Any Mendieta

 

logo princesse fond  copier

 

 

Ou petite histoire de tous les jours

 

Extraits du spectacle : Princesse en chantier

 

 

THEÂTRE DE CONNAISSANCE DE SOI…

 

L’amour  est une manifestation troublante de l’excitabilité de l’ensemble du corps humain. Mieux que des atomes crochus, il est question ici d’atomes sexués. Il ne s’agit pas seulement de sécrétion d’hormones ou de banals afflux sanguins, de réveil de la glande pinéale ou du sursaut archaïque du bulbe rachidien, tout cela n’étant en somme que les symptômes propres à n’importe quel efforts physiques ou cérébraux, aux terreurs, aux cris, à la violence ou aux caresses mais bien d’un mystère ici élucidé : l’amour c’est un pipeau.

 

Nous sommes nés dans et pour la musique céleste. Les dernières recherches en matière de cosmogonie démontrent clairement la constance de la mélodie du monde, de la symphonie cosmique. Dans cet orchestre infini, l’amour c’est un pipeau et c’est là l’unique moment où l’interprète humain est en accord direct avec le mystère du monde.

Embrasse ton prince charmant, il se transforme en crapaud.

Il ouvre sous la terre ses grands yeux rouges, défoncés par la colère, la rancœur, la jalousie, l’aigreur et la haine. 

J’entends bien : « la femme est l’avenir de l’homme », or, non seulement l’homme bat et tue les femmes, les corrige, les exténue mais il les élimine eugéniquement. Avec les progrès de l’échographie aujourd’hui, 70 % des embryons féminins sont détruits avant la naissance dans les pays qui ne respectent pas les femmes. Et ils sont légions ces pays-là. Les célibataires y pleurent et se branlent. L’homme tue son propreavenir. Faudrait-il tuer le mâle pour préserver l’espoir ?

 

Textes : Philippe Saulle

 

DSCN9405

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________

Son histoire d’amour finit mal …

Enchantée désenchantée, la princesse alors se met en chantier : comprendre et en découdre avec ce foutu destin !

Elle rame et se noie dans la mer des émotions et plonge et se perd au pays des illusions et pleure et s’insurge dans celui des perfections. Elle s’accroche, croise d’étranges personnages lucides et cinglés.

Enfin, elle accoste sur les berges de la réalité, elle y plante ses fondations.

Pas terrible cette terre, mais à tout prendre c’est elle le ciment du beau de la vie, des contes pour de vrai…

_______________________________________

MUSIQUE : Philippe Garcia

 

 

 

Contacts :

Any Mendieta
0988996654 / 0662963574
amendieta@nordnet.fr