François Davo

 

C:\Users\rodica\AppData\Local\Temp\DAVO FOTO.JPG

 

 

 (France-Espagne)

 

 

3 poèmes de

Devoirs du seuil / mésapprendre

 

fragment 2, sans titre

 

Après l’explosion de soi

Le déferlement

Les rives

Les marges souillées

La mauvaise haleine

Des mensonges –

Vient

Le remembrement

Cette nuisance,

 

Contre

Ce qui ne sut être

Écartelé distillé redistribué

Toi forcément toujours hors-champ

À contre-temps le sourire le visage

Vallées fleuves orangers la demeure

Du doute qui accueille

Ce qu’on ne maquille plus.

 

 

Bifurcations

 

je m’absente

l’ai-je déjà dit

quelque part

une éternité

sur le seuil

posté aux fenêtres

de tout lieu

on y récite des invitations

reçues oubliées piétinnées

et toi va-t-en canne blanche à bout de bras

respirer les éclipses de saturne qui ronge

 

sang givre terres premières

tout Lascaux secret est un sourire

qui s’effrite

une couche où gésir

d’avant les exactions

 

j’y reviendrai         

 

 

Reconnaissance de dette

 

Comme s’ y méprendre  si c’est toi

comment

ce n’est plus

toi

la rouille ce ruissellement

il y eut comme il y aura

une saison en

enfance

ce pays mille fois trahi

mâchoire d’airin pour la veine des amitiés attardées

sommeil de contre-nuit

à petites gorgées noye l’hiver

cheval dunes l’écume les falaises

les sursauts de rares moments amis la vengeance

chemin de l’ennui

du dépècement

quel avis de tempête nous laissera donc oser

qu’un sortilège nous libère

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

François Davo (Le Mans, France 1966). Études et Civilisations Hispaniques (Paris). Depuis 2000 réside à La Corogne (Galice). Cofondateur du fanzine parisien Azerytuiop (1987-1988). A publié Diario de la lluvia (Esquío, 1997). Expose des textes en collaboration avec des photographes. A traduit divers auteurs (français/galicien et galicien/français).  Diverses collaborations à des revues, portfolios, éditions hors-commerce, etc.  Activiste de l’agitation poétique avec les associations dont il est cofondateur (Amigos de Azertuiop, Encontros en Milpedras). Depuis sa résidence en Galice, il écrit surtout en galicien, et parfois en français, sa langue maternelle.

Livres en préparation: Le monde habité (avec des potos de Gustavo García Roig), Encontros/Desencontros.

Articles similaires

Tags

Partager