Chantal Godé-Victor

 

 

(France)

 

 

 

 

 

Ambiance matinale

 

Elle lit     elle oblige le matin

Elle lit     et l’atmosphère se plie

Dehors le ciel est gris,    il a plu

trop fait chaud,    les quelques jours d’avant

Le silence

C’est à peine si le vent

un lent roucoulement,    l’éloignement sonore

d’un avion

C’est à peine si les fleurs en leurs potées

se mêlent

si le printemps honore la fenêtre qui s’ouvre

Soudain le temps est lent

et l’esprit est aux prises avec l’esprit lui-même

trop sensible aux pics de la quotidienneté

Une liste de courses      rouge, près de l’encrier

une liste de mots       thé à la bergamote et sucre vanillé

et une anthologie de poésie française      Vénus Khoury-Ghata

et Christian Dotremont      des mots dits    des mots libres

des mots multipliés      des mots équilibrés

Et les heures fascinées transforment le ciel mouillé

en une patinoire    pour nous, les quémandeurs d’un bout d’éternité

Et les rêveurs du soir    au bord de l’escalier

se tiennent en équilibre     L’homme au long manteau noir

porte dans son grand miroir     un chandelier d’ivoire

et sur sa chevelure      une couronne d’or.

 

 

 

 

 

 

                       Tu es le portrait qui m’incombe

                                       le reflet sur le tain blanchi

                                       de la mer

                                       où les oiseaux    voyageurs éphémères

                                       se mirent

                                       quand les tempes de la terre-mère

                                       se gonflent de sang –

                        

                                       Je pars sur des bateaux transparents

                                       et qui glissent

                                       sur des miroirs blancs et lisses

                                       les patineurs de haute lisse

                                       prisonniers du cadre et des fils

                                       me jettent des regards complices –

 

                                       Je m’évade hors du champ et hors de la lice

                                       des temps anciens

                                       vers toi mon double, mon âme sœur

                                       qui m’enlaces et m’attires

                                       dans le doux jardin des délices –

 

                                       Les parfums qui flottent dans l’air

                                       m’enhardissent

                                       Je m’assois sur le bord du chemin

                                       et j’attends

                                       que la douceur du vent dans les feuilles

                                       m’indiffère

 

                                       Mais je vois sur le fil de mon imagination

                                       ton horizon   qui se confond

                                       au soleil de ma déraison

                                       sur le tain blanchi de la mer

                                       avec le mien.

 

 

 

 

 

 

Je passe   je suis le passant

le voyageur très ordinaire qui chaque jour

conquit sa terre

ferme la nuit   ouvre les yeux

pour entreprendre sans manières

les gestes vieux de millénaires

 

Je passe   je suis le passant

passeur de rites ancestraux

passeur de mots   passeur de rêves

qui œuvre sans faire de manières

dans le silence et le mystère

 

Je passe  je suis le passant

le travailleur de la nuit

qui pourchasse les mauvais esprits

et ne craint pas les jets de pierre

 

Je suis l’homme à la sueur chère

qui donne sans faire de manières

du feu à l’âtre éteint

et un peu d’air

à tous les prisonniers de la terre.  

 

 

 

 

 

 

Je savais que tu étais là

tes outils sont trop bien rangés

dans l’atelier où s’est prise    sans qu’on le veuille

l’habitude de compter les jours

ceux qui étaient

ceux qui sont là

ceux à venir

ceux que nous ne verrons pas.

 

J’ai sorti mon vieux tablier

car je voudrais me protéger

de la poussière que je fais

lorsque je travaille la terre

 

dedans

dehors

c’est la matière

que je transporte et que je fouille

 

hors de moi-même

sortir le trouble

cracher mon cœur

 

extirper le nodule qui bouge

sous ma peau le porter en terre

 

travailler

travailler

sans hâte et sans relâche

sans espérer

 

autre chose que se protéger

de la poussière

 

et ne pas perdre l’habitude devant les jours

 

ceux qui étaient

ceux qui sont là

ceux à venir

ceux que nous ne verrons pas !

 

 

 

 

                       

 

 Que plane le silence sur la maison endormie et sur les fantômes de la nuit !

Le matin, je n’ai pas envie d’entendre le bruit de la vie. Le silence m’est un beau fruit, rond, plein d’odeurs et de bonhomie ; il me couvre de tendresse ; j’y enfouis mon cœur et mes cris. Le silence est plus qu’un ami. Quand il est là, je n’entends pas le pas lent des vieilles qui passent en grimaçant devant ma porte mais, hélas ! au moindre bruit, je sais l’immense tas de feuilles mortes qu’elle ont poussées juste devant, de crainte que je ne sorte.

 

L’obscur et le silence quêtent clarté et mots dans les rêves de dimanches que vivent nos âmes.

 

Ô cherche dans ta manche – vieil homme – et dans les branches qui couvrent ta maison, je vois des perles blanches pendues à tes oreilles ! Tu es un homme étrange, tu parles d’autres langues et tu vis dans un autre monde. Ta cabane oubliée et tes outils rouillés vivent de ton âme d’ange d’où perle la rosée. Ô cherche dans ta manche – vieil homme – la colombe oubliée par tous les magiciens qui peuplent la contrée ! Et dans toutes ces branches autour de ta maison, y a-t-il une étole légère, douce, belle et soyeuse, une étole ou bien des langes où cacher mes nuits blanches et revivre un seul jour un seul de ces dimanches, où mon âme d’enfant, hélas, s’est oubliée ?

 

                                                                     

 

J’étais un soir sur le rivage. La vague battait sans relâche le roc dur et austère, gardien sourcilleux de la terre, sa compagne de tous les hivers.

La nuit vint à la dérobée plonger la vague et le rocher dans l’incertitude de l’ombre, où se complaisent les silhouettes fuyant le jour et la lumière.

 

Tout vacilla autour de moi. Des voix surgirent de sous la vague, allant se cogner au rocher ; des voix inconnues et sans nombre résonnèrent comme dans l’attente d’une voix non encore nommée.

 

Puis un voile s’empara de l’ombre, emportant les voix au-delà du mur de ma conscience ; elles disparurent peu à peu, enfantant dans un tremblement les prémices d’une nouvelle aube.

 

La vague s’était apaisée.

Le rocher s’était transformé en un compagnon insouciant auquel je me suis adossé pour fermer les yeux

et respirer.

 

                                          

 

 

– Que devient le temps ? –

 

                                                       Que devient le temps ?

                                                Quand le regard s’en va

                                                        devant la fenêtre obscure     et les arbres penchés

                                                sur des sons qui ne disent plus rien     dans la pièce aux murs blanchis

                                                par des rais de lumière sonore venue de l’Au-delà.

 

                                                       Que devient la saison solaire?

                                                Quand la lune soudaine trace sur les ombres de l’absence

                                                       les silences et les cris d’un visage immortel.

 

                                                       Que devient la raison première ?

                                                De se lever au point du jour

                                                dans l’affranchissement des lourdes lanières charnelles

                                                       et dans l’inespérance d’un retour

                                                       dans les eaux primordiales de la Mère. 

 

                                                       Que devient le vouloir ?

                                                De soi et d’aimer la non-violence     sur un clair matin de printemps

                                                dans l’ignorance du chemin qu’il reste à suivre    

                                                       avant la charnière du jour.

 

                                                       Que devient la présence ?

                                                De l’arbre dont la sève     cueillie au bord de l’astre séculaire

                                                        coule vers la rivière     fermée aux vagues de la mer.

 

                                                       Que devient l’espérance?

                                                De la femme penchée près du berceau

                                                sous le poids de l’amour     dans l’attitude de la foi en la force du vent.

 

                                                       Le sang de la mer ne coule plus

                                                dans les eaux profondes de l’immense vérité.

                                                       Le sang ne blesse plus

                                                le regard qui s’appuie sur les rives du temps

                                                         dont les épaules larges portent loin sur l’horizon

                                                                   toute la lumière première     et la raison universelle.

 

 

 

                                                                                          

 

 

 

– A  Antonin  Artaud –

 

 

 

                                                  Visage blême portant casquette 

                                                   Regard  lumière

                                                                qui voit plus loin que l’au-delà

                                                   Le temps comme une lente plaie

                                                   pèse sur ses épaules frêles.

                                                   C’est l’âme derrière les yeux

                                                   qui soudain apparaît.

                                                   L’esprit mouvementé, par lui-même mortifié,

                                                   plane, parfois léger plus que la plume,

                                                   et erre maintes fois au milieu des pensées affolées.

                                                   Les visions vagabondes,

                                                   hordes noires monstrueuses se pressent à la porte

                                                   mi-close et redoutable de ce génie humain,

                                                   pauvre comme vous et moi

                                                   et divin comme un roi.

                                                              Et l’âme humaine tremble

                                                                   à voir soudain sans fard

                                                                   ce regard douloureux

                                                                   surgi d’entre les tombes

                                                                           porter le masque noir

                                                                                de la dernière des ombres.  

 

 

 

 

 

 

                                               Le trottoir est en feu sous mes pieds nus glacés

                                                                  Les bouteilles gelées explosent sous la fumée

                                                                           des brasiers de l’hiver

                                                                  où brûlent les cœurs amers

                                                                  Pour réparer les jours et les heures brisées

                                                                  je marche les pieds nus

                                                                  l’hiver sur les pavés –

 

                                                                   

 

                                      Personne et la nuit tombe

                                      et j’avance comme une ombre

                                      ma mémoire me harcèle

                                      Approche-toi de moi    ô blancheur écarlate !

                                      Le vent pleure violemment

                                      le silence lui répond

                                      Je marche dans le soir

                                      et l’écho de mes pas     se dissout dans le noir  –

 

 

 

 

 

 

 

Un rêve   m’est apparu

                            sublime     une rafale

                            tirée en pleine nuit   dont le bruit retombait

                            au milieu de la mer

                            Et les yeux dans le ciel

                            lucarnes de l’univers

                            fixaient les marécages   nouant et renouant

                            leurs affinités fluides

                            aux entrailles de la terre –

 

 

 

 

                                      Le grand mur s’effondrait

                                      sous la voûte des orages

                                     répliques célestes de nos querelles terrestres

                                      Le vent frappait contre les portes

                                      et les ombrages de sa fureur

                                      effaçaient les lueurs échappées au matin

                                      Les insomnies pleuvaient sur les trottoirs glissants

                                      où couraient des enfants

                                      Au bout d’une ruelle

                                      une maison debout

                                      une fenêtre éclairée

                                      un rêve rescapé

                                               s’agrippe au lendemain –

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________

http://cheminsbattus.wordpress.com/2008/03/20/le-silence-neteint-pas-la-pensee/

 

 

Bourbonnaise, Chantal Godé-Victor vit en Normandie.

Sociétaire de la Société des Poètes Français.

–                     Peint, dessine, écrit, sculpte.

–                     A reçu prix, récompenses et distinctions pour ses travaux d’écriture, peinture, dessin, dont le Prix Jean-Marie Olingue 1999, décerné par la Société des Poètes Français; le prix Joachim Du Bellay 2009, décerné par le Cercle de Poésie francophone Poêsias, pour son recueil illustré: Que devient le temps? Le prix de dessin Bosco Tatsuya Hirata 2000: Ste Geneviève des Bois.

–                     Publications autoéditées: Recueils illustrés.

–                     Publications en anthologies : Flammes Vives, Encres jetées… et en revues: Poésie sur Seine, Le Manoir des Poètes, L’Etrave, Libelle, L’Agora…

–                     Publication dans l’Anthologie de la poésie érotique contemporaine – Ed. Hermann 2011

–                     Participations à des cafés littéraires, à des soirées poésie/musique…

–                     Animations de classes primaires et collèges.

–                     Expositions personnelles ou de groupes entre la Région parisienne et la Normandie.

–                     Passion pour la culture et la littérature germaniques.

–                     Traductions d’œuvres allemandes, dont la légende des Nibelungen.

–                     Ecriture de poésie en langue allemande. 1er Prix au concours de l’Académie Florimontane d’Annecy  1996 / Publication de poésie dans l’anthologie allemande: "Ausgewählte Werke XIV " Bibliothek deutschsprachiger Sprache, 2011.

Œuvres à découvrir sur son blog:

http://lesoeuvresdevictor.over-blog.com/articles-blog.html

Articles similaires

Tags

Partager