Charles Pennequin

 

Copyright: Fabrice Poiteaux

 

(France)

 

 

 

Lecture aux Beaux-Arts de Quimper, 2007 filmé par Simon Ortner : on s’éteint / on s’allume

 

 

 

Lecture à la médiathèque du Mans, filmée par Samuel Poulain :

 

 

 

Jemejette

 

 

 

Copyright: Tristan Jeanne- Vallès

 

 

Charles Pennequin : Les petits mots : – Pamphlet contre la mort – éditions P.O.L : où Charles Pennequin lit « les petits mots » page 112, 113, 114 de « Pamphlet contre la mort », à l’occasion de sa parution aux éditions P.O.L, le 2 octobre 2012, à Paris.

 

 

 

La source du mal. avec Fantazio, Charles Pennequin dans les toilettes du Générateur filmé par Stephen Loye

 

 

 

Le drame de la création est d’être identifié, le drame de tout créateur, c’est d’avoir fait une œuvre et que cette œuvre identifie un auteur, que cette œuvre désigne une façon de faire, un style, c’est le drame de toute la création, car finalement faire une œuvre c’est mourir, c’est se donner pour mort, avant la mort n’existait pas car il n’y avait pas de créateur identifié, la mort était souterraine, elle était très présente cependant, elle risquait d’envoyer sous terre le créateur avant sa création, car le créateur croyait que s’il ne créait pas il mourrait, c’est pour ça qu’il s’est mis à créer, pour ne pas mourir, alors qu’il aurait pu ne pas croire à ce qu’il ressentait au fond de lui et rester dans l’ombre, il aurait pu éviter ainsi d’être à découvert, car dès que l’œuvre apparait le créateur est désigné et s’en est fini de lui, on dira toujours que cette création est l’œuvre de cet auteur et que cet auteur est finalement reconnaissable, du coup les créateurs se sont mis à faire diversion, à faire autre chose que des créations qui leur permettrait d’être reconnu, mais ce fut pire, car on disait ceci est bien l’œuvre de ce créateur, cette façon de ne pas y toucher, cette manière de faire semblant, ce petit penchant à se diversifier pour se faire oublier, il ne s’est pas oublié, bien au contraire, il est publié, même si cette publication n’est jamais la même, on reconnaîtra le créateur comme celui qui est toujours jamais le même, celui qui veut surprendre son petit monde, mais personne n’est dupe, pas même le petit monde, le petit monde autour du créateur, personne n’est dupe de son petit jeu de dupe, il est identifié, s’en est fini de lui, le créateur est mort.

 

 

 

 

https://www.charles-pennequin.com/

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Bio dégradé : Charles Pennequin écrit depuis 1993 et a publié plus de 30 plaquettes et environ 8 livres, participé à plein de revues, sorti 5 CD & 2 vinyles, a fait quelques expos et plein de lectures dans des tonnes de villes et improvisé sur des centaines de k7 de dictaphone, vendu des DVD et fait de nombreux films au GSM ou à la GoPro. Il gesticule en France, en Europe puis un petit peu à côté depuis 20 ans. On lui a même demandé à Taiwan si ça ne le dérangeait pas si on le copiait. Il a répondu non. La vie continue…

 

Articles similaires

Tags

Partager