Béatrice Machet

 

Photo : Bipe Noder

 

(France-USA)

 

 

 

simple réflexion

 

parler avec une                                                         langue fourchue                                  

c’est ce qu’on fait                                         en parlant deux langues

                qu’en est-il du soi                        et qu’en est-il de  l’identité

                                            qui est le menteur   

                                                  la langue maternelle          ou celle qu’on a apprise

                                                      la donnée     ou l’acquise                      

                                                    et quid du

                                                         genre

 

c’est-à-dire étant une femme

étant la vierge et la putain

la mère et l’enfant

et voulant être aimée pour tout cela

qui fourche ma langue

je veux dire

ayant des problèmes constants dans les plis innombrables des divisions comment être vraie à moi-même et parler authentiquement quelque chose qui peut être vu comme une suite de signes manquant de logique … comme si parler n’était pas profondément enraciné dans ma gorge : seule et unique

donc

on doit envisager une

médiation

Est-ce possible entre deux langages et pour quel enjeu ? Traduction? Comment votre langue récupère ses deux parties réunies en un muscle ? Avec quelle énergie quel carburant quelle âme ? 

Est-ce une question de vent

comme quand vous naviguez…

 

Pourquoi le balancement serait un mouvement binaire

quand l’équilibre est bien plus subtil

comme dans une phrase

ainsi qu’il est attendu lorsqu’on est attaché

au langage…

langue fourchue comme je suis je me demande:

est-ce que la lumière du phare est fourchue ?

Est-ce que clignoter est un synonyme qui remplacerait fourchu ?

La flamme d’un feu est-elle suspecte d’être fourchue ?

Ou d’être contrefaite?

 

Poser des questions est-il une façon de donner un sens à la vie?

De donner sens à soi-même?

Cependant … est-ce un soi privé    intime    ou un soi public …. fourches et divisions encore

                        mais entre : une relation

 navigue    juste «voile» à ajouter et vous allez sur les eaux animées par des courants

 

donc un procédé de « choses » non statiques

et devant moi le fourchu (comme pour tout sillage) se fermera en une flamme aux contours réguliers

alors que derrière moi l’analyse hors d’haleine tirera la langue…

Est-ce ce qu’on appelle créer ? Ne pas perdre le contact avec le soi

qu’il soit divisé ou pas…

ne pas perdre la connexion avec ce qu’est la pensée qui est incontrôlable fusse        en fourchant                       en divisant ou en déconstruisant…

Est-ce que fourchu(e) est un moyen d’être sauvage?

Est-ce que fourchu(e) est un moyen de saisir et d’envelopper un « tout » relativement vaste comme des tentacules saisiraient et envelopperaient ce qui deviendrait sa propre nourriture ?

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Béatrice Machet est l’auteure de 14 recueils de poésie en français et deux en anglais. Elle collabore régulièrement avec des artistes de toutes les disciplines tels que peintres, sculpteurs, danseurs, chorégraphes, compositeurs, vidéastes et musiciens avec lesquelles elle performe sa poésie. Elle est membre du collectif de poésie sonore basé à Lyon, appelé Ecrits/Studio. Elle a bénéficié de résidences d’artistes, mène des ateliers d’écriture, a enseigné l’écriture créative dans des universités à l’étranger, donne des materclasses… Elle est la traductrice de plus de trente auteurs contemporains Indiens d’Amérique du nord qu’elle fait publier en France dans des ouvrages anthologiques ou dans des revues. Son travail est traduit en espagnol, en roumain, en albanais, en russe, en bulgare, en chinois, en albanais, en néerlandais, est publié dans des anthologies en grande bretagne ou bien dans des revues britanniques ou américaines telles que Poetry Review et Dawnland. Ellle est membre de comité éditoriaux et rédactrices pour les revues Recours au poème, Sur le dos de la tortue and Les cahiers d’Eucharis. Elle produit et anime également des émissions de radio dédiées à la poésie contemporaine pour radio Agora à Grasse, Alpes-Maritimes. Elle vit entre la France et les Etats-Unis.

 

Articles similaires

Tags

Partager