Cristina Bobirica Vladila

 

 

 

       

 

 

(Prix du début au concours national d’art contemporain, Bistrita-Nasaud, Roumanie)

 

 

Cristina Bobirica Vladila est une exétudiante – graphique – Faculté d’arts plastiques, Timisoara, classe de Suzana Fântânariu).

 

 

La ville aveugle

 

C:\Users\rodica\AppData\Local\Temp\AFIS orasul orb final.jpg

 

INSTALLATION

 

Un langage novateur, presque non-terrestre

 

Exposition organisée dans le cadre du Complexe muséal de Bistrita–Nasaud, Roumanie. Le vernissage a eu lieu dans la salle « Grigore Bradea »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                             Je ne vois rien quand je ne vois rien

je ne vois rien c’est le

rien qui me voit quand je

ne vois rien je vois comment le

rien me voit je suis rienne

depuis mon absence

                                             je m’absente je ne ressens pas

je suis plus que l’inexistence

                                j’obéis au rien blanc et froid

                                                      je suis un rien de neige

je neige des petits riens de la mémoire

                                                                    sur les grands riens de l’oubli

j’apprends l’oubli de l’où est-il ? où est-elle ?

 

 

je n’oublie pas où je neige

je suis le blé blanc du regard

dans lequel il y a quelque chose là où il n’y a rien

tout me suit partout nous nous suivons l’un l’autre

on est des riens de deux genres : M et F

(je neige de la direction F et lui de la direction M)

nous nous neigeons nous neigeons ensemble

autour du rien neigeant

                                              je n’ai rien à déclarer pas de corps pas de sang

pas de nom je me nomme sans m’appeler

                                                              je m’appelle rienne ou rien-rien

autrement pas de nom pas de pas et pas de pas

                                   je ne viens pas je ne retourne pas je ne fais rien

je fabrique des riens sans mérite

                                   je n’ai pas de nom ni de têtes pour des noms

                                                                 pas de tête pour la nommer tête

rien à déclarer sauf ma tête absente

                              (dans ma tête absente il y a

                                                           de la neige ou du blé blanc

et dans la neige des mots neigés

                                                âgés de tout ce qu’ils ne peuvent pas faire

mais courageux de ne rien dire et fiers de leur blé blanc)

                                                                          enfin rien rien à déclarer

excusez-moi

blé blanc  – Rodica Draghincescu

 

Articles similaires

Tags

Partager