Afroviti Gusho

 

 

 

(Albanie)

 

 

Le long voyage

 

Quand je partirai,

Sur mon chemin je sais que je rêverai de tomber sur des ruelles.

Des ruelles où l’espace me paraîtra infini,

Et dans cet infini la nostalgie me fouillera telle la police de la circulation,

Et moi je sais que je serai dépourvue de passeport, dépourvue d’identité,

Dépourvue de bouquets de fleurs pour mon long voyage,

Dépourvue de mon nom,

Dépourvue de souvenirs impuissants devant les frontières épineuses.

Aujourd’hui les douanes me semblent tellement absurdes

Que j’aurais préféré m’enfuir dans les montagnes,

Par les mers,

Comme une rebelle à la civilisation,

Pour recueillir l’espoir perdu sans retour

Des Albanais… 

 

 

x x x

 

Je mesure toujours 

Les distances 

A la croix de la nostalgie.

 

 

La morte de la pluie

 

Les gouttes de pluie

Périssent

Et finissent au fond de la terre,

Personne ne les enterre,

Tandis qu’avec bruit

Elles déplorent

Leur destin,

Leur chute infortunée.

…….

 

Enfin,

De leur néant

Elles prient le Soleil

Pour qu’il les fasse ressusciter. 

…….

 

Dans ce monde 

Immonde,

Tel est le destin

Des gouttes de pluie.

 

 

 

 Traduction : Shpetim Doda

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

 

Afroviti Gusho est poète et éditrice à Pogradec (Albanie). Elle a fait des études à la Faculté des Sciences Naturelles à Tirana. La maison d’édition Buzuku, à Prishtina, au Kosovo, a offert au public, en albanais et en anglais, la lecture de sa voix singulière. Elle est co-fondatrice de la première maison d’édition dans la région : D.I.J.A-Poradeci, qui a publié plusieurs centaines de titres sous sa direction.

 

Articles similaires

Tags

Partager