Caroline Meunier

 

C:\Users\rodica\AppData\Local\Temp\Portrait.jpg

 

 

(France)

 

 

 

 

Nous nagerons

là où celui qui se cachera

aura pouvoir de renaître.

 

Il n’y aura plus de route pour nous suivre

dans la mort différée de l’instant

ô mes jambes de retrouvailles

avec la mer.

 

 

Un flot d’étoiles surnuméraires

et libres de leur étincelant passage.

 

La fuite au soleil demeura

incommensurablement trouble.

 

Au souvenir échancré de la lune

comme une délivrance atomisée des choses.

 

 

Le temps ne s’use pas : il se promène.

 

 

 

 

         Au jardin où la fenêtre se donne

         il s’envola né de l’instant

 

         Serrant

ce rien de nous qui sera donc pérenne

comme un unique désespoir qui tombe.

 

 

De lents oiseaux s’étaient enfuis

  soulevant à leur vol

  de vastes fronts inachevés de lignes

 

-Bonjour

voici l’intensité possible de ma peine.

 

 

Mystère hâtif

(à toute lumière inopportune)

 

 

 

 

            Plus rien pour te pleurer

La promptitude vêtue d’eau froide

 

renouvelable

             jusqu’aux nuages.

 

 

Ta présence est la seule étoile

              qui double

l’intensité prononcée du désir.

 

 

(Printemps)

La pluie vient. C’est ainsi qu’elle chante.

 

 

           

 

            De ces mille choses teintées de suc vif

            n’était qu’un point aigu

            que le hasard lui délégua :

            son vrai renom de commençante.

 

 

(Automne)

 

 

 

 

              Automne silencieux aux mains avides

 

              Colliers incertains,

                       défilement

              fragments de vies incomplètes.

 

     

              Hier,

                  ton amertume s’est voilée ;

                                

         Pour veiller la lune

             de ce qui sera

 

         un peu de sel obscur sur nos lignes de fuite.

 

 

A l’automne

 

 

 

 

                                      A l’automne

                                               les floraisons sont courbes

                                                         et en images

 

 

                                      Toute personne

                                               a nom d’être murmurée

 

 

                                      C’est un hasard

                                               très essentiel que le rire

 

 

                                      Nous y retrouverons

                                               Le bois premier des constellations

 

 

                                      Mais elles agaceront la boue libre des choses

                                               Jusqu’à ce que leur mort les rassemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Depuis que j’ai quitté l’adolescence, j’ai toujours écrit, ou plutôt accumulé du matériel poétique. (J’ai vécu comme une souffrance les quelques périodes de ma vie où un travail trop intense m’empêchait d’avoir de la disponibilité pour cela.) Pendant près de 25 ans, j’ai enseigné l’espagnol, langue que j’aime profondément pour sa musicalité, et aussi parce qu’elle m’a fait découvrir très rapidement des poèmes de grande qualité, ainsi que des horizons très amples. J’ai eu la chance de ne jamais vivre trop longtemps éloignée de la nature et des éléments.

Articles similaires

Tags

Partager