similaires

Tags

Partager