François Vigneron

 

 

 

(France)

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous présenterai très succinctement le peintre François Vigneron pour vous guider en toute modestie sur le chemin des signes symboliques des vibrations chromatiques.

 

Il est d’ailleurs presque frustrant de ne pouvoir survoler l’œuvre de François  Vigneron que sous l’effet d’une sorte de regard en diagonal quelque peu réducteur par rapport à sa démarche porteuse de tant d’échos fragmentés de civilisations.

 

 

 

 

 

 

Pour avoir quelques fois côtoyé les mêmes lieux d’expositions, les mêmes cimaises j’ai toujours attaché par correspondances électives beaucoup d’intérêt à l’œuvre de François Vigneron, sans parler de la valeur intrinsèque de l’homme et artiste discret.

 

François Vigneron est un besogneux silencieux, un «  taiseux » comme aurait dit ma grand-mère. Cet artiste évolue à partir  des sphères symboliques de civilisations passées pour imprégner son œuvre des signes de la modernité graphique.

 

 

 

 

 

 

Les traces ancestrales deviennent les éléments dynamiques des idéogrammes présents. Nous sommes confrontés ici à un véritable voyage au cœur d’un langage codé aux fréquences quelque peu chamaniques, voire initiatiques.

 

Sorte de partition mystérieuse et fascinante aux vibrantes musicalités colorées.

 

L’ensemble des œuvres que vous pouvez découvrir en cimaise englobe très bien la diversité expressive et le parcours de créatif de François Vigneron. Vous visualisez là un panel tout à fait représentatif de l’écriture picturale de notre ami.

 

 

 

 

 

 

Sans doute est-il bon de souligner que François Vigneron est un artiste bien connu et reconnu par ses pairs dans nos cercles artistiques. Qu’il expose très régulièrement en salons, galeries au niveau national et international.

 

Portons notre attention sur ces œuvres aux diverses sources d’inspiration et d’écritures variées et interprétées. A l’instar de la Pierre de Rosette toutes contiennent une énigme à décrypter. Sorte d’expression en métissage à la fois graphique, chromatique et poétique.

 

 

 

 

 

 

Carl Gustav Jung disait : «  C’est parce que d’innombrables choses se situent au-delà des limites de l’entendement humain que nous utilisons constamment des termes symboliques pour représenter des concepts que nous ne pouvons définir, ni comprendre pleinement. »

 

C’est tout à fait dans ce contexte de l’interrogation multiple que nous nous trouvons ici.

 

L’art permet parfois des révélations, ou plus précisément d’en tenter un rapprochement, dans un esprit de transmission et de communication en marge du Verbe, par le simple jeu d’un geste graphique. François Vigneron à son insu peut-être, propose une sorte de langage universel reposant d’une manière syncrétique sur les symboles de toutes les civilisations tribales ancestrales  ou sociétales modernes. Il érige une passerelle colorée entre les deux.

 

Signe des temps, notre ami intègre également dans ses compositions les empreintes récurrentes d’une société hasardeuse au devenir bien incertain, que fustigent nos jeunes «  graffeurs » et autres expressions en forme de cris ou de dénonciations que nous retrouvons dans le «  street art » .

 

La mémoire est le lien central de sa thématique. L’art est la concrétisation projetée de son état d’âme !

 

 

 

 

 

 

Par nature l’homme est nomade et c’est ainsi que François Vigneron pérégrine vers ses déserts en quête de traces, d’empreintes rupestres, de masques africains, de mandalas tibétains, de hiéroglyphes, d’alphabets runiques ou d’idéogrammes précolombiens etc. Et c’est dans ce marché universel que notre artiste collecte les ingrédients qui deviendront par magie presque alchimique les œuvres variées et chatoyantes que vous pouvez découvrir aujourd’hui.

 

Pour conclure car le champ de la symbolique est inépuisable, je m’avancerai à dire que c’est en soufflant un peu sur la poussière du temps et par la magie délicate de son art que François Vigneron nous insuffle un peu de beauté et de poésie. L’art traduit toujours ce que secrètent le cœur et l’âme et peut apporter une éventuelle réponse au sens et à la signification de la vie.

 

Je prendrai congé sur trois figures très symboliques de l’œuvre de François Vigneron.

 

L’oiseau : état supérieur de l’être et envol de l’âme.

 

Le dragon alchimique : changement d’état et de transmission.

 

Le poisson dans la tradition védique : associé à la naissance et à la résurrection des cycles.

 

Par ces trois symboles François Vigneron nous confirme que peindre est aussi un bel instant de vie pour reconstituer et perpétuer les fragments de la mémoire.

 

 

Michel Bénard

Ecrivains, critique d’art, essayiste

http://michelbenard.eklablog.net/

 

 

 

 

 

 

 

 

 ____________________________________________

 

http://www.peintresenchampagne.fr/les_expos/passe/expos/vigneron_102006.htm

Articles similaires

Tags

Partager