Eric Havez

(France)

 

 

 

Bruines, brumes, brouillard

 

 

(prose poétique)

 

 

Il était un château sur les terres de La Bussiére. Un parc, des allées, des sentiers, une propriété en  bordure de la Loire. Château cossu, propriété préservée. Lieu de promenade, de calme, de sérénité.

 

Il était une fois…, une fois  dont l’ambiance est devenue sombre, inconfortable, étouffante.

 

Est-ce la bruine qui ferme les visages des passants ?  L’air alourdi par l’humidité ? La proximité du fleuve ? La brume de saison ?

 

Elle se glisse, s’infiltre, enveloppe, englobe le domaine. L’air s’épaissit encore. Les formes disparaissent. Les ombres courent dans le parc, la tension monte, les animaux s’agitent dans les annexes. Appréhensions, inquiétudes, angoisses ?

 

Dans son lit, Mélusine se laisse séduire lentement par l’envie d’en finir.  Elle ne veut plus. Le souffle diminue. Son pouls ralenti.  Le relief de son visage se dissout. Trop proche, quelques anonymes s’agitent, s’inquiètent, s’affairent à lutter…

 

Contre sa volonté.  L’aide a été appelée. Les secondes sont lentes. Le silence est silencieux. Pire…

 

Une harmonie obscure s’impose dans ce glissement incontrôlable.

 

Le brouillard est plus dense encore, se pose, s’impose jusqu’au sol. Les couleurs du visage se dissipent…  La pâleur redoutée l’envahie.

 

Le puissant fleuve s’arrête pour attendre ce sommeil de la Belle. Les arbres se dissimulent sous la nuée. Les hommes s’assombrissent, se ferment, les regards se vident.

 

Insécurité,  pressentiment, les frissons courent sur la peau… Dans ses pensées, le vide se vide de lui-même …

 

Soudain, des éclats bleus transpercent le voile.  L’ambulance cherche le chemin sous la brume. La sirène fracasse le silence.

 

« On s’y croirait » s’exclame Hervé !

« Coupez !  Qui a parlé ? Ce n’est pas possible ça ! »

« Vite on la refait avant que les fumigènes ne s’éteignent »

 

Hervé, le lycéen choisi comme figurant pour trois jours, se dissimule. Soucieux du gène qu’il a occasionné, il s’éloigne … pour allumer une cigarette…

En cette fin juin chaude, il vit de l’intérieur le cinéma et ses lumières.

 

Songeur, il prend la mesure de sa découverte :

Quelle transformation de la situation ! Cadre réel, émotion fabriquée…

Il est séduit et perturbé.  Sentiment contradictoire. Paradoxe…

 

L’image virtuelle est si puissante …

Au service de la culture, connaissances, partages, émotions … Que des projets, des perspectives. Il s’y retrouve…, il s’y perd…

Quelle puissance pour lever les voiles du brouillard des pensées. Et  surtout sortir de l’ombre, de tous ces interdits, de tous ces tabous.

Eclairer, clarifier.

Il rêve.

 

Cette  force de falsifier le réel.

Dissimulation, manipulation, persuasion.

Conditionnement.

L’image virtuelle est si puissante. Et si fragmentaire…

Réalité modifiée, vérités dissipées.

Constructions obscures, destructions déguisées.

La nuit est le brouillard de l’humanité. Et le cinéma sa lampe de poche…

 

Un frisson parcourt sa peau. Sa peau recouvre   ses pensées.

 

 

 

 

 

 

 

___________________________

 

ERIC HAVEZ écrit. Il s’intéresse au monde des paroles de l’imagination et de la méditation. Entre psychanalyse et poésie minimaliste, sobre, certain de son langage, il étale des histoires plus ou moins vécues, plus ou moins réelles, en pratiquant le sport du dire et de l’écrire pour mieux se connaître et surtout pour mieux vivre dans l’attente …. Qui l’attend ? Qu’est-ce qu’il attend ? Ce qui prime pour le moment c’est l’attente et, dans l’attente, il faut tout simplement savoir attendre. Où ? Quand ? Pourquoi ? Le reste viendra après.

A part l’écrit littéraire, Eric a fait ses débuts au Judo en 1967 et il n’a cessé de pratiquer cette discipline depuis cette date. En Octobre 1983, il a obtenu sa ceinture noire 2e Dan et en Juin 1984, son brevet d’état (prof BE1).

Entraîneur à Gien (45), à Givet (08) puis à Thionville – Elange, il entraîne dorénavant les 4 – 6 ans le Mercredi au Judo Club de Cattenom.

Outre le Judo, Eric pratique également l’Aïkido, discipline dans laquelle il est ceinture noire 4e Dan (prof BE1). Il est également Cadre Technique Aïkido.

Articles similaires

Tags

Partager