Boris Todoroff

 

Photo : Amiel Buziarist

 

(Belgique)

 

 

 

La danse

 

Nous y vîmes une seule personne, de dos, debout devant le canapé au milieu de la pièce, vêtue d’une combinaison moulante qui lui recouvrait tout le corps. Éclairée par un spot fixé au plafond et qui l’enveloppait d’une lumière crue, elle bougeait les hanches de gauche à droite et vice versa, étendait les bras et agitait les mains, en les laissant flotter ou vibrer au gré d’un vent imaginaire. Elle ramenait ses mains vers les hanches, effleurait ses fesses, les caressait, lentement, lascivement. Après avoir tapoté ses fesses avec quelques mouvements courts, saccadés, elle se laissa tomber sur le sol, se recroquevilla, s’embrassant de ses propres bras, s’allongea, ventre à terre, en frottant son visage contre le sol, se tourna sur le dos, étira ses bras, ses jambes, se releva d’un bond, en contorsionnant son corps comme s’il était mû par un ressort intérieur qui le faisait tournoyer sur lui-même. Ensuite, en nous tournant à nouveau le dos, elle amorça un mouvement que j’appellerai, à défaut d’un autre terme, celui du déploiement.

D’abord, tout en restant immobile, elle avait incliné la tête. Elle se résumait à ce qu’on voyait d’elle : ses talons, ses jambes, ses fesses, un dos, une nuque : un corps muet, incomplet. Elle se détendait, relâchant ses muscles : son corps, mou, sans force, aux épaules tombantes, était près de s’écrouler. Mais elle se redressa, releva la tête, rehaussa les épaules, cala ses pieds sur le sol, comme pour se donner l’appui nécessaire pour ce qu’elle se proposait de faire : se redresser et continuer à se redresser, sans jamais s’arrêter, toujours se redresser, les bras collés contre les côtes, debout sur la pointe des pieds. Son corps grandissait, s’affinait, s’amincissait, devint une ligne fine verticale n’existant que par et pour elle-même, un fût, arbre haut, arbre immense, vigoureux, croissant sans interruption, hésitant devant aucun obstacle, ignorant ce que signifient les mots ployer, fléchir, se courber, s’accommoder, céder, abandonner, arbre voulant toucher les nuages, les percer, arbre tendu vers le ciel qu’il désire toucher afin de l’embrasser, de l’apprivoiser, de le dompter, de le dominer.

Qui pouvait bien être cette danseuse prodigieuse ? Elle avait les dons d’un mime. 
Après une courte pause durant laquelle elle restait immobile, la tête à nouveau penchée vers le sol, elle reprit la même danse, à ceci près qu’elle se tournait vers nous à chaque fois que, dans la danse précédente, elle nous avait tourné le dos. Sa poitrine, ses hanches, sa silhouette se détachaient de l’obscurité qui l’entourait. C’était la silhouette que j’avais vue de dos. C’était donc la même danseuse. Mais j’eus la sensation troublante, en regardant son visage, qu’il s’agissait de l’homme chauve.

Déjà, la danse était terminée. Confus, craignant que cette danseuse ne fût en réalité l’homme chauve, je n’avais eu ni le courage ni l’envie de la regarder. Elle pivota, et, après s’être reposée pendant quelques instants, reprit cette même danse, pour la troisième fois.

J’entendais les éclats de voix des couples alignés le long des parois, les rires hautains des convives autour du premier buffet – et, plus fort encore que ces voix, que ces rires, la respiration saccadée de la danseuse. Cette danse l’épuisait.

J’avais pris le parti d’assumer que j’avais devant moi une danseuse, ayant, par hasard, un visage qui rappelait vaguement celui de l’homme chauve. Mais lorsqu’arriva le mouvement final au cours duquel cette danseuse s’épanouissait en grandissant, en s’amincissant, en s’élevant au-dessus de soi, en s’identifiant physiquement avec ce qu’elle avait de plus beau, de plus hardi, de plus élevé en soi, offrant un exemple concret, physique de ce à quoi le désir de l’homme peut mener : à la capacité de se surpasser, de grandir au-delà de ce qu’il se croit, de s’opposer à ce qui le contrarie, l’abaisse, l’avilit, le définit -, elle s’arrêta brusquement, pivota trois fois, très lentement, comme pour mieux nous laisser voir la réelle apothéose de sa danse.

Ses épaules s’élargirent ; ses fesses devinrent des fesses d’homme. Elle avança les lèvres, ouvrit la bouche, aspira l’air, gonflant les joues comme un enfant : son torse se bomba, sa poitrine menue adoptant peu à peu la forme de la poitrine musclée de l’homme chauve. Ses jambes, solides et musclées, suite aux longues heures consacrées à la danse, changèrent à peine. Ses bras, ses mains, ses pieds insensiblement s’élargissaient. La courbe indiquant le creux des hanches s’estompait. Le corps de la danseuse allait s’amincissant, visant haut, voulant atteindre le ciel. Ce corps-ci s’élargissait, s’épaississait, s’enracinait. La silhouette de la danseuse, légère, féminine, avait disparu ; elle s’était effacée au profit de celle de l’homme chauve.

C’était donc l’homme chauve qui, la danse terminée, s’immobilisa. Après s’être agenouillé il baissa la tête, la releva, nous regarda, haletant fortement, le front en sueur, les yeux aveuglés par le spot qui l’éclairait. Pourtant ce visage radieux, tout en reproduisant les traits de l’homme chauve, était d’une féminité indiscutable. Et ce visage féminin était posé sur le tronc d’un homme athlétique qui, au lieu de faire une démonstration gratuite de quelques prouesses de gymnastique, avait préféré me séduire par sa danse solitaire, sensuelle, spirituelle, par ses capacités enchanteresses.

Quelques spectateurs s’étaient assis sur le seuil de la niche ; d’autres spectateurs se tenaient debout ; d’autres encore, en avançant la tête plus avant dans la niche, avaient appuyé leur menton sur le bras de l’homme qui bloquait l’entrée de la niche. Cynthia et moi, debout de part et d’autre de cet homme, avions posé notre tête contre la sienne, notre menton appuyé sur son bras. Tandis qu’il avait le visage tourné vers la salle et repérait et effrayait tout spectateur qui viendrait perturber le spectacle, il soutenait, sur ses bras, deux rangées de visages tournés vers la niche, accolés l’un contre l’autre, joue contre joue, tempe contre tempe, visages admiratifs, exaltés, car nous désirions tous que le spectacle recommence, encore et encore, à n’en jamais finir. Mais la lumière dans la niche s’éteignit. L’homme secoua ses bras, les baissa brusquement, et dit : « Permettez, permettez ! Vous n’êtes pas les seuls à vouloir regarder. Prière de céder vos places ! »

 

 

(Extrait de Sparte, chapitre 9)

 

 

 

BodyThread

 

Organiflam

 

Budden, tu prends l’OSx45 de CareSuits et tu branches sur ton Bodyhear. Pas à l’entrée THX mais sous ton aisselle, là où tu mets ton LifeCard. T’auras un programme qui défile. Tu coches SKIP ENTRY et tu enfonces la touche READHEAR pendant quatre secondes. Tu erases KoreanTalk et complètes l’op. Tu verras : tu remontes à ton ListenTo. Il te suffit de donner ta commande en franç et SuRI charge le SUR/VOICE qui automatiquement s’aligne sur ta RegionSpeak. Ça marche aussi pour DistantSpeach !

 

ConifANTan

 

Misu Vair 2014, cosmopol, cdti, 60 km p.d effortless, rear proof, automassage muscular parts. Contrôle reins ne fonctionne pas. Cuir chevelu se décolle. J’ai envoyé des photos au vendeur qui les a transmis. Réponse de Misu : « Is this a joke ? »

 

Buddenbrooks

J’ai essayé mais ça marche pas.

 

Ornella Eco

 

J’adore

 

Lisa458o&ONTHeraodagain

 

Mon pote on lui a changé son postiche on lui a mis des yeux vairs. C’et déjà la troisième fois en deux mois. Ça SUCK ! On voudrait bien changer cette m. mais avec les prix qu’on paie…

 

Clip 216/AH

 

Je me suis fait arrêter à Toulouse, dans un bistro, parce que j’avais endossé le Bonanza Outlook Y/14, interdit en France par DEcret08. J’avais beau dire : « Je ne savais pas », en taule 24 heures détention provisoire soupçon délit morpho-cybernétique.

 

Ornella Eco

 

Moi c’est mes jambes qu’on a oublié d’épiler. LifeTime Prima 9.04. J’sens que ça grouille. J’suis à une fête et oups tout à coup je sens mes jambes ça picote. Dans mon pantalon ça grouille. Les mecs collent l’œil. Je relève mon pantalon. M. alors, j’ai plus de cheveux sur mes chevilles que mon Luke sur tout son crâne ! La honte ! Hier 21 heures.

 

Buddenbrooks78A

 

Cherche voix mandarine jeune fille 16 ans sous-titrée français pour ListenTo et SPeakOrgan pour prochain voyage Éritrée.

 

SyllaTalk18)67

 

Y a un truc pour ça. Tu le mets sur ton dos tas une ficel pour faireça. ÇA Gêne un peu la nuit danslpieu l’avantage qd tu tlève ça glisse sur ton ventre pas besoin de lumière. Option avec piqûres t’inject le liquide dans tes veines. Thermoluminescence garantie. Pour coquettes INFRABOL, 50 usd, 60 ping, tingurgite GAS89 ds ton système et plus dsouci ça contrôle tout.

 

BorntOBeWilder

 

J’ai un autre tuyau. Tu fourres EXCELLENCE 2.14 dans ton body. La meilleure place est ton nombril. Si tu as plus de nombril mettre Playstick dans bodyReceptor. Tu devoir ne pas broncher pendant cinq minutes. Center Lake UTAH a tes données, et dit te s’il y a problème. Fais n’oublier pas signaler NO CHANGE UNLESS REQUIRED ou tu trouveras toi-même changée en poupée ou Rosebud ou Piggy ou Mr Bingley durant grand entreprise sommet alors que discutant avec Big Chef !

 

Bakourumi

 

Faut jamais laisser le clip en Mode Transparency, sinon garanti les flics te tombent dessus.

 

Priscilla Viewy

 

Moi je fais chinois. Option Caucasian, ils ont toute la gamme. J’suis passé d’Italian Type à Sweden Type en moins de deux minutes chrono. Finition des yeux superbe, mieux que les Americ. Measurements à volonté, buste, taille, fesses, même les jambes et les pieds. Optimalo accent en autres langues. Je suis Greta Garbo qui parle suédois ! Deux minutes plus tard : Je suis La Femme à l’oreiller Chinoise qui parle comme Greta Garbo ! Trois minutes plus tard : Je suis Brad Pitt ! BEjingstore – whatsup – changeyourtypenow.bej

 

ProcessDreamTangerine

 

Moi, ça m’a flanqué la fringale. Je grignotais deux biscottes le matin et vlan, au travail. Mon extomac maintenant me réclame une entrée et un plat à cinq heures du matin. Pas moyen de zigouiller ce f. extomac de CORNWALL INC, même pas avec un STOPTHEF.

 

14PinxterThingxô

 

Budden, il y a plus simple. Tu prends ton casque IMR, tu branches sur la fréquence 100.45, tu éteins et tu rallumes après cinq secs. Tu vas à SELECTION à côté de ton œil gauche, tu pinces ton nez (sans rigoler, ça marche !), tu secoues ta tête et tu verras tous les Walpole et tutti quanti défiler dans la visière. Attention ! Pas utiliser SURI, fixer le livre, cligner des yeux deux fois et tu l’as dans la bouche. Si par contre tu veux lire à l’ancienne et reposer tes lèvres, tu feuillètes en fixant le numéro de page. Deux secs appelle la page suivante ; quatre secs retour en arrière, essaie, tu verras. Si tu désires la lecture avec ta propre voix en RECONSTRUCT, tu vas dans ListenTo et tu commandes « My voice ». Au cas où tu aurais TienBienPhang et si tu t’es déjà inscrit sur TVL TransVocalLanguage, tu peux même t’entendre déclamer Washingt et Erasme en mandarin impec.

 

Antoine-=Portefer

 

Je suis en binôme avec une anglaise médiane (Searchers 4.4). Impossible de la faire parler. J’ai contrôlé les amygdales, les gammes sonores, j’ai tout déconnecté et recommencé avec Instinctive Voice. La voilà muette comme un chou. Qui peut m’aider ?

 

RostropCellovitch4IE

 

Mon MusicWorld déconne. Ça sort par le ventre, on dirait que j’ai là une caisse de résonance. En pleine rue ça commence à tonner la 6e de Glass, la 11e de Wakefield ou les Timbalic Airs de Mansfield Beasts. La nuit c’est les Eardrops de Cherrypie, Bumblefish de Bloomfield, Crocodile Croc de Rocky Haunt ou le Countdown de Golden Hearings. Plein les oreilles. Je dors à la cave, ma femme et mes enfants ne supportent pas. Comment rétablir le SPEAKER OUT vers mon AudioBrainSync  (4.46) ?

 

UmbertoSpada

 

No sé.

 

Guillaume0186Corrèsse

 

Mon père américophile avait le même problème. Lack of Sound Retention dans la Disorder List de WestonJohnson. Chez lui, ça lui sortait des orteils quand il se déchaussait. Médecins, hologrammes, désintoxication d’urgence au Body Make Center (ça commençait à sortir de ses coudes quand il retroussait ses manches), consultations infracorps à distance par les toubibs du MIT et du CAAP – ça n’a qu’empiré. Ça lui sortait de partout, du nez, des oreilles, du cou, du nombril, des fesses, des parties intimes. Papa était devenu une boîte à tubes. Après deux ans on a décidé de tout débrancher.

 

Carefun889

 

Portefer, T’as pas essayé runover ?

 

Antoine-=Portefer

 

Carefun889, un runover, un cross-in, un plug-easy, une rebuke, un refont, un pinclash et deux crazy yawns – ça n’avance à rien. Je songe à lui faire un total Recall de BANJUNG.

 

IwouldPrefernotto

 

Moi jferais pas.

 

BodyStencil88k

 

Les mâchoires sont fixées au cou et à la boîte sonore par des fuselages acier. C’est un de ces fuselages que tu devrais forcer ; tu peux y arriver en désionisant le chip CareFull au bas du fuselage (ça a l’air d’un petit œil qui te fixe, mais c’est le chip). Comme avec tous les produits SECOND Skin armature superbe, indestructible, logiciel lamentable.

 

OIvyStewart

 

« Every person is equal but only we enjoy the real pleasure of being the most equal of all. » B. Russell, The End of Faulty Reasoning.

 

GibKennaQ

 

Le problème c’est dû au INPUT, pas au OUTPUT ! Il roule sur quel programme ton MUSICWORLD ? Le mien sur BRENDAN, mais j’ai toujours soin d’indiquer NO EARS dans le programme IN. Sinon, ça me sort des tempes.

 

Antoine-=Portefer

 

Et alors, mon anglaise, qu’est-ce que j’en fais ?

 

LarsCummingCenter

 

LOOKATME ! Saveteur roumain, stomatologue frivole, Italienne spirituelle, voyou strombolien, cafetier stambouliote, mannequin soudanais. Optional : French cuisinier, fellinian monk, holland freak, norvegian moron. Bonus : Victor Hugo, The Strolling Roles, Grace Kelly et les plus grands dictateurs. Stalin and Pol Pot included.

 

Kundalini

 

Voilà, moi aussi j’ai un souci avec ma TENDY2x2 176 normal scale. Fait default à chaque fois que je choisis Khmer Rouge. L’option aurait été supprimée à la demande de l’International Thinking Agency. Comment contourner ?

 

AbindanabTague2

 

Kunda : décision ITA : tout est interdit sauf Hitler. « It is strictly prohibited to talk about any dictator except Hitler, even when talking about the past. »

 

AlertCivilBreak

 

Programme DécortiqueÉlections, série Decline and Fall. 5 USd, 5,5 Ping. Décline toutes les opinions actuelles. Résumés en 2 phrases. Upgrade permanent. Risque contamination opinion contraire 5 pct.

 

FréderikHelsingfors

 

Je être suédois aussi.

 

Kundalini

 

Je ne savais pas.

 

MelaniaCarusodiStrombolidiRimini

 

Io anché.

 

AbindanabTague2

 

Pas besoin de le savoir. Tu as accepté les conditions de vente, tout est là.

 

Kissebiss48

 

Jag ocksä.

 

Coucou98AI89

 

J’avais acheté kit DOUBLEJOY, avec sensi-stick pour rapport émotions, internal circuit exchange relations, face mimicry 4.7. Je serais Kogan/Kogana. Je vous jure j’ai rien fait de mal, mais les attaches se fissurent. J’attache Kogan, il se détache. Je vais tout de même pas me promener avec seulement une Kogana dans le dos et les bottes de Kogan à mes pieds ! C’est ridicule. Tél avec ingénieurs améric. Disent qu’ils suivent avis du concessionnaire. Blablabla et patati et patata. Finalement ils ont accepté. J’attends toujours le nouveau kit.

 

ShanhaiPriceless

 

Vieux chinois côtier d’Éritrée. 50 ping. Option REMOTE IMPLANT + 10 ping.

 

BodyStencil88k

 

Tu ferais mieux de renvoyer ton anglaise au grenier. J’ai une lituanienne alta statura yeux pervenche (TWOFOLDone, le grand concurrent de Searchers), je l’endosse déjà deux ans, nickel, je ne pourrais plus m’en passer.

 

ClaraControl8

 

Sacré update BodyLook4 ! J’avais des cheveux marrons frisés mi-longs, le matin mon mari me dit t’as l’air drôle j’te reconnais pas. Comment ça que je dis ? Allez, donne-moi la bise. Il recule il a la trouille. J’saute au miroir. Ils avaient changé mes cheveux. Ils sont gris et lisses qui me tombent jusqu’au ventre. Une mégère quoi ! J’ai tél 5 fois service client on s’en occupe qu’on dit vous n’êtes pas la seule autant dire on s’en fout mon mari il déconne de plus qu’à trois heures de l’après-midi une panne j’avais plus accès à mes bijoux à quatre heures on a verni mes ongles alors que j’ai toujours coché la case NON.

 

Nigel Swarn

 

Moi j’ai ma tahitienne Vanille Gaugin. Mon pote à une Jane Leigh Vintage année 60. Quand on sort en SearchMode, c’est le max. On ne s’en lasse pas.

 

Beagle Moderator

 

On ferme le thread. Salut à tous et à toutes !
 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

BIO

 

Boris Todoroff (1958) est un écrivain belge néerlandophone. Il a publié des livres sur la mystique occidentale en néerlandais et quelques articles sur le même thème en français. Il a publié plusieurs récits en néerlandais, en français et en espagnol.

 

Il s’interroge surtout sur les présupposés qui forment la base des idéologies occidentales, religieuses, sociétales, politiques et économiques, et tente d’en dégager la genèse, l’évolution et la persistance, sous des formes toujours changeantes. Son travail sur la mystique forme la première étape de cette interrogation. Conférencier, il donne des cours sur la mystique et les principales tendances ou formes de la mystique.

 

Site web : www.boristodoroff.info

 

 

Publications :

1991 – Isis. Meulenhoff-Kritak, Louvain-Amsterdam, 1991, 172 p. Nouvelles. 1991 – Wrikte hem uit het ijs los en verscheurde het lijk. Vosseverhalen van de Boliviaanse Aymara-Indianen, Kruispunt, Bruges, 1991, 235 p. Introduction à la littérature orale des Indiens Aymaras de Bolivie et traduction de leurs contes sur le renard, traduits de la langue Aymara en néerlandais.

1994 – Het rijk van minne: Nederlandse mystiek uit de middeleeuwen. Vrij Geestesleven, Zeist, 1994, 54 p. Traduction, sur base du moyen néerlandais, de textes de Béatrice de Nazareth, Hadewijch, Ruysbroek.

2001 – Een berg van lichtheid. Ongewone benaderingen van mystiek. Kruispunt, Bruges, 2001, 375 p. Essais sur la mystique occidentale et portraits de mystiques fictifs.

2002 – Laat heb ik je liefgehad : christelijke mystiek van Jezus tot nu. Davidsfonds, Leuven. 2002, 476 p. Histoire de la mystique occidentale depuis ses débuts jusqu’au New Age.

2002 – De kennis van het Al: hoorspel. Pièce radiophonique inspirée de la gnose. Ed. Stad Leuven, 2002.

2003 – Le Maître Mystique. Colloquia In Museo Erasmi, VII, 2003. Musée de la Maison d’Erasme, Anderlecht, 57 p. Conte ironique sur l’illumination.

2005 – Mystique occidentale. Le cadre mental préliminaire in Mystique : la passion de l’Un, de l’Antiquité à nos jours. Ed. Alain Dierkens et Benoît Beyer de Ryke, Editions de l’Université de Bruxelles. Problèmes d’histoire des religions, tome XV, 2005, p. 23-33. Aperçu des idées développées dans les autres publications, contenant l’énumération des structures et des tensions de bases ainsi qu’une esquisse succincte des ‘voies’ principales de la mystique occidentale.

2006 – Een verlangen naar eenheid. Structuur en transformatie van de westerse mystiek. Damon, Budel, Pays-Bas, 2006, 608 p. Analyse des structures de base et des mécanismes de transformation de la mystique occidentale.

2014 – Pour en savoir plus sur les analogies entre le système ‘mystique’ et les systèmes ‘politique’, ‘société’, voir :

 

 http://www.boristodoroff.info/fr/textes/mystique/184-un-désir-d’unité

 

http://www.boristodoroff.info/fr/textes/mystique/116-la-mystique-est-partout-les-tensions-et-les-trois-voies-de-la-mystique-occidentale

 

Articles similaires

Tags

Partager