Benjamin Fondane

 

 

ANNE MOUNIC nous rappelle la poésie de

 

 

 

 

BENJAMIN FONDANE

 

 

Le poème que l’on va lire ci-dessous était jusque-là un inédit, que Monique Jutrin, Présidente de la Société Benjamin Fondane, a publié dans le numéro 14 des Cahiers Benjamin Fondane, en 2011. Ce numéro de la revue rassemble des essais sur le face-à-face du poète avec l’Histoire. Je remercie Monique Jutrin de me donner l’autorisation de citer ici ce poème.

 

Benjamin Fondane, né en Roumanie en 1898, s’est installé en France, par amour de la littérature française, en 1924. Arrêté en 1944, il fut assassiné le 2 ou le 3 octobre 1944 à Birkenau. Sa poésie et sa pensée me paraissent essentielles et me touchent beaucoup. Je partage sa défiance à l’égard de l’objectivation du pouvoir et de la connaissance, et sa conception du poème comme substantialisation de l’existence. Dans un essai paru dans les Cahiers du Sud en avril 1935, il écrit : « C’est ainsi qu’à défaut d’exemples plus hauts et qui nous sont interdits, la poésie par sa démarche, sa tension, sa technique et jusque par cet inachèvement en système, en vase clos, qui est son lot sur la terre, si elle ne se confond avec l’existant, du moins l’épouse-t-elle et exprime son déchirement, sa liberté. Le poète assume à nos yeux le rôle de ‘télégraphe vivant’ entre nous et le possible ; il ruisselle de solitude ; il pétille de transcendance ; il entretient en nous un malaise fécond ; il nous empêche de guérir humainement de nos plaies ; et s’il ne sait que se lamenter, il nous faut voir là la seule attitude qui nous reste possible devant le réel. Il n’est pas l’Arbre de Vie : il est soif de l’Arbre de Vie. »

 

Le titre du poème qui suit s’inspire du célèbre dire d’Hamlet à la fin du premier acte de la tragédie de Shakespeare, une fois que le fantôme de son père a confirmé ses soupçons sur la réalité  du meurtre : « The time is out of joint. »

 

 

 

 

 

Benjamin Fondane

 

« Le temps est hors des gonds »

 

voici que le temps est venu des actions impossibles

des banlieues de l’humain jaillissent les misérables

plus rien ne sera beau pur innocent ou noble

les mots même les mots se sont mutinés et se cabrent

la vue la voix et l’ouïe sont devenus doubles

bretelles des mers que l’on jette sur les épaules souples

la rue est jonchée de cadavres et le chaos se dessine

l’air y circule en éponge et purifie le crime

 

voici que le temps est venu de la nouvelle apocalypse

les chevaux ont frappé de leur pied les étoiles de reps

on canonise à grands coups les criminels les relaps

tout prend figure : les prédictions du futur

tout s’abolit avec les symboles de force

lis dans ma main l’unique l’insigne aventure

les changements de mémoire la chute des mondes

les changements de vitesse la chute des vierges

voici que le monde s’emplit du cri de l’orange

sur les objets ont paru des tatouages étranges

des moisissures subites sur les visages sont timbres-

postes — et les choses s’en vont se renouveler dans les limbes

 

voici que le temps est venu des actions souterraines

l’homme est agi par le fond de lui-même qui saigne

il brise la peau des miroirs les entrailles du cercle

il sent son pouvoir aussi plein que de jus les pastèques

il gifle les dieux de fumée de bois de métal et de sel

il sent sa substance flancher qu’il croyait immortelle

il cherche revoir sa figure mais point ne la trouve

seule l’angoisse le tient et le crime l’ouvre

enfin le voici absolu autour de lui rôde l’Accident

peut-être dans sa tête mûrit le diamant –

sa peau est pleine d’yeux seul le regard le soutient

 

rien ne saurait lui plaire si ce n’est l’inhumain

c’est lui qui pousse la vie dans le signe du treize

rien ne saurait le toucher si ce n’est le malaise

un ange lui parle à l’oreille c’est peut-être l’hébreu

il ne regarde que le tremblement et le feu

je l’ai vu caresser la mort sur ses genoux

 

voici venir le temps prodigieux des fous

 

                                          

    1927

 

Cahiers de l’Etoile, juillet-août 1930.

 

 

 

 

http://fondane.com

Articles similaires

Tags

Partager