Anne-Marie Weyers

 

Anne-Marie Weyers

 

(Belgique)

 

 

 

image002          Hommage à J. Sternberg, pastel

 

 

 

image004          Hommage à Thomas Owen (Le Tétrastome)

 

 

 

image006          Hommage à J. Sternberg, pastel

 

 

 

image008       Hommage à Georges Thinès

 

 

 

image010       Hommage à Henri Michaux

 

 

 

image012           Métamorphose (Hommage à Anne Richter)

 

 

 

image014       Yvonne (Le Grand Meaulnes)

 

 

 

image016           Hommage au Grand Meaulnes

 

 

 

image018       Hommage au Grand Meaulnes

 

 

 

image020          Hommage au Grand Meaulnes

 

 

 

____________________________________________

 

Anne-Marie Weyers : Graphiste, peintre & graveur.

 

Anne-Marie Weyers artiste connue et reconnue, nous vient de Bruxelles et je ne vous masquerai pas mon plaisir de la recevoir aujourd’hui en notre espace avec ce bel éventail pictural qu’elle nous offre.

Son parcours de créatrice en art graphique est assez atypique autant que multidisciplinaire.

Rare les artistes qui comme elle excellent en tant de disciplines, dessin, gravure, lithographie, peinture, illustration, avec un parcours de formation digne d’une exemplaire européenne, car un peu à l’instar des maîtres du passé, elle s’initia en Italie, en Tchéquie, à Paris, Prague, Florence et bien entendu Bruxelles. Et cerise sur le gâteau, ayant fait ses humanités gréco-latines, elle taquine également les muses de la poésie.

Ce qui à l’origine explique qu’elle soit membre de notre Société des Poètes Français.

Mais il est préférable d’aborder le vif du sujet en évoquant sa démarche, son ressenti créateur, qui sont plus parlants, en mettant un peu de côté les nombreuses expositions collectives ou en individuelles, les collaborations aux revues ou livres d’artistes, recueils etc.

Titulaire de nombreux prix des beaux-arts, ses œuvres furent visibles dans beaucoup de pays d’Europe et d’Europe de l’Est, sans oublier le Canada, le Japon, la Chine et même la Corée du Sud bien entendu. Le Nord se voulant assez peu fréquentable et particulièrement repliée sur elle-même, hélas pour son peuple ! Folie, ivresse paranoïaque du pouvoir.

Simple note humoristique, Anne-Marie Weyers me demanda si je voulais une petite biographie.

Oui, je veux bien lui ai-je répondu. Alors j’ai reçu une déferlante digne de la somme de Saint Thomas d’Aquin ou des Rougon-Macquart. Allez, soyons sérieux !

Au travers de son expression Anne-Marie Weyers préserve le fil conducteur inhérent à ses multiples disciplines, écoute ses voix intérieures afin de mieux en pénétrer le mystère et tenter de retranscrire au plus prés cette musique secrète.

Au rythme de cette mélodie discrète Anne-Marie se laisse transporter, attentive en espérant décrypter les messages colorés qui la conduiront vers une certaine idée de la beauté et de la paix.

Pour notre artiste, créer c’est se mettre à l’écoute des racines profondes, c’est se nourrir de l’universelle mémoire de l’humanité, c’est retrouver sa matrice originelle et éventuellement tenter de traduire la page azur du ciel où tout est inversé  comme le sont les ramures et racines d’un arbre. Symbole du dédoublement et de l’éternel recommencement.

Ainsi Anne-Marie Weyers peut voir dans le ciel une terre fertile où se sustenter et dans la terre un espace de lumière propice au rêve.

Surtout n’oublions pas que notre amie Anne-Marie Weyers nous vient des terres de l’art symboliste, surréaliste et visionnaire, haute tradition des artistes belges issus des maîtres anciens tels Bosch, Bruegel, mais également plus proches de nous Khnopff, Ensor, Ranzy, Delmotte, Gucciardo, etc.

Les œuvres d’Anne-Marie Weyers sont d’une belle qualité, tant graphique que chromatique, le métier de peintre est ici au bout du pinceau, de la plume ou du crayon dans son plus subtil aboutissement.

Tout s’harmonise, la composition est à la fois figuration et abstraction.

Anne-Marie Weyers par son talent graphique rend hommage aux poètes, car pour elle tout est intimement lié.

Nous sommes toujours dans l’effet miroir, la poésie devient image, l’image se fait poésie !

Indéfectibles, la vie, la mort nous observent, le monde des ombres nous nargue et l’amour par défi ose embrasser la dame à la faux en se disant que rien vraiment ne presse.

Heureusement il arrive parfois que quelques bons anges rédempteurs veillent.

D’éminents critiques d’art et gens de lettres se sont attachés à l’œuvre d’Anne-Marie Weyers, tel le grand Tomas Owen, qui souligna que la majeure partie de ses œuvres à caractère symboliste rejoignent là un courant fécond dans l’art belge contemporain. Quant à l’incontournable Anita Nardon, elle voyait dans l’art de notre amie, un mystérieux fil d’Ariane qui guide son travail narratif au gré d’un rêve fantastique.

Plus modestement, je soulignerai que les œuvres d’Anne-Marie Weyers transforment ce qui pourrait être hermétique en rêverie poétique, le drame de la vie devient ludique et plus supportable. La mort, le bœuf, la grenouille et le chat jouent sous le regard éberlué d’un musicien  improvisé et la crédulité d’un couple d’amoureux s’illusionnant encore sur l’amour et l’éternité.

Pour conclure, à la question : «  Qui êtes-vous ? »

Anne-Marie Weyers répond : « Une menue plante qui rêve de fleurir dans les clairières où la brume se fait lumière. »

Alors je vous laisse dialoguer avec la lumière tamisée contenue dans ses tableaux pour peut-être y décrypter les signes ésotériques porteurs d’un message onirique.

 

Michel Bénard

Lauréat de l’Académie française.

Chevalier dans l’Ordre des Arts & des Lettres.

 

image022

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Anne-Marie WEYERS

 

Née à Bruxelles en 1945. Peintre, aquarelliste, dessinatrice, graveur.

Vous êtes émerveillé par la cohérence intérieure d’une artiste qui multiplie les visions, les genres, les traits. Dessin, lavis, aquarelle, huile, acrylique: cette incroyable et comme naturelle diversité évolue constamment dans un champ de formes et de couleurs qui ouvre sur une très personnelle vision de l’univers: la perception de l’inaperçu. Toutes les disciplines d’une oeuvre sans cesse repensées, maîtrisées, constituent l’écriture picturale d’une artiste qui écrit également, même quand elle illustre les livres des autres. Ses textes fantastiques, ou témoins du quotidien, ses poèmes, ses récits et nouvelles ont un dénominateur commun: la densité poétique. Celle-ci correspond à la charge d’étrangeté, ou de  »proximité » de l’ailleurs qui habite l’ensemble de son oeuvre picturale. De quel domaine du songe, par exemple, émerge ce personnage aux plumetis fauves, presque d’or magique, dont fascine le regard fasciné? Et de quel domaine de légende surgit là-bas cet imprécis paysage dont frémissent tous les bleus? Ou cet enfant qui dort. D’un simple crayonné, sa présence est là, paisible. Et ce vieillard dans la rue. Sa démarche entière, avec le poids d’une vie sur les épaules, tout y est en quelques traits. Il y a aussi, chez Weyers, une manière de dessiner qui s’écarte du croquis pour atteindre une sorte de ‘litote’ de l’expression plastique. Elle accède alors au chef-d’oeuvre. Est également admirable la complexité d’autres dessins, à la plume ou mine de plomb. Plusieurs mondes s’y juxtaposent, s’interpénètrent. Avec quelle précision l’artiste y suggère et agence les niveaux différents de l’imaginaire! Comme en cet ‘hommage à Thomas Owen’ qui vous tire le regard dans tous les sens possibles du fantastique. Ou ce féerique garçonnet de contes d’autrefois, à demi étouffé par un trousseau de clés initiatiques. Seuls émergent les yeux, ici encore. Mais la couleur! Quel qu’en soit le matériau, l’artiste la rend aussi riche en variations que le trait, dans un langage des chromatismes à la fois élaboré et inspiré. Nous y voyons une poétique de la couleur dans la parenté de Chagall. Anne-Marie Weyers: une artiste secrète, complète. Dans la fine force de son mystère. (Luc Norin)

 

image023

 

Expositions

2006 Bruxelles. Dolce Vita. Présentation

2005 Paris, Galeries Thuillier et Art Présent

1997 Vaison-la-Romaine, 4e Biennale de la Gravure originale

1992 Lavalle/Canada, Maison des Arts

1989 à 2002. Exposition permanente dans l’atelier au Rouge-Cloître

1989 à 1998. Wégimont, Comptoir international de l’Estampe

1983 Bruxelles, Galeries La Fleur en papier doré et Papier etc

1983 Banco di Roma

1983 Bratislava, Biennale des Illustrateurs

1983 Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier

1981 Bruxelles. Cimaises Mercator

1980 Berlin. Office Galerie

1979 Florence, Galerie La Tavolozza

1979 Rome, Exposition à l’UCSEI

1978 Galeries Les Amis de la Tchécoslovaquie

1977 Bruxelles. Galerie l’Atelier

 

Distinctions

1983 Prix de la XIIème Bannière (L’Oréal) pour le dessin

1982 et 1983. Prix de Poésie (Sablon)

1979 Prix de la Région Toscane (Italie) pour la peinture

1968 Prix de Modèle vivant (dessin, croquis) à l’Académie des Beaux-Arts de Boitsfort

 

Collections

2006 Bruxelles. Cabinet des Estampes

 

Bibliographie

2004 ‘Artistes & Galeries’, Lasne

2003 P. Piron, ‘Dictionnaire des Artistes plasticiens de Belgique. XIXè et XXè siècles’, Lasne

2002 P. Piron, ‘Deux Siècles de Signatures d’Artistes de Belgique’, vol. I, Lasne

2001 ‘Dictionnaire des arts graphiques modernes et contemporains’, Paris

1999 Bénézit, Paris, tome 14

1999 M. Joiret, ‘Littérature belge de langue française’, Bruxelles

1998 ‘Artistes & Galeries’, Bruxelles

1997 ‘Artistes & Galeries’, Bruxelles

1996 ‘Artistes & Galeries’, Bruxelles

1995 A. Nardon, ’50 artistes de Belgique’, Bruxelles

 

 

http://annemarieweyers.artwebindex.com/

Articles similaires

Tags

Partager