Fernand-Joseph Meyer

 

 

(France)

 

 

L’idée de forêt

 

Des rêves à la fraîche

mousses, limaces, fougères

eau vive et paix soudaine

Les sources résonnent

Marcher, buissonner

ouvrir le chemin

Les troncs toussent

les tours ploient

le décor gonfle

la nature morte

jaillit d’une voix

grosse de nostalgie

 

 

L’idée de désert

Le sable râpe

les rêves de poussière

Aux coins du rêve

poussent des lichens

Des signes fébriles

bruissent sur

la ligne d’horizon

L’aube lacère un rêve oublié

La ville macère

entre échangeur

et déchetterie

 

 

Dernière nouvelle

 

On a visualisé une âme

au hasard d’un toucher pectoral

Le cerveau n’en a cure

Elle est nichée

tout près du nombril

très précisément

dans l’axe des rotules

Dès lors que la température

ambiante fait des bonds

elle se répand

sur les vertes rives

du torse en floraison

Un double-clic suffit

pour la colorier

C’est mieux pour la déchiqueter

et tester son ardeur

 

 

Volet buissonnier

 

Dans la chambre  babillarde

je suspends les transparences

Ne pas oublier d’égoutter

les buzz intempestifs

rabibocher un scoop

qui traîne, épingler

quelques arborescences

de mots écorchés

dans la chambre de Babel

Je guette un départ

pour Babylone  – veiller

à décoller les buvards

sur les vitres souillées

d’ondes, les vider

de leurs menteries

Retour sur le quai

Les retards annoncés

étourdissent

les voyageurs

Au bar des impatiences

on dégoise on déglutit

L’ouragan approche

Je filme une rixe

Dans la bulle de verre

les boutiques

sont murées

 

 

____________________________________________

 

 

http://alainhelissen.over-blog.com/article-16927301.html

 

Fernand-Joseph Meyer est poète et journaliste (La Semaine etc). Il vit et travaille à Thionville.

Articles similaires

Tags

Partager