Albert Russo

 

 

(Belgique)

 

 

 

ATAVISME 

 

le spectacle d’une auto à demi calcinée

lui desserre la mâchoire

s’en échappe alors un gémissement inhumain

genèse de toute peur

hirsute comme la terre

au réveil de la Grande Explosion

 

et l’odeur âcre du caoutchouc brûlé

va lentement engluer ses bronches

tandis qu’à l’intérieur de ses os

résonne le son floué d’un immense dégât des eaux

 

sa tête soudain s’illumine d’étincelles

puis sourdement, à l’abri de l’arcade sourcilière

l’Histoire se met à défiler tel un rouleau compresseur

et d’un coup de sorcellerie

finies la complainte du coeur

l’incessante recherche du bonheur

 

Elle s’inscrit, comme le testament

de la mémoire collective

dont nul jamais ne réchappe

ni sous le masque rieur de la joie

ni sous celui, pusillanime, des philosophes

 

et toujours il y aura,

sur une route délaissée

ou au fond d’un ravin

une auto à demi calcinée

pour nous rappeler qu’entre l’’Homme et son Créateur

l’existence est soumise aux rouleaux compresseurs

 

demandez alors pourquoi

l’on continue de jouer aux démiurges

de se cacher derrière

les cent et un déguisements de Satan

 

 

 

PUISSANCE PIXEL

 

pour ces lèvres-vidéo, à mille saccades secondes,

ton coeur bat la chamade

pour ces vidéo-gemmes qui s’effacent en un clin d’oeil

après s’être sournoisement mêlées aux contours de ta mémoire

et déposent au fond de la gorge ce goût de songe calciné

 

rêves-vidéo qui s’infiltrent dans tes artères

engendrant des rituels dont les mystères

demeureront à jamais enfouis, pareils à ces pensées avortées

qui se reflèteraient dans le palais des glaces

où tes propres clones surgiraient à foison

 

l’angoisse se refuse à la mesure

cependant que tu l’y contrains

lui opposant ta superbe indifférence

échangeant ton âme contre ce tracé en or plaqué

qui s’évertue à épouser toutes les formes de la nature

en plus de celles de tes cauchemars

 

dans la rue, tu te demandes pourquoi

tout est soudain si statique

tandis que quelque part dans ta tête

souffle encore la Tempête du Desert

 

il n’y a pas si longtemps, devant ton écran TGD,

tu te goinfrais de dés/info avec en prime

le quart d’heure de pub et le téléfilm de la soirée

à présent ton bureau est bardé d’ordinateurs

et de gadgets à puces fabriqués

dans l’une des quatre patries où le tigre était roi

 

combien admirable a été ton recyclage

tellement admirable que tu as inventé de nouveaux adages

lorsque tu désirais ne pas être dérangé,

tu disais ‘télé/ssez-moi’

et aux enfants qui veillaient tard

c’était ‘allons, vidéo-dodo’.

 

                    oo                           db

db                           db

 

insatiable puissance pixel

 

xl             xI             ab

 

qui sans que tu t’en aperçoives

t’aura complètement                   T É L É V I D É

 

 

 

VENGEANCE PAR PROCURATION 

 

elle a pris sa poupée de chiffon par les pieds et l’a frappée

contre le parapet, encore et encore, puis a couru au dehors,

lui faisant mordre l’écorce du vieux cerisier

‘petite salope!’, lui a-t-elle alors crié,

‘vas-tu jamais apprendre’?’

prise de remords, la fillette se mit à geindre:

‘si .. si je te maltraite ainsi, c’est que

je n’ai personne d’autre que toi.’

 

pour un moment, son attention fut attirée par un chant d’oiseau

longtemps, longtemps, elle chercha la source de cette voix

avec l’ardent et secret désir qu’il se pose sur sa main

mais l’oiseau, sans se faire voir, continua de chanter

 

le coeur de la fillette s’assombrit, puis, se rappelant

l’existence de la poupée de chiffon au bout de ses doigts,

elle rejoignit la clairière et ramassa une épine

grosse et acérée comme une griffe de lion

elle la lui enfonça entre les yeux et dans les narines

puis, le regard mauvais, à l’endroit du vagin, et dit:

‘ainsi, tu ne pourras jamais avoir de bébé,

petite salope, porteuse de malchance, bouffeuse d’ozone.’

 

mais au lieu du chant, elle entendit à présent

pépier des oisillons; combien pouvait-il y en avoir,

quatre, six, peut-être même dix?

et tandis que les petits s’égosillaient, elle pensa que,

sans doute, leurs parents étaient partis leur chercher à manger

puis soudain, un grand silence se fit dans la clairière

 

‘je commence moi aussi à avoir faim,’ se dit la fillette

elle alla explorer le sous-bois et finit par trouver des baies

celles-ci étaient si jolies, si densément rouges et charnues,

qu’elle n’hésita pas à les avaler, trois par trois

et tandis qu’elle mangeait, la bouche gluante de jus,

elle lança à sa poupée:

 

‘toi, petite garce, tu n’en auras pas!’

alors, elle s’empara d’une grosse baie cramoisie

et la frotta longuement entre les jambes de sa poupée

‘maman me répète souvent qu’elle n’a jamais voulu m’avoir,

 

pourquoi serais-je gentille avec toi?’

le lendemain matin, on trouva la fillette morte

avec sa poupée de chiffon toute maculée et déchirée en deux

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Auteur bilingue (le français et l’anglais sont ses deux langues ‘maternelles’), publié sur les cinq continents, Albert Russo a obtenu de nombreux prix littéraires, tant pour sa prose que pour sa poésie, dont le Prix Colette, The American Society of Writers Fiction Award, The British Diversity Short Story Award, The National Library of Poetry Editor’s Choice Award, des mentions honorables aux W.B. Yeats et Robert Penn Warren awards, divers New York Poetry Forum Awards, etc. Ses ouvrages ont été traduits dans une douzaine de langues, dont le grec, le turc et le polonais, et ont été diffusés par le Service Mondial de la BBC.

 

Il est juré du Prix Européen (avec  Ionesco, jusqu’à la mort de ce dernier) et a siégé au jury du prestigieux Neustadt International Prize for Literature, antichambre du Prix Nobel. Ses romans africains ont été comparés très favorablement avec l’oeuvre de V.S. Naipaul, Prix Nobel de Littérature, 2001. Son oeuvre a été reconnue et louée par des écrivains tels que Joseph Kessel, James Baldwin, Pierre Emmanuel, Paul Willems, Georges Sion, Douglas Parmee, Werner Lambersy, Edmund White et Gilles Perrault, entre autres.

 

Il a également publié une cinquantaine de livres de photographies avec et sans textes maintes fois primés aux Etats-Unis, en Inde et exposés à New York ainsi qu’au Musée de la Photographie de l’Elysée à Lausanne, en Suisse.

 

Sites littéraires d’Albert Russo:

www.albertrusso.eu 

 

Chercheurs et étudiants en littérature peuvent désormais consulter le Fonds littéraire Albert Russo:

 

ARCHIVES & MUSÉE DE LA LITTÉRATURE

Bibliothèque Royale Albert Ier

Boulevard de l’Empereur 4 – B1000 Bruxelles – Belgique

search / rechercher: Auteur Albert Russo

http://www.aml-cfwb.be/rechercher/catalogue

 

Ranker 300 meilleurs auteurs lgbt du monde

http://www.ranker.com/list/gay-authors-list-of-famous-lgbt-writers/kron34?page=1

Articles similaires

Tags

Partager