Bluma Finkelstein

 

 

 

(Haïfa, Israël)

 

 

 

 

Gratis pro deo

 

 

Poèmes dédiés aux enfants juifs et palestiniens
assassinés pour rien

 

J’aime le son du cor, le soir, au fond des bois et j’aime la parodie de la foi et les catafalques où reposent les ossements des promesses anciennes.

Ainsi parlait le Dieu des Armées : Je suis muet, je vous hais et je n’ai rien promis. Tous les livres que j’ai dictés battent la chamade comme un cœur crevé sur un plancher de paille. Il a peut-être fait l’amour dans la grange de l’infidélité.

Et j’ai menti.

Vous dites : la raison. Mais la raison est une grotte préhistorique, un ours qui danse la valse, une idée sophistiquée. Je n’ai pas de raison. Je n’ai aucune raison d’en avoir une.

L’eau a englouti le navire, à présent il avance à pas lents au fond de l’océan. Dieu est invisible, il fallait se l’imaginer.

Il ne viendra pas. Jamais il ne viendra. Sa mère a fait une fausse couche et son père Joseph s’est pris les pieds dans le bourbier des saintes paroles. Les Prophètes ont la chair de poule, ils savent la vérité. Moïse et Simon appelé Pierre sont de piètres pilotes avec leur bâton de bergers dans des avions de guerre.

Il ne viendra pas. Il est absent à l’appel. Je crie son nom sur les toits et la réponse est claire : je ne suis pas là, l’homme est liberté.

L’homme est libre, il faudra s’y faire. L’âne connaît la porte de la grange, les mandarins s’engouffrent dans leurs mortelles prouesses, les hommes de guerre ont l’haleine pestiférée.

Les bornes kilométriques mentent, nous avançons et rien n’advient.

Il faudrait au moins sauver les enfants.

 

in Bluma Finkelstein Gratis Pro Deo, Ed. Encres Vives, Colomiers, 2002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_____________________________________________________

 

Poète, essayiste, traductrice de poésie et Professeur Emérite à l’Université de Haïfa, Israël. Spécialiste de littérature française et comparée, et surtout du dialogue judéo-chrétien.

Née en Roumanie en 1942. A émigré en Israël en 1963 où elle a appris le français toute seule. Toute son œuvre poétique (plus de 30 recueils), ses essais et de nombreux articles sont écrits en français.

En 2002, Bluma Finkelstein a reçu le Prix du Président de l’Etat d’Israël pour l’écriture en langue française (le premier prix jamais attribué à l’écriture francophone en Israël). En 2007, nommée Chevalier de l’Ordre National du Mérite par le Président Chirac, pour ses activités en faveur de la diffusion de la langue et la culture françaises en Israël.

Elle a été Conseillère Municipale et Chargée des Affaires Culturelles. Militante pour la paix.

Bluma Finkelstein contribue au rapprochement entre juifs et arabes.

Articles similaires

Tags

Partager