François Perrot

 

 

(Algérie-France)

 

 

 

 

 

 

La grâce aux prisonniers

 

 

1                                                                               

En ce temps-là les éventreurs                                     

Y allaient fort à la manoeuvre.                                   

Il se trouve pour les horreurs                                  

Toujours une main d’oeuvre.                                        

Or le torrent des catastrophes                                    

Livre ses sujets de chanson.                                      

En voici un en quelques strophes                                 

Tournées à ma façon …                                            

 

 

 

 2                                                                             

A ce moment le général                                             

Bonchamp a une sale blessure.                                      

Ses lieutenants ont le moral                                        

Au fond de leur chaussures.                                        

La bataille vient d’être gagnée                                    

Mais Bonchamp va bientôt mourir.                                

Aucun parmi les prisonniers                                         

N’a envie de sourire.                                              

 

 

 

                                                                             

Seul contre tous le général                                          

Veut sauver la peau des vaincus.                                    

Autour de lui les soldats râlent                                     

Faiblement convaincus.                                              

Les voici en train de maudire                                     

Un adversaire sans pitié,                                           

Capable de tout refroidir                                           

Sans faire de quartier.                                              

 

 

 

 4                                                                               

Si tout démarre de travers                                           

Le chef est vraiment décidé.                                         

Il est têtu, il persévère,              
                             
Il poursuit son idée.      
                                      
Bonchamp demande à l’assistance                      
           
De réciter un Notre Père                                          

Avec une telle insistance                                          

Que tout l’monde obtempère.     

 

 

 

5

Soldats, mains jointes, genoux à terre,

Dans la ferveur que rien n’arrête,

Egrènent les mots salutaires

D’un gars de Nazareth.

Bascule le sort des malchanceux

Quand la formule est prononcée :

« Comme nous pardonnons à ceux

Qui nous ont offensés ».

 

 

 

6

Bonchamp lance, vrai demi-dieu,

Ce cri qui sera le dernier :

« Ne soyez pas parjure à Dieu,

Graciez les prisonniers ! ».

Stupeur, silence, surprise brutale

Dans les rangs chacun reste coi.

Le saisissement est total

Car il y a de quoi.

 

 

 

7

Quelques uns commencent pour sûr

En cet instant à s’émouvoir.

D’autres plus délicats susurrent :

« Zut, on s’est fait avoir ! ».

Alors que beaucoup tergiversent,

Encore vivant et attentif,

Bonchamp conclut la controverse

En faveur des captifs.
 

 

 
8

Parmi les nombreux détenus

Il y avait un jeune père.

Son fils, plus tard, est devenu

Un artisan hors pair.

Il mit dans une oeuvre superbe

Tout pour prendre le spectateur

Passé le temps du blé en herbe,

Il fut un grand sculpteur.
 

 

 
9

Les pyramides, les mausolées,

Les cénotaphes aux toits pointus

Pèsent peu,j’en suis désolé,

Devant cette statue :

Celle d’un mourant qui se fige.

Dans le marbre, sans barguigner,

Toujours levé son bras exige

La grâce aux prisonniers.
 

 

 
http://www.chansons-perrot.com/chansons.php

 

 

 

http://www.amazon.fr/La-gr%C3%A2ce-aux-prisonniers/dp/B005XK74UG

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

François PERROT naît en Algérie. En 1962 sa famille vient en métropole. D’abord éclatée, elle se retrouve en 1964 à Angers. François PERROT suit une scolarité normale. A 15 ans il découvre le piano. Il prend pendant 2 ans des cours avec une vieille demoiselle puis ne pratique qu’occasionnellement l’instrument. Il préfère le sport. Alors qu’il est étudiant, à l’âge de 20 ans, une rencontre va tout chambouler : il fait la connaissance d’Alain DESCHAMPS, jeune instituteur, récemment muté à Angers. Alain DESCHAMPS est également un pianiste de jazz dont le point fort est l’improvisation. Il initiera et perfectionnera celui qui a l’insigne honneur d’être son premier élève. Par la suite, François PERROT entre dans la vie active et commence à se produire en public dans différentes formules. Celle qu’il affectionne le plus est le trio piano-basse-batterie. Il ne joue que des standards de jazz. Après avoir exercé différents métiers, il se tourne vers un rêve longtemps enfoui : l’écriture de chansons. Il décide de les porter lui-même au public.

 

http://www.chansons-perrot.com/Francois-Perrot.php

Articles similaires

Tags

Partager